Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 15:13

« Le véritable coût de l’immigration »

A 20h40 sur France 5, le 13 octobre 2015

Commentaire du journal La Croix du même jour avec un titre déjà un peu différent :

« Ce qu’apporte l’immigration »

« Notre avis. Chiffres, définitions et interviews de spécialistes à l’appui, ce documentaire de Martine Delumeau rend le sujet intelligible et dépassionné. »

Marie Dancer

&

Notre avis

 

         Un documentaire qui apporte quelques informations sur le sujet sensible de l’immigration, mais le coût financier est-il le vrai sujet de l’immigration en France ? C’est beaucoup moins sûr.

            Idées reçues ? Idées tout faites selon la présentatrice ? S’agit-il bien de cela ?

            Ce documentaire manque à mes yeux de clarté en mélangeant une fois de plus les publics et les coûts et avantages concernés : migrants ou réfugiés, tel le cas de ce jeune étudiant afghan réfugié qui faisait la une de conclusion de Mme d’Encausse.

            Puisqu’il s’agissait, d’après le titre, d’une évaluation d’un coût rapporté à des flux d’immigration, pourquoi ne pas avoir ouvert un vrai débat avec des économistes et des démographes ? Parce qu’il n’y a pas eu de débat, mais une suite d’interventions, et surtout une galerie d’images et de portraits d’immigrés ou de réfugiés.

            M.Héran, démographe reconnu, nous explique, sauf erreur, que, sur environ 200 000 entrées, seulement 10 000 entrées concernent le travail, le reste étant dû au regroupement familial, aux mariages et aux demandeurs d’asile...

            Ces seuls chiffres mettent en porte à faux une grande partie des interventions et des interviews, et même de l’intervention de M.Dumont au titre de l’OCDE, en particulier sur la comparaison qui est faite avec l’Allemagne, une comparaison que certains pourraient trouver tendancieuse.

            Qu’en est-il des  sans- papiers, des demandeurs d’asile dont la demande a été refusée et qui pour 80 % d’entre eux restent en France, et aujourd’hui des travailleurs détachés de l’Europe de l’Est ?

            A-t-il été question du coût direct de l’immigration ou du coût indirect, avec les difficultés que notre pays rencontre pour scolariser par exemple des enfants issus du regroupement familial, avec une mère ne parlant pas notre langue, et le plus souvent en l’absence du père, ou pour accueillir des enfants mineurs étrangers abandonnés dans notre pays (voir par exemple les milliers de Mayotte), ou des mères étrangères venues accoucher en France… ?

        Je ne pense pas que  le débat de fond actuel porte seulement sur le coût financier, peut-être sur le coût marginal, pour certains observateurs, coût de l’AME par exemple, mais beaucoup plus sur le coût de l’immigration en termes de fonctionnement de la société française.

        Est-ce que MM Dumont ou Gemenne l’ont évalué ?

        Pourquoi ne pas observer aussi qu’il ne suffit pas de se contenter de disserter sur des grandeurs abstraites au niveau national ou international, sans aller sur les territoires eux-mêmes, régions, départements ou communes, pour avoir une vision plus réaliste du problème, des problèmes ? Avec le cas extrême du département de Seine Saint Denis ?

         Pourquoi ne pas oser écrire aussi – on se demande aujourd’hui si on a encore le droit de l’écrire- qu’à tort ou à raison, la poussée incontestable de l’islam en France liée au flux de l’immigration fait question ? Pourquoi ?

       Parce que les Français ne sont pas encore convaincus que cette religion soit compatible avec notre République.

      Mon avis résumé :

        1) Un débat entre économistes aurait été préférable sur le sujet, plutôt qu’une série de discours, de chiffres, mais avant tout d’images, avec la même ambiguïté permanente entre le sort des immigrés et celui des réfugiés.

      2) Le vrai sujet aurait peut-être dû porter sur la problématique mal régulée ou mal contrôlée du regroupement familial avec ses effets dans la société française aussi bien sur le plan social, culturel, et religieux, tout autant que territorial.

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 14:01

« Supercherie coloniale » (2008)

Comme annoncé  dans mon article sur les « migrants », vous trouverez ci-après la quatrième de couverture de ce livre

 

        Pourquoi ce livre ? Pour démontrer la vacuité, mais aussi le danger du discours que propage, depuis quelques années, au fil des livres, un collectif de chercheurs  (Bancel, Blanchard, Lemaire), d’après lequel  la France aurait été pourvue d’une culture coloniale, puis impériale ( 1870-1962), lesquelles déboucheraient aujourd’hui sur une fracture coloniale.

        Avec dans la pochette surprise, la découverte des nouveaux Indigènes de la République et la crise des banlieues !

      Stop au bourrage de crâne colonial !

       Mes amis m’ont dissuadé d’écrire ce livre.

        Ils répétaient : ces chercheurs ne sont  pas sérieux. Laisse-les à leurs bavardages ! Ce soufflé dégonflera vite ! Et comment peux- tu lire ces écritures insensées ?

       Je suis tout à fait d’accord, mais à partir du moment où des gens sérieux prennent au sérieux ce genre d’ouvrage, avec le concours des médias, et que leur contenu, la thèse pseudo scientifique  qu’ils défendent, fournit des aliments idéologiques inespérés, soit disant scientifiques, à des mouvements associatifs ou politiques , pourquoi ne pas contredire point par point , le discours qu’ils n’ont pas réussi à démontrer, quant au rôle de la presse, des livres scolaires, des expositions coloniales, des cartes postales, des affiches et de la propagande coloniale dans la formation d’une culture coloniale ou impériale.

      Et pour couronner le tout, l’intervention magique d’un inconscient collectif colonial et  impérial qui imprégnerait encore en profondeur la mentalité française ! Sans en apporter la preuve !

  Ce livre à donc été écrit à l'intention des Français qui ont encore  les oreilles et les yeux ouverts, pour qu'ils ne prennent pas les vessies de ce collectif pour de  lanternes historiques.

 

 

  

      Ancien élève de l’Ecole Nationale de la France d’Outre- Mer - Licencié en droit - Docteur en sciences économiques - Officier de SAS en Algérie ( Soummam) et ancien haut fonctionnaire au Ministère de l’Intérieur

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 09:51

« Ces migrants que la France ne fait pas rêver »

Titre de la première page du journal Le Monde des 13 et 14 septembre 2015

OU

 Ces migrants qui ne font pas rêver les Français !

 

            En comprenez-vous les raisons ?

            Il ne s’agit pas de celles qu’évoque Monsieur Stora, historien, camarade de gauche bien connu, qui semble avoir oublié l’accueil enthousiaste que la France a « réservé » au million de Français d’Algérie à l’occasion de l’indépendance de ce pays, et il ne s’agissait pas alors de « migrants ».

            A voir le succès de fréquentation de la Cité de l’Immigration, il n’est pas interdit de se demander si cette création purement politique (Chirac), sorte de gage du malaise des quartiers sensibles, n’est pas à la fois inutile et coûteuse.

            Il ne s’agit pas des raisons caricaturales  qu’il développe dans sa tribune du Monde des 6 et 7 septembre 2015, la «  diabolisation des combats antiracistes », « la mise au secret des histoires migratoires qui ont fait la France »

            Diable, c’est le cas de le dire !

            Comment ne pas souligner que Monsieur Stora, en compagnie de nombreux autres intellectuels ou chercheurs développent depuis des années un discours mémoriel et historique d’autoflagellation, pervers, idéologique, politique, d’une France coupable de tous les maux coloniaux imaginables ou pas, avec en prime l’inévitable guerre d’Algérie qui, aux yeux de l’historien, représenterait l’alpha et l’oméga de notre histoire coloniale.

            Comme je l’ai écrit à plusieurs reprises, la propagande coloniale n’a jamais eu l’ampleur de celle que ces groupes de chercheurs politiques, animés par un esprit d’anticolonialisme anachronique développent dans notre pays depuis des dizaines d’années.

            Au feu ! Au feu ! Clament-ils ! Alors qu’ils ont allumé la mèche, et qu’ils en entretiennent  les braises !

            Ce discours pervers a donc produit des effets dans l’opinion publique aussi bien d’adhésion que de rejet.

            Les spécialistes parleraient à juste titre d’un discours autoréalisateur, avec la sorte de mission réussie de mise en accusation permanente de l’histoire de notre pays, une mise en accusation qui fait logiquement peur à une partie de l’opinion publique, une peur de l’étranger.           

            Le livre « Supercherie coloniale » que j’ai publié en 2007 dénonçait déjà ce discours d’intoxication qui produit de nos jours des résultats destructeurs.

            Le lecteur pourra se reporter plus loin aux textes que j’ai publiés à ce sujet, en particulier la postface.

            Pour les citoyens bien ou mal informés, le « secret » dénoncé par Monsieur Stora ne serait-il pas au contraire celui qui pèse en partie sur certaines statistiques de l’immigration, sur les origines « ethniques », sur les flux du regroupement familial et des mariages mixtes, sur les chiffres des binationaux par pays, sur la réalité historique des demandeurs d’asile.

        On sait que les trois quarts de ces demandeurs n’ont pas droit à l’asile, et qu’en cas de refus, le retour dans leur pays d’origine est pure illusion.

       Faites le calcul sur les dernières années,  sur des demandes annuelles de l’ordre de 60 000, 45 000 restent concrètement dans notre pays, sous quel statut ?

     La démonstration que vient de faire l’OFPRA à Munich pour tenter de faire venir en France quelques centaines de demandeurs d’asile est tout à fait surréaliste, compte tenu de l’impéritie qui a été la sienne depuis plusieurs dizaines d’années.

    Pour beaucoup de nos compatriotes, une autre raison, bonne ou mauvaise : on a déjà donné ! Dans le passé, et par exemple, des régularisations massives de clandestins.

     La France a une situation qui n’a rien à voir avec celle de l’Allemagne.

     Le pays n’est pas bien portant, le chômage est important, beaucoup de Français souffrent, alors qu’ils voient se déployer, année après année, de nouveaux flux de population venant du sud ou de l’est, des concurrents économiques et sociaux qui viennent déstabiliser, qu’on le veuille ou non, l’accès au travail ou aux soins.

     Est aussi à citer, le multiculturalisme dont les tenants de l’« établissement »  parisien raffolent, sauf que sur le terrain, ce mouvement de fond anime tout autant un communautarisme socio-politique et culturel, pour ne pas dire religieux, qui donne en prime, la majorité, dans telle ou telle collectivité, aux populations venues d’ailleurs.

     Un communautarisme à caractère de plus en plus religieux, compte tenu du poids de la population de confession musulmane, du prosélytisme d’une partie d’entre elle, et de l’absence d’interlocuteurs représentatifs.

      La communauté musulmane est divisée, tiraillée, entre plusieurs courants, principalement entre chiites et sunnites qui se font une véritable guerre de religion, au Moyen Orient ou ailleurs, pour ne pas parler d’autres nombreuses allégeances.

       Enfin, face à ces vagues de jeunes migrants qui semblent bien portants,  qui se recommandent de nos droits de l’homme,  les Français sont en droit des se poser la question : combien seraient-ils prêts à s’engager pour la cause des droits de l’homme à établir dans leur pays ?

        La France est en quête de vérité.

Jean Pierre Renaud, avec la collaboration de MCV

 

« Supercherie coloniale »

Jean Pierre Renaud

Postface (page 273)

           

           Le discours anachronique, idéologique, et pseudo scientifique  de ces chercheurs n’aidera certainement pas les Français d’origine immigrée à trouver leur juste place au sein de la communauté française. Il ne contribuera pas non plus à assurer la paix des esprits et des cœurs, ou tout simplement la paix civile.

            Aujourd’hui, on mélange tout, mémoire et histoire, et le dossier algérien submerge toute réflexion objective sur notre mémoire, comme sur notre histoire nationale, car la population française compte aujourd’hui des millions de citoyens d’origine algérienne qui cultivent des mémoires conflictuelles. Et une proportion encore plus importante de Français de souche qui entretiennent d’autres mémoires conflictuelles. Ces conflits n’étant pas prêts de s’apaiser, il convient donc de traiter ce dossier à part parce qu’il empoisonne tout.

            Il n’est pas sérieux de dire que l’histoire coloniale française (y compris algérienne) a été une histoire cachée, alors que des travaux innombrables ont été effectués et non censurés, avec des thèses historiques souvent opposées. Que l’histoire coloniale n’ait pas fait l’objet de pages et de pages dans les livres scolaires modernes, quoi d’étonnant alors qu’elle n’occupait pas une place beaucoup plus grande au temps béni des colonies ! Cette situation continue à exprimer tout simplement le désintérêt continu du pays pour son ancien empire.

            Alors il est vrai que notre histoire nationale est une sorte de roman, comme l’ont écrit certains, mais elle a au moins le mérite, en comparaison d’autres, d’être ouverte à toutes les critiques.

            Alors il est vrai  que certaines minorités françaises se plaignent de voir ignorer leur propre histoire, mais personne ne les a empêchées, semble-t-il, de manifester leur curiosité pour leur propre histoire. J’ai rencontré il n’y a pas si longtemps une fort belle antillaise qui ne s’était jamais préoccupée de ses origines : s’agissait-il d’une exception ? Et auparavant, j’avais fait la même expérience avec de jeunes membres de l’élite malgache.

            Rassurez-vous, les Français de métropole cultivent la même ignorance de l’outre-mer, sauf lorsqu’il se pare, comme dans le passé, des couleurs d’un exotisme, depuis peu mâtiné de générosité internationale.

            Et en ce qui concerne l’Afrique francophone, il est heureux que l’histoire coloniale ait permis à beaucoup de traditions orales d’être transcrites, au lieu d’être perdues, et mises à la disposition de l’histoire africaine !

            Ce livre met en évidence le manque de culture générale de ces chercheurs et leur goût forcené pour le tout médiatique, imitant à leur façon et dans leur domaine,  toute une partie de notre élite politique, culturelle, sociale, et économique, qui souffre du même travers.

            Alors, on raconte n’importe quoi !

Le 12 décembre 2007

            Je publierai ultérieurement la quatrième de couverture de ce livre.

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 12:01

« Le Musée de l’histoire de l’immigration » : Hollande a inauguré ce nouveau musée.

Après Toubon, le camarade UMP, Stora, le camarade PS !

Un musée politique !


Suite de mes précédentes réflexions publiées sur ce blog sur le même sujet.

 

 

            A l’occasion de cette inauguration, le journal La Croix a interviewé, le15 décembre 2014, le nouveau président du conseil d’orientation du Musée de l’histoire de l’immigration, Monsieur Stora, historien.


            Le quotidien reprend pour titre, un des propos de M.Stora :

            « L’immigration a engendré un capital dont la valeur est inestimable », sûrement, car il est effectivement difficile de l’estimer !

          Le lecteur connait les raisons pour lesquelles cette initiative de musée, dans la forme politique où elle a été lancée, c’est-à-dire celle d’un message aux électeurs français issus de l’immigration, fait légitimement douter de son succès, à voir sa faible fréquentation, laquelle serait encore plus faible sans celle des scolaires.


       Après le guidage UMP de  M.Toubon, le nouveau guidage PS de M.Stora !

         Il est évident que ce type de pilotage, s’il existe, n’est pas de nature à donner confiance aux Français sur les orientations de ce musée.


      Pour la deuxième fois donc, ce musée est frappé d’une marque politique partisane, encore plus qu’auparavant, car la marque socialiste s’ajoute à celle d’un historien spécialiste de la guerre d’Algérie, que beaucoup considèrent comme le partisan d’une repentance qui ne dit pas son nom.

      Cette désignation marque donc cette institution, qui fut une création inutile, du sceau indélébile d’un passé lié  avant tout à l’Algérie.


        Très curieusement, à la fin de l’interview, un petit encart de pub intitulé « La Guerre d’Algérie expliquée en images » Editions du Seuil 29 euros, septembre 2014 !

Comme quoi, même dans ce type d’exercice, le diable revient par la fenêtre !

        Au lieu de ce musée « politique », pourquoi ne pas donner ces moyens pour financer des actions sociales, économiques et culturelles dans nos quartiers dits « sensibles » ?


Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 11:38

Une France sous X, hypocrite et pleine de tabous !

 

&

« Afro-Américains et Noirs de France, Les Faux Frères »

Par Elise Vincent, dans Le Monde du 29 août 2014, Décryptages, page 15, avec en marge de la chronique :

« Les Etats-Unis sont une machine à rêves qu’alimente l’affirmation progressive d’une élite noire. »

 

         Avant toute analyse et tout commentaire, deux réflexions préalables :

         1 -  Il est surprenant qu’un citoyen français ne puisse pas connaître la géographie humaine de son pays, alors que toute une littérature à la mode, médiatique, politique, idéologique, littéraire, ou tout simplement humaine, est toujours prête à encenser tout ce qui touche aux origines, aux sources, à l’identité, ou aux racines…

             2 – Il est tout autant surprenant de constater que les Noirs de France, en tout cas dans les  discours de leurs groupes officiels ou officieux de pression, n’ont pas le courage de se compter, comme s’ils avaient honte de leur couleur. 


            Pourquoi le titre « Une France sous X » ?


       Parce que les statistiques dites « ethniques » sont interdites par la loi, une loi qui s’inscrivait dans la France des années 1970 qui n’a plus grand-chose à voir avec celle des années 2014.

            La chronique de Mme Elise Vincent propose un éclairage indirect sur un des aspects de notre communauté française qui est censée ignorer les origines d’une partie de ses membres, les Noirs de France, et des autres évidemment.

           Ils ont l’ambition un peu contradictoire  d’être tout à la fois visibles, et invisibles, en même temps qu’une partie d’entre eux éprouve la tentation de se comparer à la communauté noire américaine, telle qu’elle s’exprime par exemple dans le livre « La condition noire » de M.Pap Ndiyae.

            La chronique du Monde s’intéresse donc à cette catégorie de la population française sous le titre « Afro-Américains et Noirs de France, les faux frères ».

            Il est évident qu’il est difficile de se former une opinion équitable sur un tel sujet, réel ou non, à partir du moment où il est interdit d’en évaluer l’importance démographique, ce qui est le cas, ne serait-ce qu’en prenant connaissance de ceux qui font l’objet de cette chronique !


            Quels chiffres ?

              L’appellation de « faux frères » est au moins déjà justifiée par la connaissance du sujet que nous avons en France,  comparée à celle que l’on peut avoir aux Etats Unis de la communauté afro-américaine, grâce aux chiffres des recensements américains !

            Rien de tel en France, étant donné que les statistiques dites « ethniques » ont été interdites par la loi du 6 janvier 1978, sans doute dans un souci de bonne intégration, mais dans un contexte tout à fait différent des courants d’immigration enregistrés au cours des trente dernières années.

           Cette carence d’information explique  les évaluations au doigt mouillé qui sont citées dans cette chronique : « les quelques données officielles permettent d’estimer entre 3 et 5 millions le nombre de personnes se considérant comme « noires » dans l’Hexagone (4,5% à 7,5% de la population). C’est peu, comparé au poids des 42 millions d’Afro-Américains (14% de la population). »

            La marge d’erreur est donc importante, ce qui n’empêche pas l’INSEE de faire un constat surprenant, sauf si cet institut dispose des statistiques  (secrètes) de représentativité utiles  sur le sujet, en utilisant le qualificatif « accablant » :

         « De même, Afro-Américains et minorité noire française ont en commun une triste expérience de la relégation. Les derniers chiffres de l’Insee, publiés en 2012 sont accablants… »

             La journaliste écrit plus loin :

         « … les Noirs issus de l’immigration africaine ont en fait à gérer deux contraintes que n’ont pas rencontrées les Afro-Américains : la migration – un bouleversement en soi – et la crise économique post-1973. La majorité est arrivée en France après la seconde guerre mondiale. »

         Comme si l’esclavage n’avait pas existé aux Etats Unis, et comme si l’existence d’une communauté noire en France était historiquement comparable, et sans que cette remarque fasse la différence entre les deux sources d’immigration noire, celle d’Afrique et celle des Antilles !

        Dans son livre « La condition noire », l’historien Pap Ndiaye est assez économe en statistiques, mais il cite les résultats d’un sondage (TNS/Sofres/Cran) effectué en 2007 dont les chiffres étaient les suivants : un pourcentage de population de 3,86%, correspondant à 1,87 millions d’habitants, des chiffres qui sont donc inférieurs à ceux cités plus haut, 3,86% au lieu de 4,5%  à 7,5 %.

         Dans son livre « Français et Africains », paru en 1980, un livre dont l’objet principal était la dénonciation du  racisme des Français, l’historien William B. Cohen citait les chiffres suivants :

         «  En effet, les jugements défavorables, déjà émis dans le passé, ne firent que s’intensifier lorsque les Noirs  émigrèrent en grand nombre en France, après 1945, en particulier dans les années soixante. Quelques dix ans plus tard, il s’était établi dans la métropole deux cent mille personnes de couleur dont la moitié environ venait des Antilles et l’autre moitié des pays africains indépendants. » (p,396)

          Nous nous proposons de publier sur ce blog une lecture critique de ce livre au cours des prochains mois.

        Ces quelques chiffres montrent bien que les effectifs des Français de couleur auraient fait un bond important entre 1970 et 2007, et entre 2007 et 2014 :

         200 000 en 1970, 1,87 million en 2007, et de 3 à 5 millions en 2014 ?

      A lire ces chiffres, on voit tout de suite qu’ils sont de nature à nourrir toutes les interprétations et affabulations.

         Les observations de la chronique Vincent, quant à la mesure des discriminations subies ou à celle de la relégation supposée, et en tout cas affichée, pour autant que la dite-mesure soit fondée, est à mettre en rapport avec les bouleversements profonds que l’immigration des trente dernières années, noire ou maghrébine a entrainé dans beaucoup de nos villes, des bouleversements  accrus par du regroupement familial officiel ou clandestin, ou  de l’’immigration clandestine proprement dite qu’il s’agisse de familles, d’adultes, ou de mineurs isolés.

       Tout examen objectif ne peut ignorer ces évolutions démographiques, alors que les pouvoirs publics continuent à faire comme si le problème n’existait pas, en refusant de se donner – ou de nous donner - les moyens de connaître la réalité démographique de notre pays.

        La France n’est plus celle des années 1970 ! Beaucoup de Français et de Françaises le savent, , parce qu’ils l’ont constaté, et continuer à laisser croire que ce n’est pas vrai, n’est  pas de nature à faire cesser toutes les manipulations politiques, souvent extrêmes, qui surfent sur cette ignorance.

         L’actualité ancienne ou récente en fournit des exemples quasi-quotidiens.


        A titre d’anecdote tout à fait révélatrice, est paru en 1979, un livre de poche dont le titre était « La France ridée », dont les auteurs étaient P.Chaunu,G.F.Dumont, J.Legrand, A.Sauvy.

      Aucun de ces quatre auteurs ne proposait de lutter contre un processus qu’il dénonçaient, celui du vieillissement de la population du pays, en faisant appel à une immigration qu’ils paraissaient ignorer.


          De même qu’il existe un déni de connaissance de la bi-nationalité en France !        

        Une commission parlementaire s’est réunie sur le sujet, mais chut sur le résultat de ses travaux !

       Les Français n’ont donc pas le droit de connaître la composition nationale de leur pays, sauf à la découvrir, comme ce fut le cas, à l’occasion de la dernière Coupe du Monde de football, avec la deuxième équipe de France, celle de l’Algérie.

         Doit-on continuer à faire comme si telle ou telle bi-nationalité, compte tenu de son poids démographique, n’emporterait pas de conséquences dans la politique étrangère de la France ?


         Il faut dire la vérité aux Français !


Jean Pierre Renaud


Nota Bene : en éclairage de cette chronique du journal, comment classer le sujet du film « Bande de Filles » de Celine Sciamma ? Quatre jeunes filles noires nous entraînent dans une sorte de sarabande de vie joyeuse en même temps qu’infernale.

       On ne connait pas leur histoire personnelle, mis à part celle de l’héroïne qui part à la dérive, au motif que l’Education Nationale a refusé son passage en seconde, et l’a orientée vers un CAP, dont elle ne veut pas.

     Comment classer ou ne pas classer ces quatre jeunes filles noires dans la catégorie identifiée par la transposition du titre de la chronique ci-dessus : « Afro-Américaines ou Noires de France, les Fausse Sœurs » ?

       En tout cas, au moins, elles n’ont pas honte de leur couleur !

     Personnellement, j’avais beaucoup apprécié le documentaire diffusé sur LCP Sénat en 2011, intitulé « Les roses noires » (voir blog du 15 octobre 2011), un documentaire qui paraissait mieux traduire la problématique des jeunes filles de nos quartiers sensibles, en défense permanente contre les violences des « mecs ».et en difficulté d’intégration dans la République Française.

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 10:56

Humeur Tique

 Le Rêve de François Hollande !

 

            « J’ai fait un rêve » (Martin Luther King),dois-je l’avouer ?


            L ’Assemblée Nationale venait d’être dissoute et la droite était revenue au pouvoir.


            Ouf !  « …Et je chante les jours heureux …» (Gérard Lenorman) à l’Elysée à la manière des Présidents de la Quatrième République !

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 17:53

Pour l’Europe, les candidats de la France : les meilleurs et les meilleures d’entre nous ?


 

            Le mode de scrutin choisi est tout à fait détestable puisqu’il demande aux Français et aux Françaises de voter pour des listes qui correspondent à des circonscriptions électorales interrégionales tout à fait artificielles,  ignorées des citoyens, et dont l’objectif semble bien avoir été celui de donner la parole uniquement aux professionnels de second rang de la politique française.


          Il n’empêche que ce scrutin a une portée essentielle, étant donné que l’Union européenne se mêle de tout, et que de toute façon les pays de l’Union n’ont d’autre choix que de conjuguer leurs forces pour exister dans le monde actuel et à venir.


           Les candidatures actuelles donnent la mesure de l’échelle dérisoire à laquelle se situe la politique française, alors qu’elle croit encore pouvoir jouer un rôle mondial avec ses 65 millions d’habitants et son siège au Conseil de Sécurité, face aux milliards d’habitants de l’Inde et de la Chine.


          Chaque jour révèle à la fois les faiblesses de la France et celles de l’Europe dans la gestion des affaires mondiales : aujourd’hui, c’est la crise ukrainienne qui les illustre avec le rôle de « parrain » protecteur que continuent à assumer les Etats Unis, face à une Russie saisie à nouveau d’une fringale de conquêtes « coloniales ».


        Les meilleurs ou les meilleures d’entre nous ? Quand l’on voit le maire de Pau croire encore que la France vit toujours au siècle d’Henri IV, ou le maire de Bordeaux croire à un destin qui s’attache à la chiraquie du siècle passé ?


       Pour ne pas évoquer le cas du nouveau Secrétaire d’Etat aux affaires européennes qui s’est illustré par un rang de classement des plus brillants dans la classe des députés européens, c’est à dire 740ème sur 766.


         De qui se moque-t-on vraiment ? Alors gare aux résultats des prochaines élections européennes !

             Ils ne seront pas nécessairement le résultat du désintérêt des Français et des Françaises pour la cause de l’Europe, mais la sanction du mépris que la classe politique, toujours aussi franchouillarde, porte aux affaires européennes qui passent après celles des communes, des départements ou des régions !


MC et JP Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 10:44

 

Les tartufferies françaises sur l’immigration : on continue !


Ou pourquoi ne pas avoir le courage de dire la vérité aux Français et aux Françaises, au risque de nourrir « les fantasmes, les frustrations, et la colère » dont parle Mme Memona Hintermann, membre du Conseil Supérieur de l’audiovisuel ?

Et de nourrir la clientèle des extrêmes !


Petit guide de lecture de la presse : l’exemple du Journal Le Monde du 4 février 2014


Deux pleines pages, à gauche : « Rien ne va plus à l’école », à droite, « Les enfants des pauvres sont-ils condamnés à l’illettrisme ? »

            Dans la page de gauche, il faut lire attentivement le reportage pour comprendre qu’une partie du problème est liée à l’origine géographique des parents de ces enfants.

            Le titre de la page droite est donc non seulement trompeur, mais il stigmatise les pauvres, alors que la pauvreté n’est pas synonyme d’illettrisme.

           

       Les jours suivants, le même journal publie d’autres articles sur le même sujet, qui est effectivement important, mais il faut attendre le journal du 7 février pour avoir une analyse plus précise du sujet : à la page 7, un encadré en noir avec le titre « Davantage d’échec scolaire pour les enfants d’immigrés »


            Une enquête TeO « a ainsi permis de dresser un premier portrait des quelques 5,5 millions d’immigrés en France. TeO a ainsi permis de mettre en exergue, par exemple, que les descendants d’immigrés étaient 13% à sortir de l’école sans diplôme contre 8% pour l’ensemble des Français. »

            L’article précisait au début « Les données chiffrées mesurant l’intégration des immigrés et de leurs enfants sont rares en France, du fait de l’interdiction des statistiques ethniques. »


             Est-ce que la France, c’est-à-dire les pouvoirs publics, l’exécutif et le législatif, vont enfin avoir le courage de lever cette interdiction stupide qui confine au ridicule, étant donné qu’elle nie un problème d’intégration réel dans notre pays, mais dont on refuse d’en mesurer l’ampleur et les effets ?

            Alors, tout discours sur les quartiers sensibles, et l’annonce gouvernementale de création d’un nouvel organisme, rattaché au Premier Ministre, ne changera pas grand-chose tant qu’on refusera la vérité du « thermomètre », c’est-à-dire la mesure du problème, toute arrière- pensée mise à part. Il semble tout de même difficile de prôner l’invisibilité tout en prônant du même pas la visibilité, c’est à dire la non-discrimination, comme paraissait le proposer l’historien Pap Ndiaye dans son livre sur la condition noire.


           Toutefois une note rassurante, celle de Mme Mémona Hintermann, nouveau membre du Conseil Supérieur de l’audiovisuel « Sur la diversité, je ne reculerai pas, sinon je ne sers à rien », dans le supplément Télévisions Le Monde des 9 et 10 février 2014.

          A la question qui lui était posée sur la diversité, le faible pourcentage de la représentation du handicap à la télévision, 0,4%,  Mme Mémona Hintermann de répondre :

            « …De même, les Noirs, les Arabes. Il serait temps, comme les Américains ou les Britanniques, d’engager un véritable débat sur ces questions de façon décomplexée et dépassionnée.

         Notamment sur les statistiques ethniques pour lesquelles vous êtes favorable ?

      En effet, car tout le problème est là. Dernièrement, quelqu’un m’a dit : « Avec  17% de non-blancs représentés dans la fiction, ils auront bientôt atteint le quota ! » 

    «  Quel quota ? Ai-je rétorqué puisqu’il n’y a aucune donnée. Cela montre bien qu’un outil statistique manque cruellement pour savoir où nous en sommes. Sinon, nous continuerons à entretenir les fantasmes, les frustrations et la colère… »


            Décidément la France est un  drôle de pays qui condamne à tout bout de champ le racisme et les discriminations, mais qui refuse la vérité des chiffres, c’est à dire la mesure de ces dérives par rapport au nombre de personnes concernées au sein de la population française !

             Qui a peur des chiffres, de la vérité ?

           Une sorte d’establishment politico- médiatico- humanitaire qui fait le jeu des extrêmes, faute d’avoir le courage d’examiner, à la lumière du bien commun, à la fois la situation générale du pays et celle de nombreuses communautés de vie qui n’en peuvent plus mais…


Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 17:08

Léonarda, une affaire dérisoire qui tourne la République Française en dérision !

 

 

            Au niveau du chef de l’Etat, dans les médias publics ou privés, dans certaines formations politiques, une affaire dérisoire qui tourne la République Française en dérision !

            Que n’avons-nous pas vu, entendu, ou lu, à ce sujet ? Des envoyés spéciaux au Kosovo, des déclarations multiples, des manifestations dans quelques-unes de nos villes, et le destin tout à fait « exemplaire » de cette famille sans papiers !

 

           Mais après tout, pourquoi cette affaire ne permettrait-elle pas  aux Français et aux Françaises de mieux connaître les différentes voies d’accès clandestines à l’obtention d’un titre de séjour ?

          Tout d’abord les faux papiers, bien sûr, aussi les demandes d’asile non fondées, et de façon plus subtile, un accouchement en France, un mariage binational, un séjour prolongé pour études, un regroupement familial à géométrie variable, la venue clandestine d’un mineur qu’il est impossible d’expulser, d’autant moins si grâce à l’obligation légale de scolarité des mineurs, il se trouve placé sous la protection à la fois de la loi et de réseaux de soutien souvent très actifs dans ce domaine.


        Mais le résultat de toute cette esbroufe politique et médiatique, des dizaines de milliers de suffrages en plus pour le Front National !

 

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 10:27

Ballade nostalgique et mélancolique dans la mémoire de l’Algérie Française


 

            Le 10 janvier 2011, j’avais publié une réaction mitigée sur un film de Nicole Garcia, intitulé « Un balcon sur la mer », film dont le ressort était la nostalgie bien  légitime de leurs héros pour leur Algérie Française, celle d’Oran.

            J’avais relevé que la période de ma vie que fut la guerre d’Algérie dans la vallée de la Soummam, en qualité d’officier du contingent, ressemblait plus à l’Oran de « La Peste » qu’à celle de ce film.


             Cet  été, je suis tombé par hasard sur un magazine du Parisien, daté du 26 juillet 2013, qui contenait un long reportage sur une famille algérienne, binationale, qui partait, comme tous les ans, en vacances à Oran.


                L’article était intitulé :

             « Un été algérien avec la famille Bey

           Chaque année, Mohamed, sa femme Yasmina et leurs enfants retournent au « bled », à Oran. Partisan du président Bouteflika, le patriarche s’inquiète pour l’avenir de son pays. »

         M. Bey déclare « nous vivons en France et nous avons tous la double nationalité franco-algérienne »

           Plus loin : « Mohamed a « tout vécu ». Né en 1937 à Oran, dans l’Algérie Française, cet ancien chauffeur de bus «  a été torturé par les militaires français en 1962, à la fin de la guerre d’indépendance, pour avoir transporté des maquisards. Emigré en France en 1964. Il a eu plusieurs vies, avant de revenir en Algérie quelque temps puis de s’installer définitivement à Epinal, en 1991. »


        Une date qui correspond aux dates de la guerre civile des années 1991-1999, et qui fit, d’après le journal, 200 000 morts.

 

      Pour avoir servi la France, alors que la première guerre, celle dite d’Algérie, me paraissait inutile, un gâchis, le chemin de vie de M.Bey est le symbole de toutes les contradictions des anciens combattants du FLN qui ont abandonné leur pays quelques années après l’indépendance, l’ont à nouveau abandonné pendant la deuxième guerre civile, et qui de nos jours bénéficient de la double nationalité.


        Les mêmes anciens combattants du FLN qui revendiquent la repentance de la France ?


       Le symbole aussi de toutes les contradictions des groupes de pression et des chercheurs ou pseudo-chercheurs, qui, en France, diffusent ce qu’il faut bien appeler par son nom, c’est-à-dire une propagande « coloniale » sans égale par rapport à ce que fut, aux dires des mêmes chercheurs, la propagande coloniale des années coloniales.


      Il y a décidément de quoi troubler n’importe quel pied noir, ou descendant de pied noir, et tous ceux qui ont, d’une façon ou d’une autre, partagé cette histoire tragique, et nourrir beaucoup plus que de la nostalgie.


     Il y a tout autant de quoi éprouver malaise, sorte de mélancolie profonde, peut-être surprise, pointe de colère, ou pitié, de la part d’un ancien de la guerre d’Algérie qui a servi son pays et qui voit un ancien combattant du FLN abandonner au moins deux fois son pays et vivre aujourd’hui dans l’entre-deux confortable des deux rives.


   Malaise sur le qui était qui et le qui faisait quoi, et sur le qui est qui et le qui fait quoi aujourd’hui dans notre pays ?

 

       Qui assume vraiment son passé ?


       A l’aune de ce type d’exemple, le débat toujours recommencé, ou toujours rallumé à dessein, sur les mémoires de la guerre d’Algérie, parait bien dérisoire!


Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens