Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 16:17

Janvier 2015, Barbarie à Paris, novembre 20015, Barbarie à Paris, juillet 2016 Barbarie à Nice :

La cohérence intellectuelle et politique d’un Président ?

 

            J’invite tout simplement lecteurs ou lectrices à lire le billet que j’ai publié le 13 janvier 2015, sous le titre

        "Janvier 2015 Barbarie à Paris  Réflexions citoyennes »

        J’écrivais qu’il ne suffisait pas de décider de porter la guerre à l’étranger sans se protéger sur le plan national.

        N’était-il pas plus facile d’envoyer nos soldats se faire tuer au Sahel que d’affronter intelligemment et efficacement notre nouvel ennemi intérieur ? Toujours la gloire ! La promotion de la France comme justicier international !

        Pour ne pas évoquer les coups de menton avec le Charles de Gaulle ou les Rafales dans le Golfe !

       Je donnais comme exemple de l’absurdité de la politique gouvernementale, le budget de la DGSI, notre sécurité intérieure, qui « rivalise » avec celui d’une institution récente qui ne sert à rien la « Cité nationale de l’histoire de l’immigration », moins de 50 millions d’euros.

       Il convient d’ajouter que le débat actuel sur les droits de l’homme, le sort qu’il convient de réserver aux français djihadistes ennemis de notre pays nous parait relever d’un débat sur le sexe des anges.

        La situation est suffisamment grave pour appeler un chat un chat, c’est-à-dire un ennemi un ennemi, c’est-à-dire un ressortissant français, binational ou non, qui relève, non plus d’une justice civile, mais d’une justice militaire.

         Ajouterais-je qu’il serait possible aussi de questionner la cohérence « morale » ?

       Jean Pierre Renaud

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 10:00

Chronique N° 7 de la France d’en bas

Etat d’urgence ? Etat d’urgence ?

 

            « Etat d’urgence » contre les attentats terroristes ! « Etat de guerre » contre Daech !

           Après le Mali, la Centrafrique, le Sahel, le Moyen Orient ! ! Hollande s’érige en justicier international des conflits.

           Et pendant ce temps-là, que voit-on ? Depuis des semaines et des semaines, sans discontinuer, avec Nuit Debout et les manifs contre la loi Travail, les forces de l’ordre sont en permanence mises à contribution, mais dans quel but ? Maintien de l’ordre public ou lutte contre les menaces terroristes ?

            Depuis des semaines et des semaines, ces graves désordres nourrissent l’actualité des médias. Le 18 mai 2016, à titre d’exemple, en première page de La Croix : « Mais que peut faire la police ? », en deuxième et troisième pages, « Les policiers face aux nouveau défis du maintien de l’ordre », « Depuis les attentats, la fatigue s’accumule ».

          Je corrigerais volontiers le titre de la première page en écrivant « Mais que doit faire la police ? ».

          Et pendant ce temps-là, les commandos des ultragauches s’entrainent   place de la République, sur un magnifique terrain, pour une autre guerre intérieure ?

        Oui ou non, la France est-elle en « état d’urgence » ?

         Comment le croire puisque les médias, tout comme le gouvernement, font comme si ce n’était pas le cas ?

       Au journal du soir du13 mai, sur France 2, et à Rennes, ville de graves désordres, le ministre de l’Intérieur expliquait gravement qu’il fallait tout à la fois faire preuve d’autorité, et respecter la liberté de manifester, c’est-à-dire de déployer, sans discontinuer, nos forces de police contre des bandes de casseurs au lieu de se mobiliser pour maintenir la paix civile dans  notre pays.

        Que de contradictions et de circonvolutions, pour ne pas dire d’innocence vraie ou fausse ! Hollande va en Nigéria proposer son aide militaire, Le Drian, va porter bonne parole et feu dans les pays où la France a cru devoir s’engager, Ayrault, va plaider à Tel Aviv et à Ramallah, pour une nouvelle étape de pacification de ces territoires, alors qu’ils ne sont pas foutus d’entretenir ou de préserver la paix civile en France, à Rennes, ou Nantes.

       Ces jours-ci, Valls passe trois jours en Israël et Palestine.

         On croit rêver ! Mais non, c’est la réalité d’une France politique complètement zinzin !

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans guerre
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 14:08

« La France a-t-elle les moyens de faire la guerre sur trois fronts ? »

 

En première page du journal Le Monde des 16 et 17 novembren avec en page 8, une analyse utile intitulée «  Hollande : plus de guerres, moins de moyens » et la solution miracle de l’éditorial du même jour.

 

 

        Un bravo tout d’abord à ce quotidien qui appelle enfin un chat un chat, et qui parle donc de guerre, et pas d’interventions militaires extérieures qui ne disent pas leur nom, car l’appellation justifiée de guerre devrait beaucoup plus interpeller nos dirigeants et élus sur la gravité des responsabilités qu’ils prennent au nom de tous les citoyens.


            Responsabilité des parlementaires ou d’un Président qui dispose du droit exceptionnel d’engager la France dans une guerre, en annonçant au bon peuple de France : « J’ai décidé », et nos troupes ou nos avions de s’envoler vers le Mali, la Centrafrique, ou aujourd’hui l’Irak.

         La Constitution actuelle, modifiée en 2008 accorde, ce pouvoir arbitraire et non démocratique au Président, quitte pour le Parlement à voir ce qui se passe trois mois plus tard…et à continuer…


        L’éditorial met en cause la passivité de l’Union européenne « L’Union européenne n’a jamais connu un environnement aussi guerrier. Mais collectivement elle s’en moque. »


       Résultat : la France, endettée jusqu’au cou, se lance dans trois guerres qu’elle sera bien incapable de mener, sauf à faire craquer son armée, et une fois de plus son budget.


       Ecrire dans cet éditorial : « François Hollande mène une politique étrangère courageuse. Mais en a- t- il les moyens ? »


            Une bien curieuse façon de juger, d’autant plus curieuse que l’éditorial remet à la mode du jour une idée farfelue de Chirac, celle qui consisterait à défalquer de notre déficit national les frais engagés au nom de la défense de l’Europe !


       Une solution miracle donc, celle du cavalier seul militaire de la France avec l’augmentation de son déficit budgétaire, de plus en plus grand, et l’accroissement corrélatif de sa dette nationale !

           Une  pure folie !


        La solution passe évidemment par une réforme de la zone euro, avec l’institution d’un exécutif européen, une politique étrangère commune, et les éléments d’une force d’intervention militaire de nature européenne.


      Comment est-il possible en effet d’accepter que les soldats de la France puissent être considérés comme les nouveaux Suisses de l’Europe, comme les anciens, sous les rois de France ?


Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 09:46

« Les interventions militaires de la France »

La Croix du 31 octobre 2014 avec les points de vue de MM Boniface, de Villepin et Chevènement


 

            A plusieurs reprises sur ce blog, j’ai fait part de mes réserves sur les conditions des interventions militaires de la France, notamment en Afrique, et le 15 octobre dernier, j’ai proposé une lecture critique d’une chronique de M.Boniface intitulée «  Les conditions d’une intervention militaire » (La Croix du 29 septembre 2014) en concluant cette analyse par la suggestion d’y ajouter trois conditions supplémentaires :


          Dire guerre, de préférence à intervention, c’est-à-dire appeler un chat un chat.

         Dire sans mort car l’opinion publique aujourd’hui indifférente le serait beaucoup moins s’il y avait des morts.

         Dire avec l’ Europe, car la France, endettée jusqu’au cou, continue à faire cavalier seul, quitte à solliciter ensuite le soutien de l’Europe.


       Les trois chroniques citées ci-dessus proposent un éclairage complémentaire sur les conditions qui devraient, ou pourraient, être celles des interventions militaires de la France, ou « guerres ».

      M.Boniface, ancien collaborateur de M. Chevènement, conclut sa nouvelle analyse que je qualifierais de classique, parce qu’elle s’inscrit  dans la ligne gaullo-mitterrandiste traditionnelle, avec la recommandation de «  Renforcer la lisibilité de la politique française », titre de sa chronique.

     M.Chevènement s’inscrit également dans cette ligne classique et approuve ce type d’interventions, à partir du moment où elles répondent au droit international, et en faisant référence à la présence de la France au Conseil de Sécurité.

L’ancien ministre souligne toutefois que 1) « les moyens de la France ne sont pas illimités » et souhaite que ces moyens soient utilisés « de préférence dans les zones géographiques où la France exerce traditionnellement son influence. »


      Pourquoi classique, ou traditionnelle ?

     Parce ce que type d’analyse revêt à mes yeux une couleur du passé en ne tenant pas compte des changements d’échelle des puissances du monde qui se sont produits depuis trente ans, avec l’arrivée de nouvelles puissances, Chine, Inde, ou Brésil…

      Depuis de Gaulle et Mitterrand, le monde a bien changé !


     La France et l’Europe ont besoin d’une révolution stratégique et le discours du gaulliste de Villepin que je qualifierais volontiers de moins gaulliste que celui des deux autres signataires, est un discours novateur sur l’évolution du monde, la nécessité d’y adapter la France  par une nouvelle stratégie de la paix, avec un Commissaire européen à la paix, « une force militaire de réaction rapide sous drapeau de l’ONU», - j’écrirais volontiers de nature européenne-, « doublée d’une force de reconstruction étatique. C’est un savoir-faire de l’Europe. »


      Dernier commentaire sur ces contributions :

     Une grande discrétion sur la question des budgets de ces fameuses interventions militaires, mais surtout aucune remarque sur les pouvoirs exceptionnels d’un Président qui peut engager la France dans de nouvelles guerres, sans que le Parlement ne l’y autorise, dès le premier acte, c’est-à-dire, dès le « j’ai décidé » de déclarer la guerre !


      Comment ne pas relier enfin ce type d’analyse au succès européen de Philae à des centaines de millions de kilomètres de la myopie politique de nos dirigeants sur l’état de la puissance française et européenne ?


Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 08:12

« Les conditions d’une intervention militaire »

Par Pascal Boniface dans le journal la Croix du 29 septembre 2014

 


            Dans cette chronique, M.Boniface propose une analyse historique et technique des interventions occidentales dans les pays étrangers, mais sans rappeler toujours les raisons de ces interventions.

       A ses yeux, «  Trois facteurs viendront déterminer l’avenir des interventions militaires extérieures » -– les visions opposées de l’ingérence au Nord… à l’égard du Sud … , la fin du monopole occidental sur la puissance ; le poids croissant des opinions publiques dans la détermination des politiques étrangères.

        Facteurs ou circonstances ?

         Il propose un raccourci historique de certaines interventions extérieures du siècle passé qu’il classe, sans les citer, dans la catégorie des «  promenades de santé » … « comme elles le furent presque jusqu’à la fin du XX °siècle. »  en passant à d’autres interventions récentes qui n’ont pas connu de réussites, telle celle d’Afghanistan.

        « En Libye, le succès initial a laissé place au chaos. En dehors de la situation libyenne, du choc qu’a éprouvé en retour le Mali…»


       « Il y a cependant des interventions réussies. On peut citer celle modeste du Timor-Oriental. On peut également citer l’intervention française au Mali : elle fut de courte durée – (nous y sommes toujours) -, les adversaires faibles – (ils sont toujours là ) -, elle se fit à la demande de la population malienne – ( il n’y avait plus d’Etat ) - et rencontra un soutien régional et mondial, avec de surcroît un feu vert juridique de l’ONU – après que le Président ait annoncé : « j’ai décidé », comme il l’a fait après, pour la Centrafrique, et comme il vient de le faire pour l’Irak.

          Est-ce que ces interventions ont été effectuées en respectant les conditions que propose M.Boniface, lesquelles seraient les suivantes ?


       « En premier lieu, il ne faut pas confondre monde occidental et communauté internationale »

       « Ensuite un mandat du Conseil de sécurité reste la meilleure garantie de légitimité …

          Il est aussi impératif de réfléchir au jour d’après. Le contre-exemple libyen en est la démonstration….

        Les guerres de contre-insurrection ne peuvent être gagnées qu’à condition d’avoir un allié national puissant sur lequel on peut s’appuyer, capable de mettre en œuvre rapidement une solution politique. »


         Comme ce fut le cas en Libye, au Mali, en Centrafrique, et  aujourd’hui en Irak ? Avec des alliés puissants qui sont absents ?

         A lire ce texte, la France n’aurait donc pas dû s’y engager.

        Les interventions françaises récentes ne s’inscrivent en effet pas dans ce type de schéma, même si l’ONU, a dans un deuxième temps, entériné le « cavalier seul » de la France – j’ai décidé -  qui fleure un peu trop une nouvelle forme de néocolonialisme, un mélange d’intérêt et d’idéalisme pas très éloigné de la mission civilisatrice (des colonies) de la France (aujourd’hui l’humanitaire), ou encore de la grandeur passée du pays (la France reste une grande puissance).


       L’exposé de M. Boniface soulève des questions auxquelles il ne parait pas apporter de réponse, au moins dans le cas de la France, pour laquelle j’ajouterais volontiers trois conditions supplémentaires, la première, appeler un chat un chat, c’est-à-dire, les conditions de « la guerre » au lieu « d’une intervention militaire », et puisqu’il s’agit de guerre, redonner au Parlement le pouvoir d’en décider.

      La deuxième, afficher clairement le ou les objectifs de notre guerre, c’est-à-dire, ce qui n’est jamais dit aujourd’hui, une « guerre sans morts ».

     La troisième, arrêter de faire croire à l’opinion publique française que la France peut continuer à faire ses exercices de puissance militaire extérieure sans l’Europe, le véritable siège de notre puissance, tout en faisant comme si – c’est éclatant dans le cas de l’Irak -  le gouvernement conservait une liberté d’action (sous le parapluie américain), tant que l’Europe refusera d’exercer une forme nouvelle de puissance militaire.


Jean Pierre Renaud.


N B - Les lecteurs intéressés par ce type de sujet peuvent consulter mon analyse de la thèse qu’a défendue la capitaine Galula sur le guerre contre-révolutionnaire, à partir de son expérience algérienne sur ce blog aux dates suivantes : 21/09/2012 et 5/10/2012

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 09:56

Citation:
Le Monde du 7 août 2014, page 2:

" Les négociations entre Israël et le Hamas...
Israël à réussi à imposer au Hamas l'initiative égyptienne... et est parvenu à écarter le Qatar et la Turquie, parrains du mouvement islamiste..."

Ou en formule arithmétique ou diplomatique:

" Le Hamas et ses deux " parrains ", Qatar et Turquie + Qatar, ami de la France et son vaisseau amiral, le PSG + Turquie et ses milliards du processus d'adésion à l'Union Européenne, membre de l'OTAN + Israël, allié des États Unis = le bordel international ou qui est qui ou quoi ?

Avec à la clé des milliers de morts et l'Europe paiera ! Car c'est l'Europe qui en définitive paie les dégâts !

Comment ne pas faire mieux dans la duplicité diplomatique ?


Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 10:48

Guerre au Mali entre Paris et Alger: une très bonne nouvelle!

 

Le Monde du 23 mai 2014, page 8

" Paris et Alger engagent un partenariat militaire

Les deux armées ont mené les premières opérations coordonnées au nord du Mali"

 

 

        A plusieurs reprises, j'ai eu l'occasion de faire observer sur ce blog que la France avait engagé nos forces armées au Mali au début de l'année 2013 dans des conditions contestables à la fois sur le plan historique, international, et démocratique.


         Il était tout de même très étrange de voir la France intervenir au Sahel sans que l'Algérie ne soit pas, au prélable, sollicitée pour y être associée.

 

 

 


Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 09:45

La France en Centrafrique : entre néocolonialisme, ingérence humanitaire, tutelle de l’ONU, histoire coloniale ou postcoloniale, à l’ombre de la Françafrique !


(Commentaires de contributions publiées dans le journal la Croix des 29 janvier et 7 février 2014)

 

            Le lecteur connait ma position de citoyen sur les modalités d’intervention de notre pays au Mali et en Centrafrique (voir mon article du 17 février 2014), et l’évolution des conditions de cette intervention militaire qui se déroule en dehors des missions normales de notre armée (une interposition dans une guerre civile !), donc un « piège » !

            Cette opération « militaire » dure, contrairement aux engagements du Président, et met en évidence, après son « fait accompli »,  l’extrême difficulté que la France rencontre pour trouver des concours internationaux, et montre clairement les limites de ce nouvel exercice de puissance dans une Afrique qui doit se prendre en charge.


            Pourquoi ne pas avoir laissé les voisins de ce pays, le  Gabon, la République du Congo, ou la nouvelle Afrique du Sud, qui paraissait motivée et en avait les moyens, prendre leurs responsabilités, avec l’appui de la communauté internationale, y compris la France ?


         La guerre civile qui sévit en Centrafrique pose à nouveau le problème des conditions de l’intervention internationale dans ce type de conflit.

           Ingérence ou pas ? M.Bayart, chercheur au CNRS, (La Croix du 7/02/14) prône une « nouvelle doctrine de l’ingérence », mais en invoquant des arguments sujets à caution : « Au Mali, sa sécurité était mise en cause du fait de la volonté des djihadistes de la frapper. »

           Question : l’Algérie n’était-elle pas le premier pays a priori concerné ?

     

       « En Centrafrique, les massacres rendaient intenable notre inaction »

Pourquoi la France, plus que l’Union africaine ou européenne, ou la communauté internationale dans son ensemble, c’est-à-dire l’ONU ?

     Plus loin, M.Bayart propose une autre justification qui a un vrai parfum colonial ou postcolonial, en écrivant :

     « En Centrafrique, les troupes françaises s’embourbent dans une mission d’interposition dont l’issue politique n’est ni prévisible ni même probable, tant est lourd le legs d’un siècle de prédation et de déshérence. »

        A quoi le chercheur fait-il allusion ? Au scandale des compagnies concessionnaires, forestières ou minières, de la fin du dix- neuvième siècle?

        Il serait sans doute plus approprié d’estimer, en faisant appel à un mot à la mode, le « ressenti néo-colonial» que la population de ce pays pourrait éprouver,  tout comme les quelques Français ou Françaises qui connaissent encore notre histoire coloniale.


       La position qu’a prise M. Jean Marie Guéhenno, professeur à Colombia University et président du Centre pour la dialogue humanitaire à Genève, dans le même journal, parait mieux fondée :

      « Ne promettons pas plus que ce que nous pouvons donner, mesurons les risques moraux et stratégiques de tout engagement extérieur, particulièrement quand il inclut l’usage de la force, mais n’oublions pas que l’abstention est aussi un risque moral et stratégique. »

        Un risque moral sûrement, mais dans le cas de la Centrafrique, l’intervention française ne s’inscrivait pas obligatoirement dans une stratégie nationale.


     Dans une autre chronique intitulée « Le retour des tutelles », M.Bertrand Badie, professeur à Sciences-Po,  ( La Croix du 29 janvier 2014) soulève les questions de principe que posent les interventions françaises, en s’inscrivant dans une nouvelle conception des tutelles internationales.

      Pourquoi l’ancien principe des tutelles coloniales de la SDN, puis de l’ONU, ne trouverait-il pas en effet une nouvelle justification, plus fondée de nos jours qu’à l’ère coloniale ? On estimait alors que les pays sous tutelle n’étaient pas en mesure de se gouverner eux-mêmes.


      Un dernier mot relatif au contenu de la réponse à la question du jour de La Croix du 13 février 2014, posée à M. Marchal, « chercheur au CNRS et spécialiste de la Centrafrique » :

        « Peut-on parler de « nettoyage ethnique » en Centrafrique ?

        « Il faut plutôt parler de nettoyage confessionnel…car plusieurs ethnies sont regroupées dans ce nettoyage…. Mis à part les convertis, les communautés musulmanes proviennent de migrations malienne, tchadienne, sénégalaise et camerounaise… Ils ont immigré il y a plus d’un siècle, mais ils continuent à être considérés comme des étrangers parce qu’ils sont musulmans. »

       Il s’agit donc bien à la fois d’un nettoyage ethnique et d’un nettoyage religieux, comme notre belle France en a connu dans les siècles passés, sur son propre territoire !

         A relire, entre autres, le récit d’André Gide, « Voyage au Congo » dans cette région qui fait la Une de l’actualité, il y a moins d’un siècle (1926-1927), on a de la peine à y rencontrer des communautés sénégalaise ou maliennes, mais incontestablement celles d’autres ethnies, les unes d’obédience musulmanes, venues du Sahel,  les autres d’obédience chrétienne, issues des populations animistes ou fétichistes de la forêt.

 

     Dans la même réponse, le chercheur écrit :

     « La visite de Jean-Yves Le Drian doit permettre de mater les anti-balaka. »


     Le ministre de la Défense de la République Française va donc « mater » ?

 

     Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 09:05

« AUTREMENT DIT »

Journal La Croix du 3 octobre 2013


"OPINION  OUMAR KEÏTA et MICHEL GALY"


« Mali-France, vers une relation renouvelée »


 

               La chronique en question est cosignée Oumar Keïta et Michel Galy : ce dernier est politologue et M.Keïta est historien représentant en France du Président Ibrahim Boubacar Keïta, lequel vient d’être élu Président du Mali.

                 Cette chronique est un plaidoyer pour une nouvelle relation entre le Mali et l’ancienne puissance coloniale, c’est-à-dire la France.

 

            Le texte en question me laisse très dubitatif, peut être en raison d’une culture historique insuffisante sur le sujet, mais je n’en suis pas convaincu, et je me demande si, dans ce duo d’écriture, l’historien « engagé » exprime bien la réalité des problèmes passés et actuels des relations entre les deux pays, dans un langage un peu trop euphorisant.


            « Les temps ont changé », bien sûr, mais il est tout de même difficile de faire porter la responsabilité des maux actuels du Mali sur l’ancienne puissance coloniale, comme la conclusion semble le suggérer dans une formulation contestable :


           « De sorte que ce soient les relations Mali-France qui priment, c’est-à-dire l’intérêt malien avant tout : à ce prix, ce sont aussi les décideurs, les acteurs de coopération et le peuple même de l’ancienne puissance coloniale qui seront libérés du lourd poids de l’Histoire, et auront de tout cœur droit à la gratitude et à l’alliance du peuple malien » »


        «  Le peuple même de l’ancienne puissance coloniale… le lourd poids de l’Histoire », vraiment ?


           Diable ! M.Keita serait sans doute surpris de l’ignorance des Français en général et des élites en particulier sur le sujet, et il parait tout de même difficile, plus de cinquante après l’indépendance du Mali d’appeler  « l’Histoire » en garantie d’un tel propos.

           Mais soit ! Allons donc au fond du sujet !


       L’Europe et l’Algérie, au premier chef, sont au moins autant, sinon plus concernées que la France, par la situation du Mali.

               La France a eu de la peine à mobiliser l’Europe et l’ONU sur la cause du Mali, et l’Algérie, officiellement en tout cas, est aux abonnés absents.

               La reconstruction d’un Etat et d’une armée dépasse largement les moyens de la France, et tout dépend des Maliens eux-mêmes et des conditions qu’ils devront remplir pour atteindre un tel résultat.

         Une paix difficile à stabiliser, si les pays africains voisins ne mettent pas longtemps la main à la pâte, si un Islam modéré ne réussit pas à canaliser et à pacifier les initiatives d’un Islam extrême, si la société malienne ne réussit pas à modérer son dynamisme démographique, et enfin si les responsables du pays ne mettent pas en œuvre une réforme institutionnelle reconnaissant la réalité d’un peuple Touareg dont il est tout de même difficile de continuer à nier l’existence.    

   

           Et en point final, comment ne pas rappeler que la France ne fut présente au Mali que pendant une période d’à peine plus de soixante années ?


        Jean Pierre Renaud

 

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 15:43

Le Mali et « l’insoutenable légèreté de l’être » des députés !

22 avril 2013 : l’Assemblée Nationale autorise le gouvernement à poursuivre la guerre au Mali, par 342 voix pour sur 352 votants, sur un total de 577 députés !

Soit 6 sur 10 dans le scrutin N° 510!

 

      Mais où est donc passée la 7ème compagnie, ou plutôt les autres compagnies du bataillon, puisque le nombre des votants aurait dû être de 577 députés, et non pas 352 !

     A noter :  les 215 députés socialistes votants et favorables sur un effectif de 292, en gros 2 sur 3, et les 87 députés UMP votants et favorables sur un effectif de 196 députés, soit moins de un sur deux !

    Sur le total de l’effectif, 225 députés étaient donc absents !

    Le sujet n’était donc pas assez sérieux pour tous ces députés absents ?

   Les interventions qui ont été faites dans l’hémicycle ont recensé la plupart des éléments de cette problématique de guerre, en omettant de citer l’Algérie, qui aurait dû être le principal acteur de la confrontation.

    Pour protéger son gaz et son pétrole ?

    Curieux oubli, non ?

   Curieux aussi que l’Assemblée Nationale se soit abstenue également de fixer le cadre de la prolongation autorisée, délai, financement, et si relais par l’ONU, à quelle date ?  etc…

    Une fois de plus, je conclurai que dans cette nouvelle guerre, les forces françaises sont les « nouveaux Suisses » de l’Europe, alors que l’Algérie, comme l’Europe d’ailleurs, se sont bien gardées de mettre le doigt dans le même engrenage, et que le gouvernement d’une France, endettée jusqu’au coup, en pleine crise intérieure, … fait une guerre dont le pays n’a plus les moyens !

    Plus de deux cents millions d’euros déjà volatilisés, pour ne pas rappeler à notre mémoire le sacrifice de plusieurs de nos soldats !

   Toujours le même « esprit de gloire »  que Montesquieu a identifié comme une des caractéristiques de la mentalité des Français !

    Seulement, nous ne sommes plus au siècle de Montesquieu, et c’est à se demander si nous ne sommes pas dirigés par des « illuminés » !

   Et pour terminer, le silence assourdissant de la plupart des médias sur cette décision de l’Assemblée nationale, c’est-à-dire leur complicité avec cette guerre !

Jean Pierre Renaud

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Guerre
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens