Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 14:06

Madagascar et les ingérences de la France !

Source : le tract

« Le COLLECTIF POUR MADAGASCAR »

Pour Madagascar, mobilisons-nous !

 

Dans ce tract, trois colonnes intitulées,

-       la première « Condamnations de la communauté internationale »

-       la deuxième « 27 mois de crise à Madagascar »

-       la troisième « Action de soutien de la France à TGV et à la HAT », dont le texte est ci-dessous reproduit :

Pour les non-initiés, TGV, l’abréviation du nom du président actuel au pouvoir à la suite de son coup d’Etat, et HAT, la supposée Haute Autorité Provisoire, laquelle dure depuis 27 mois déjà !.

Le texte du tract :

«  Mise à l’abri de TGV en février 2009 : par l’ambassade de France alors qu’il était menacé d’arrestation pour troubles à l’ordre public,

Nomination de l’ambassadeur de France : M.Châtaigner arrivant à Madagascar dès le lendemain du coup d ’Etat, poste alors vacant,

Participation de militaires français : au défilé du 26 juin 2009, avec décoration d’officiers généraux et supérieurs par leurs collègues malgaches putschistes pour service rendus,

Accompagnement de la HAT et de TGV : en Lybie pour rencontrer Kadhafi ; à Maputo en août 2009, à Addis-Abeba en novembre 2009 par des membres du Quai d’Orsay,

Maintien de la coopération militaire : envoi d’instructeurs, dotation d’avion, d’hélicoptères ; de matériels et d’équipements divers

Octroi en juin2011 de 9 milliards d’Ariary,

Appel à des élections rapides par la HAT :

-       qui bâillonne l’opposition, et muselle les médias,

-        qui refuse l’ouverture, la neutralité et l’inclusivité

-       qui  brave les décisions de la SADC et de l’UE de juin 2011.

La France est l’alliée objective de Rajoelina, qui par son entêtement à garder le pouvoir, est en passe de faire de Madagascar en l’isolant politiquement et économiquement du reste du monde, un deuxième Zimbawe.

Tout doit être entrepris pour empêcher qu’un tel scénario se reproduise à Madagascar. »

Fin de citation !

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Actualités
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 13:39

Humeur Tique : la crise de la Grèce et l’Europe de la grande cacophonie (kakophônia) !

 

A lire les journaux ou à écouter la radio, Présidents, Commissaires, ou ministres, chacun y met son grain de sel, avec pour seul résultat une spirale de méfiance de plus en plus grande à l’égard des institutions européennes et de sa gouvernance !

Et pour comble de ce désordre européen, le ministre des finances d’un gouvernement belge qui n’a plus vraiment d’existence depuis plus d’un an, se croit fondé à en remettre une louche, en déclarant dans la Tribune de lundi « que même la France, compte tenu de son « niveau de déficit et d’endettement », pourrait devenir la cible des marchés. » (Le Monde du 21/06/11, page 15, dans l’article « Un effet « domino » casserait la croissance en Europe ».

Dans une de nos belles provinces françaises de l’est, les grands-mères disaient, quelquefois en patois, à leurs petits enfants qui disaient des sottises : « Fermes-la, tu ne sais pas ce que tu dis ! »

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Humeur Tique
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 10:47

Bi-nationalité des Français, la fin d’un nouveau tabou ?

Libé du 7/06/11 et le Monde des 12/13/06/11

Quels enjeux et doubles jeux à moyen ou long terme ? Et pour la terre entière ?

La population française représente 1% de la population mondiale !

Opinions d’un footballeur sur son « terrain de jeu », M.Platini, et d’une politologue sur son « terrain de jeu scientifique »

Qu’en penser ?

            Sur le blog du 9 mai 2011, « Humeur Tique » a publié un petit texte à propos de la controverse engagée sur l’origine des footballeurs, texte intitulé :

            « Un débat mal engagé mais utile »

            Cet article concluait sur une des questions de fond posées: quid de la bi-nationalité en cas de conflit sur le pourtour méditerranéen ? 

            Deux interlocuteurs très différents par leur origines, l’un, footballeur célèbre, Platini, Président de l’UFEA, et l’autre universitaire, politologue, sont intervenus sur le sujet, le premier dans une longue interview de Libé du 7 juin 2011- Sports (page 22), la deuxième, Mme Labat, dans une longue interview du Monde des 12 et 13 juin 2011, à la page 17 « Débats Décryptages »

On ne pouvait pas trouver meilleurs interlocuteurs pour éclairer le sujet et poser les questions de fond du sujet, l’un très bon connaisseur du monde du football, à l’origine du débat, et l’autre, politologue, donc analyste de ce type de question, universitaire spécialiste, avec la distance qu’impose théoriquement l’exercice de cette discipline.

Que dit M.Platini ?

Son interview se situe dans le contexte des problèmes financiers et éthiques du football européen en général, et notamment des dérives financières des clubs européens, mais elle aborde par ailleurs  le problème du fonctionnement des équipes nationales, délaissées au profit des équipes des clubs les plus riches, et enfin celui des joueurs binationaux.

A la question du journal : Qu’avez-vous pensé de l’affaire des quotas, qui vient de secouer le foot français ?

« Que beaucoup de gens avaient raison. Je ne cautionne bien sûr pas les propos excessifs qui ont été tenus. Je pense que le débat sur les binationaux est un beau débat qui devait avoir lieu. La Fifa a changé les règles (en permettant, pour complaire aux pays africains, à des joueurs de pouvoir choisir quand ils veulent la sélection nationale du pays dont sont originaires leurs parents ou grands-parents, ndlr) contre l’avis de l’Europe. Moi, j’étais contre. A partir de ce moment-là, on peut se poser la question : que fait-on de Clairefontaine ? Je comprends que des joueurs non retenus en équipe de France choisissent la sélection nationale de leur pays d’origine ; mais je comprends qu’à Clairefontaine on s’interroge si une partie des joueurs qui y viennent choisissent une autre sélection que la France. Je n’ai pas la réponse, mais je pense que ce débat sur les bi-nationaux doit continuer tant que les règles de la Fifa n’auront pas changé. »

Le propos de l’ancien footballeur célèbre a le mérite de la clarté, et je vous avouerai que j’ai été un peu surpris de le voir accueilli dans un journal qui, généralement, est plus disponible pour d’autres discours.

Que dit, de son côté, Mme.Labat, politologue de métier et d’écriture ?

Le titre de son interview a le grand mérite de la clarté :

« Bi-nationalité : notre futur », avec une première question sur son titre : choix de l’auteur ou choix du journal ?

La politologue inscrit son analyse, mais d’abord son discours, dans un constat historique qui, pour le moins, prête à discussion :

On admettrait la bi-nationalité d’Eva Joly,

« Mais l’admettrait-on d’un Franco-Algérien ? Le doute est permis, car c’est bien la bi-nationalité d’anciens ressortissants de l’empire qui alimente un imaginaire dont on peut douter qu’il soit lui-même décolonisé. »

Soit ! Mais aucune école historique sérieuse n’a jusqu’à présent démontré que l’imaginaire de la France ait été colonisé, au temps du fameux empire colonial, pas plus d’ailleurs qu’aucune enquête statistique sérieuse et récente n’a d’ailleurs également démontré que le Français d’aujourd’hui souffrirait encore d’un imaginaire colonial, transmis sans doute par l’inconscient collectif français, ainsi que l’a prétendu une historienne postcoloniale assez connue. !

Est-ce que les chercheurs qui défendent ce type de thèse auraient peur des résultats de ce type d’enquête ? Sinon, pourquoi ne la font-ils pas ?

Pourquoi le CNRS et la CADIS, avec le soutien du grand journal qu’est le Monde, ne lancent-ils pas une enquête approfondie sur le sujet ?

Chaque jour voit en effet fleurir je ne sais combien de sondages et d’enquêtes de toute nature et de tout acabit !

Citons encore ses réflexions sur le même sujet qui n’ont à mes yeux pas un meilleur fondement scientifique :

« Seule l’ intégration de l’épisode colonial dans les représentations collectives françaises fragilisées par la mondialisation permettrait de repenser la question de l’altérité, et, par- là, celle de la construction nationale dans le cadre d’une République qui serait à même de reconnaître une forme de « diversité » de la société française susceptible de faire échapper les populations issues de l’empire à un statut d’éternelle infériorité »

Mais alors un nouvel imaginaire colonial serait à construire ou à reconstruire, puisqu’il faut une « intégration » ?

Et plus loin encore, mais là le commentaire montre le bout de l’oreille, celui de l’Algérie, toujours, et toujours l’Algérie !

« Ainsi chaque événement lié à notre passé algérien est-il irrémédiablement décliné sur un mode passionnel. Le consensus n’est toujours pas fait autour des tabous de la décolonisation et de la perte de l’Algérie française.

Autant d’occasions manquées qui auraient pu permettre de prendre publiquement acte au sein de la population française de millions de Français issus des ex-colonies et d’achever par cette unique voix le deuil de l’empire ainsi que la réconciliation des Français, d’où qu’ils viennent, autour de valeurs communes fondatrices d’une identité nouvelle et enrichie. »

On voit bien ici que Mme Labat, au même titre que beaucoup d’autres chercheurs, est obsédée par la question algérienne, mais l’histoire de l’Algérie n’est pas l’alpha et l’oméga de l’histoire coloniale, et une fois de plus, je mets au défi l’intéressée de nous produire une enquête sociologique sérieuse qui nous convainque de la justesse de son propos quant au deuil de l’empire.

Il y a là un immense malentendu entre ces chercheurs et la plupart des Français qui n’ont jamais eu besoin de faire leur deuil de l’Empire, mis à part ceux originaires de l’ancienne Algérie dite Française, et une petite minorité d’autres Français venus d’autres colonies.

Cette interview a le mérite de poser un certain nombre de questions de fond, mais au travers d’une analyse qui parait beaucoup s’éloigner des exigences d’une analyse scientifique solide, une opinion donc, plus qu’une analyse scientifique de la situation, sa problématique, ses caractéristiques, une mesure rigoureuse du phénomène et de son évolution.

Conclusion d’une scientifique ou opinion d’une militante ?

Très nombreux sont les intellectuels, romanciers ou philosophes qui ont milité pour telle ou telle cause nationale ou internationale, et c’était leur droit de citoyen, mais il semble plus difficile d’accepter un tel mélange des genres de la part de chercheurs qui prétendent inscrire leurs travaux dans l’exigence scientifique.

Opinion qu’elle a d’ailleurs donnée dans une interview au Quotidien d’Oran, le  2 juin 2011, en évoquant son livre consacré aux bi-nationaux franco-algériens :

« C’est la raison pour laquelle je conçois mon livre comme un ouvrage certes universitaire, mais aussi militant. Nous sommes nombreux  à être les parents d’enfants binationaux. Ils représentent une richesse… »

Comment écrire « l’imaginaire français n’a pas achevé de se décoloniser », sans apporter aucune preuve statistique de ce type de propos ?

Comment peut-on tenir ce type de discours, alors même que l’on est bien incapable de fournir aucun chiffre des bi-nationaux en question, sous prétexte qu’il est interdit en France de faire de la statistique ethnique ?

Dans son interview au Quotidien d’Oran l’intéressée déclare :

 « Par extrapolation, il se dit que les bi-nationaux représenteraient quelque quatre millions d’individus, statistique communément admise par les autorités françaises. »

Et sur ce total, combien de bi-nationaux franco-algériens ?

Déni du passé colonial ? C’est encore à démontrer, sauf en ce qui concerne l’Algérie, un dossier et une mémoire effectivement sensibles, mais il parait illusoire de croire que la bi-nationalité franco-algérienne apportera la solution, l’apaisement, bien au contraire, parce qu’il existe, comme la politologue le sait, d’autres groupes de pression influents qui cultivent effectivement leur mémoire, et qui ne sont sans doute pas prêts, comme beaucoup d’autres Français, à reconnaître que la France c’est l’Algérie.

Il est possible de comprendre, et d’apprécier la démarche personnelle de la politologue qui, en sa qualité de mère tente de faire le lien entre deux pays, les deux nationalités, mais il est non moins évident que la double nationalité constitue aussi un avantage pour ses bénéficiaires, et la politologue sait combien elle a été, après la deuxième guerre civile des années 1990,  et est encore  aujourd’hui recherchée, en Algérie.

Pourquoi la République Française s’interdirait de réexaminer les problèmes jusqu’alors inconnus, soulevés éventuellement par une bi-nationalité nouvelle, importante, liée sans doute aux séquelles de la décolonisation, il y a plus de cinquante ans, mais tout autant aux effets de la mondialisation des flux démographiques ?

Le dossier de la bi-nationalité est un dossier sérieux qui doit être ouvert dans toutes ses dimensions géographiques et humaines, qu’il s’agisse des anciens territoires français qui méritent effectivement un examen particulier, ou d’autres pays de la planète, temporelles avec la prise en compte du long terme, stratégiques, en tenant compte de l’instabilité du monde méditerranéen, et des risques de répercussion sur notre vie nationale, enfin de la dimension réciprocité.

J’ai entendu M. Bayrou se déclarer favorable à la bi-nationalité, pourquoi  pas ? Mais a-t-il bien pris en compte l’ensemble de ces données ?

Il serait intéressant de connaître son avis sur la situation d’un bi-national malheureusement célèbre, le soldat franco-israélien Shalit.

Tels sont les enjeux d’un vrai débat, qu’on aurait tort de simplifier, même sur la plan « scientifique » !

Pour clore provisoirement ce rapide examen, j’aimerais citer un de mes auteurs de jeunesse préférés, Albert Camus, qui prononça dans sa conférence de presse de Stockholm du 12 décembre 1957, la fameuse phrase contestée :

« J’ai toujours condamné la terreur. Je dois condamner aussi un terrorisme qui s’exerce aveuglément dans les rues d’Alger par exemple, et qui un jour peut frapper ma mère ou ma famille. Je crois en la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice. »

Quelle sera la position des parents et des enfants bi-nationaux en cas de crise ou de conflit ?

Alors point trop d’angélisme, il ne faut !

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 08:31

« Eclats de vie coloniale : Madagascar »

En 1937, Madagascar n’était pas la France !

Non plus d’ailleurs que la société coloniale de l’époque !

 

1937 : mort tragique du grand poète malgache Rabearivelo

 Echec de la colonisation française !

 

            Robert Boudry a publié en 1958 aux Editions Présence Africaine, un petit livre intitulé « Jean-Joseph Rabearivelo et la mort », livre préfacé par Jean Amrouche.

            L’auteur avait eu accès aux milliers de pages des « Calepins Bleus », noircis par le poète.

            L’auteur avait fait carrière au Contrôle financier de Madagascar et fait partie de la petite minorité de Français de métropole qui avaient partagé les aspirations intellectuelles et civiques de la jeune élite malgache, faites d’un goût de la liberté et de l’indépendance.

            C’était donc en ami du poète que l’auteur évoquait sa mémoire. Il lui rendait un vibrant hommage, mais en situant sa vie tragique dans le contexte historique et colonial de l’époque, dans la capitale de Tananarive.

Et cette évocation est particulièrement intéressante parce qu’elle décrit la problématique des rapports entre la puissance coloniale et les « indigènes », c’est-à-dire les Malgaches, et plus précisément des relations entre la société coloniale et les Malgaches.

Car pour un lecteur des récits historiques de cette époque, il existait bien un phénomène de « société coloniale », dont le comportement différait singulièrement de la société française de métropole.

Jean Amrouche décrivait le  poète dans la préface de ce livre :

 « Jean-Joseph est moins exemplaire par ses réussites, fragmentaires et contestables, que par ses erreurs. Il n’était pas taillé pour la victoire, mais pour la défaite. Sa vitalité, son ardeur spasmodique et déréglée marquent sa profonde faiblesse, celle d’une conscience et d’une âme déroutée.

Il enfle la voix par désespoir, se voit grand homme, lui qui est petit comme Napoléon, et s’exalte jusqu’à se proclamer dieu pour lui-même : mesure démesurée de son incurable humiliation.

Tout recours efficace lui est interdit. Ni la voie française, ni la voix malgache dans les deux directions des ancêtres fabuleux et vers l’aval révolutionnaire, ne peuvent accueillir et porter ses pas d’homme sur un sol ferme.

Alors Jean-Joseph bascule sur sa couche, et nous tourne à jamais le dos. »

Le poète s’est en effet suicidé le 22 juin 1937 : il avait à peine trente-six ans.. Il laissait une veuve et cinq enfants.

Et comme le soulignait Jean Amrouche, voie française ou voie malgache, l’une ou l’autre, lui étaient définitivement fermées, et c’est à partir de ce constat que Robert Boudry propose sa biographie du poète, déplore ce « drame colonial », un « suicide d’intellectuel imputable au colonialisme »

« On touche ici au drame qui n’est pas seulement celui d’un individu mais d’un peuple. La culture occidentale, la soumission aux colonisateurs conduisent le poète à une impasse. Ceux qui font miroiter à ses yeux sa libération de sa condition de Malgache par la culture lui ferment en même temps toutes les portes et le relèguent dans une situation misérable. ..

Son sacrifice prend ainsi une valeur symbolique. Il signifie la révolte de l’intellectuel précurseur contre le destin qui lui est fait, à lui, homme de couleur et colonisé par le conquérant, et celle de n’importe quel colonisé qui se reconnait en lui. Il signifie aussi la protestation du peuple malgache et celle de tous les peuples colonisés contre le régime auquel ils sont soumis. » (page 83)

Je ne vais pas évoquer les talents du poète, car j’en serais mauvais juge, alors que et d’autres lecteurs, des amateurs de poésie et des critiques, en ont loué le génie.

A lire Boudry, il semble que l‘on soit en présence d’un monstre sacré de la poésie, à l’image de Gérard de Nerval ou de Baudelaire.

L’homme n’était pas un petit saint, c’est le moins que l’on puisse dire, sans avoir la possibilité de discerner dans sa vie de patachon, d’opiomane, et d’alcoolique, ce qu’il convenait d’attribuer à son drame personnel de poète et de malgache humilié ou à ses penchants personnels.

Son ami Boudry écrivait :  

« Enfant particulièrement précoce sous ce climat tropical, les récits de ses bonnes fortunes et de ses orgies, tiennent une grande place dans son Journal. Il passe des nuits à boire du vin rouge et du rhum – il ne peut pas se payer mieux – et il rentre ivre chez lui. Il se sent ainsi plus près des conquérants, ce qui n’est guère flatteur pour ceux-ci. Un jour de 1933, il note :

« Ai joué comme un forcené jusqu’au matin. Ai bu comme le sable la mer. A minuit, tout ce que j’avais sur moi était brûlé après une apparence éphémère de chance… rentré aussitôt pour prendre tout ce que nous avions, ma femme et moi, d’argent liquide… J’ai tout perdu encore et ce sont des Chinois et des Indiens qui m’ont eu… Rentré seulement à 4 h 15, rond et saoul comme la lune… » (page 49)

Le poète Rabearivelo souffrait tout à la fois de ne pas voir ses talents de poète et d’homme de lettres reconnus par les conquérants, mais tout autant des conditions humiliantes dans laquelle l’administration coloniale tenait les Malgaches, outre le fait que les mœurs de la société coloniale étaient tout à fait détestables.

Humiliation d’autant plus sensible qu’il appartenait à la caste andriana (noble) de Zanadralambo, et que l’administration coloniale le traitait comme un indigène.

 En dépit de ses talents reconnus, elle refusait de lui faire une place dans l’administration. A l’occasion de l’exposition coloniale de 1937, à la préparation de laquelle il avait collaboré, le gouverneur Cayla n’avait pas cru bon de le convier à faire le voyage de Paris, son souhait le plus cher.

L’auteur cite une anecdote qui en dit long, très ou trop long, sur la mentalité de la société coloniale :

« Je me rappelle à ce propos qu’un jour l’autorité militaire avait convié les personnalités de Tananarive à la distribution des prix offerts aux enfants de troupe malgaches. Quelles ne furent pas la stupeur et la gêne des assistants d’entendre appeler sur l’estrade, non pas Rakoute ou Ranaive, mais des numéros martricules, sans état civil, ni personnalité. » (page82)

L’auteur écrivait : « Sa culture, son érudition mêmes sont considérables et il en conçoit un orgueil légitime, quand il se compare aux Malgaches et aux Européens qui l’entourent. Il s’intitule « un lettré de couleur fou de langue française et brûlant de garder sa personnalité…

Il réalise cette gageure de faire à Madagascar le métier d’homme de lettres se tenant au courant de toute l’actualité française » (page 46)

Et de publier ses poèmes dans des revues françaises, et de nouer des relations épistolaires avec des écrivains ou poètes français, notamment son ami Fagus, poète aujourd’hui peu connu.

« Il se heurte à tout instant à une contradiction vitale qu’il ne peut résoudre parce que cette société, par sa structure même, ne lui permet pas de le faire. Sa solitude, c’est le champ de bataille qui se livre en lui.

En dépit de sa culture occidentale, Rabearivelo demeure profondément malgache et il souffre de voir la culture de son peuple méprisée. Constamment son atavisme se rebelle et ranime le conflit. Plus il avancera en âge, et plus cet atavisme l’emportera sur sa formation française, d’autant plus d’ailleurs que la société européenne demeure fermée à une véritable assimilation. » (page 58)

Et quelle société européenne ? Une société assez largement dépravée, telle que la décrit l’auteur, et dont l’ancien magistrat de Madagascar, et poète, Camo a brossé de son côté la décadence dans le petit livre intitulé « Madame de la Rombière ».

Boudry écrivait : « Fondée sur l’appât du gain, sur une morale de l’argent facile et sur la supériorité du conquérant, la société européenne est composée d’éléments hétéroclites qui se renouvellent sans cesse et ne s’appuient sur aucune tradition. Aventuriers par vocation, par le hasard des circonstances ou malgré eux, la plupart des Européens occupent dans la hiérarchie sociale, du fait même de leur transplantation, une situation supérieure à celle que leur conféreraient leurs mérites dans la métropole, tandis que les Malgaches destinés à figurer localement dans les hauts postes sont condamnés à ne remplir que des fonctions subalternes ». (page 24)

Et pour illustrer cette situation, seulement mille deux cents Malgaches jouissaient alors de la citoyenneté française sur une population de quatre millions d’habitants !

            Grand poète, poète incompris et méprisé par la société coloniale, mais au moins autant poète en permanence habité par l’image de la mort.

            Incontestablement, il s’est complu à évoquer la mort, sa mort, et celle de son ami Fagus, très tôt convaincu qu’il était destiné à connaitre une mort violente, trouvant souvent l’inspiration dans l’évocation de la mort.

            Rabearivelo inscrivait souvent sa poésie dans un des versets de Musset :  « Les chants désespérés sont chants les plus beaux », et sa propre mort :

            « Avec l’idée – oh ! sans trembler – qu’un jour ma chair

            et mon front

            et mes os pourriront

            en ton sein, au mieux

            des restes innombrables

            et méconnaissables

            de mes aïeux »

            Car la culture malgache accorde une place capitale au culte des ancêtres !

Et pour terminer le bref commentaire de ce petit livre, indiquons que le poète Rabearivelo eut l’occasion, avant sa mort, de collaborer à une revue à laquelle collaborait également Jacques Rabemananjara. Ce dernier eut la chance de partir en France, et donc de ne pas périr étouffé dans cette ambiance mortifère de l’époque, le Rabemananjara, futur député du RDM, accusé d’avoir comploté contre la France, lors de l’insurrection malgache de 1947.

Le même Robert Boudry vint au procès pour témoigner en faveur des trois députés accusés et condamnés par la « justice » française  de la grande île.

Et pour raccorder la destinée du poète Rabearivelo, dans le contexte colonial de l’époque, avec l’actuelle situation de son pays, comment ne pas y voir certaines similitudes troublantes ?

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Colonies
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 16:19

Humanisme et démocratie

Edward W.Said

Notes de lecture

 

            Les lecteurs du blog ont pu lire le commentaire de lecture que j’ai proposé sur le livre bien connu d’Edward W. Said, intitulé « L’orientalisme ». (blog du 20 octobre 2010)

            Ma lecture était stimulée par la thèse que soutiennent certains chercheurs, qui ont lu ou non cet ouvrage, d’après laquelle le regard de l’Occident sur l’Orient aurait été structuré par les écrits des écrivains orientalistes, et notamment leur récit de dépréciation des mondes orientaux. D’où l’impérialisme, le colonialisme, la supériorité de la civilisation occidentale, et tutti quanti !

Les conclusions de ma lecture ont heureusement été plus nuancées.

Ceci dit, l’œuvre de cet intellectuel au parcours original est incontestablement intéressante, car il possède à la fois une connaissance encyclopédique de la littérature occidentale et une culture, mais tout autant, une sensibilité orientale, qui lui donnent la possibilité de mettre complètement à plat nos références de la littérature occidentale.

Il me fallait donc aller plus loin en lisant un autre livre du même auteur « Humanisme et démocratie », et cette lecture est également intéressante, parce que l’ouvrage tente de répondre à au moins deux questions :

-       Les humanités de l’Occident, c’est-à-dire aussi l’humanisme, sont-ils les seuls à exister ?

-       Comment les textes représentent-ils la réalité ?

            L’auteur met évidemment en cause les « eurocentristes », et son combat rejoint celui des adversaires des « ethnocentristes », en relevant que l’humanisme n’appartient pas uniquement à l’Occident.

Il décrit donc le comportement et l’hygiène de vie intellectuelle de l’humaniste : « Pour l’humaniste contemporain, il est particulièrement opportun de cultiver cette conscience de la multiplicité des mondes et des relations complexes qui s’établissent entre les traditions, à savoir cette combinaison inévitable dont j’ai parlé et qui se produit entre l’appartenance et le détachement, la réception et la résistance. »(page 141)

            L’auteur préconise donc de décortiquer les textes, de les disséquer, d’aller toujours voir derrière le texte, le contexte, et beaucoup d’historiens sérieux retrouveraient sûrement, à travers la méthode d’analyse proposée, à travers la philologie, leur propre méthode d’analyse historique.

            « Nous sommes submergés par des représentations préétablies et réifiées du monde qui usurpent la conscience et préviennent l’exercice de la critique démocratique, et c’est au renversement et au démantèlement de ces objets aliénants que devrait se consacrer le travail intellectuel de l’humaniste, comme le dit si justement C.Wright Mills. » (page 133)

            L’œuvre d’Edward.W.Said s’inscrit dans la lignée de l’historicisme défendu par l’italien Vico au 18ème siècle, et dans celle du grand philologue allemand Auerbach, qu’il cite longuement.

Il fait un sort particulier à la citation ci-après de cet auteur :

            « La manière de considérer la vie de l’homme et de la société humaine est fondamentalement la même qu’il s’agisse du passé ou du présent. Si un changement intervient dans notre manière d’envisager l’histoire, il influera nécessairement, et très vite, sur l’idée que nous nous faisons des circonstances où nous vivons. Une fois qu’on a compris que les époques et les sociétés ne doivent pas être jugées selon quelque modèle idéal de ce qui serait désirable dans l’absolu, mais selon leurs propres normes ; une fois qu’on range parmi ces normes non plus seulement les facteurs naturels, tels que le climat et le sol, mais les facteurs intellectuels et historiques ; une fois que, en d’autres termes, on a pris conscience de l’action des forces historiques ainsi que de leur constante mobilité intérieure ; une fois qu’on a saisi l’unité que présente la vie de chaque époque, de sorte que chacun apparait comme un tout dont le caractère propre se reflète dans toutes ses manifestations ; une fois enfin, qu’on a acquis la conviction que les connaissances abstraites et générales ne permettent pas d’appréhender la signification des événements et que les documents qui les feront comprendre ne doivent pas être cherchés exclusivement dans les sphères élevées de la société ou dans les archives officielles, mais aussi dans l’art, dans l’économie, dans la civilisation matérielle intellectuelle, dans les profondeurs de la vie quotidienne et du peuple – parce que c’est là seulement qu’il est possible de saisir ce qui est propre à un temps, ce qui est marqué des forces qui l’ont animé intérieurement et ce qui est universellement valide en un sens à la fois plus concret et plus profond - alors on peut s’attendre que cette prise de conscience se répercutera aussi sur le présent, et que celui-là apparaîtra comme une réalité incomparable et unique, animée par des forces internes et en constante évolution. Autrement dit, le présent se révèlera comme un fragment d’histoire dont la profondeur quotidienne et toute la structure interne requerront notre intérêt aussi bien sous le rapport de leur genèse que des tendances de leur développement. » (Mimesis, page 439)

            Vaste et ambitieux programme donc que proposait Auerbach, et que l’auteur faisait sien !

            Beaucoup plus surprenante dans l’ouvrage est sa conclusion !

Elle porte sur trois combats, ceux auxquels  l’intellectuel engagé n’a jamais renoncé :

« le premier consiste à se protéger et à se prémunir contre l’oblitération du passé… » (page 243)

« Le deuxième combat est de constituer comme produit du travail intellectuel des champs de coexistence plutôt que des champs de bataille. » (page 244)

Et le troisième « Mon troisième exemple, et le plus proche de moi, est la lutte pour la Palestine, lutte qui, comme je l’ai toujours pensé, ne peut être simplement et réellement résolue par un redécoupage technique, qui est en fait une opération de gardiennage, de la géographie du pays accordant aux Palestiniens dépossédés le droit (telles que sont les choses) de vivre sur environ 20% de leurs terres, qui se trouveraient encore encerclées et sous la dépendance d’Israël…. Priver tout un peuple de sa terre et de son héritage ne peut jamais être considéré comme juste… » (page 246)

A lire attentivement ces textes, il est possible de se demander si certains groupes de chercheurs ne font pas fausse route en croyant s’abriter derrière un drapeau intellectuel qui n’est pas celui d’Edward.W.Said, car l’intéressé situe ses analyses bien au dessus de la mêlée Orient-Occident, si tant est qu’elle existe.

Jean Pierre Renaud

 

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans culture
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 11:37

Humeur Tique : Le Bac, un premier sujet pour les recalés du bac !

« La sottise des philosophes est-elle mortelle ou immortelle ? » 

Avec BHL et Luc Ferry

&

Deuxième sujet :

« Sottise mortelle ou immortelle pour BHL ? »

Un philosophe entraîne la France dans une guerre en Libye, en se gardant bien d’imiter Byron en Grèce, à Missolonghi, ou Malraux en Espagne.

"Mortelle" pour qui ?

&

Troisième sujet

« Sottise mortelle ou immortelle pour Luc Ferry ? »

Voir chronique Luc Ferry dans le Figaro du 16 juin 2011 (page 19), avec comme titre :

« L’immortalité : mythe religieux ou prévision scientifique ? »

ou "rumeur de philosophe? "

 

Avec un sous-titre :

« Ces gens au front têtu, qui s’obstinent à parler sans réfléchir à ce qu’ils disent… »

Saint Augustin, la Cité de Dieu,II,1

Tiré du petit livre d’un autre philosophe, Lucien Jerphagnon, intitulé « La …sottise ? » (page 96)

Repost 0
Published by pas de pseudo
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 11:35

Humeur Tique : Arabie Saoudite et Maroc, deux bonnes nouvelles dans l’actualité de ces deux grands pays musulmans !

 

A Ryad, en Arabie Saoudite, les femmes bravent les autorités politiques et religieuses : considérées comme mineures par la loi, elles n’ont pas le droit de prendre le volant de leurs voitures.

            Elles ont donc décidé de braver cette loi rétrograde en prenant le volant.

Un point marqué contre la condition inégalitaire à laquelle elles sont soumises !

&

 

A Rabat, au Maroc, Mohammed VI, le roi, vient de décider de proposer à son peuple la mise en place d’une monarchie de type parlementaire.

Il pourrait s’agir bien d’une véritable révolution politique.

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Humeur Tique
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 11:32

Le film « Pina », sur la grande chorégraphe Pina Bausch !

Encore dans les salles ou en DVD

 

Un documentaire de Wilm Wenders « en trois dimensions » tourné en hommage à la grande chorégraphe Pina Bausch, récemment disparue.

Ce film montre parfaitement une chorégraphie qui lui appartenait en propre, c’est-à-dire dérangeante d’une certaine chorégraphie trop facilement académique.

Sa chorégraphie a bousculé beaucoup des conventions de la danse.

On est loin du ballet blanc des tutus, des entrechats, des pointes et des sauts de ballerines habillées tout de blanc qui ont effectivement caractérisé cette forme de ballet, si bien représentée dans les peintures de Degas

Sa danse à elle est, en effet, arrimée à la vie quotidienne, à la ville industrielle de Wuppertal, à ses usines  gigantesques, mais tout autant à la terre que le corps épouse, à l’eau qui lui coule dessus, à l’arbre qu’il étreint, aussi bien qu’aux gens de tous les jours.

Une chorégraphie qui déroule toutes les formes de la beauté des vies ordinaires, souvent faites de tristesse et de désespoir, et toujours très strictement servie par des danseurs et des danseuses qui expriment, dans la totale liberté de leurs corps, les rêves ou les désespoirs de Pina Bausch.

Des files de danseurs qui se suivent à la queue leu leu sur la crête d’une ancienne mine abandonnée et régénérée,  comme habités par je ne sais quelle douleur, méditation, prière, ou tristesse, ces allées et venues de danseurs et de danseuses entre les chaises, avec, et sur les chaises du café Muller…

C’est à partir de l’interview et de la danse d’au moins trois danseurs ou danseuses que le cinéaste fait revivre la danse de Pina Bausch, ses scènes dansées, au café, dans le décor d’une usine géante, en pleine nature, ou dans une ancienne mine reconfigurée par la verdure…

Le public parisien avait pu faire connaissance et apprécier les œuvres de la chorégraphe au Théâtre de la Ville, dans les années 80.

Une occasion pour les néophytes de faire aussi connaissance 1) avec la danse de Pina Bausch, 2)  avec le cinéma en trois dimensions !

Avec ma «  concubine préférée »

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Cinéma
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 15:28

Humeur Tique : A Madagascar, pénultième pantalonnade de ses généraux !

Les forces armées opposées au retour de Ravalomanana (1)

Qui exerce le pouvoir dans la grande île ?

 

Une fois de plus, un bon tour du grand chef « immature » ?

Grâce à son quarteron de généraux ?

Quand on voit ces grands chefs militaires prendre position sur une question politique qui ne les regarde pas, on voit clairement où est le vrai pouvoir à Madagascar, celui des armes !

Est-ce qu’il ne serait pas plus clair, en effet, et plus sain, en définitive, pour tout le monde, que l’armée prenne officiellement le pouvoir et qu’elle exécute les recommandations des institutions internationales, notamment celles de l’Union Européenne, qui invitent le pays à retrouver un fonctionnement démocratique normal par la voie de l’organisation d’élections véritablement libres, sous contrôle international.

Car personne ne prend véritablement au sérieux les promesses successives du « putschiste immature » actuel, qui conduit inlassablement, et depuis plus de deux ans, son pays vers le gouffre.

Alors, chers généraux, enfin un sursaut national et démocratique ! Et un sain retour dans vos casernes !

(1)  L’ancien président débarqué par l’actuel titulaire du pouvoir, en exil en Afrique du Sud

Repost 0
Published by pas de pseudo
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 11:33

Humeur Tique : le Canard Enchaîné du 8 juin 2011 a proposé une énigme à ses lecteurs

           

A l’attention des lecteurs-citoyens qui n’ont pas eu accès aux informations d’un milieu médiatico - politique qui n’existerait pas ?

            En haut de la première page :

A gauche : « L’audience de DSK à New York a duré 4 minutes… »

A droite : « … Douche comprise ? »

 

Clé de cette énigme : il s’agirait d’un autre homme politique ? S’adresser au courrier des lecteurs du Canard

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Humeur Tique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens