Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 15:41

 

Histoire, mémoire, roman, propagande, subversion ?

Plus d’un demi-siècle plus tard !

Autour des « raisins verts » ?

 

         Quatre chroniques sur la guerre d’Algérie et les accords d’Evian

&

Deuxième épisode

« 18 mars 1962 Les Accords d’Evian » par Belkacem Recham »

Dans le livre « L’HISTOIRE DE FRANCE VUE D’AILLEURS » (pages 535,545)-Les Arènes

De Jean-Noêl Jeanneney et Jeanne Guerout

 

            L’auteur est chargé de cours à l’Université de Strasbourg

 

« Le « regard » d’un ancien officier du contingent de l’armée dite « coloniale »

            Ma première remarque préalable portera sur le sens de l’adverbe « ailleurs » pour qualifier une source historique, quand l’on sait toute l’importance justifiée que les historiens de métier attachent à l’identification des « sources ».

            La quatrième de couverture de ce livre précise : « cinquante dates…. soumises au regard d’historiens étrangers… » : ma deuxième remarque préalable posera donc la question de savoir si M.Recham est un historien étranger.

            La question a d’autant plus d’importance que l’auteur place son commentaire sous le patronage de M.Harbi, ancien dirigeant du FLN.

            Rien de spécial à noter en ce qui concerne les premières pages relatant la phase des négociations secrètes qui ont précédé la signature de ces accords. (p,535,536,537,538)

            Les négociations se poursuivirent après le référendum de janvier 1961 qui donna, en quelque sorte, carte blanche au général de Gaulle.

       « Les points d’achoppement furent toujours les mêmes : refus par les Algériens d’une trêve préalable à toute négociation, perçue comme un  piège, le statut des Européens d’Algérie et surtout la question de la souveraineté du Sahara. Ce dernier point fit à nouveau achopper des discussions reprises en Suisse en juillet 1961 » (p,540)

       Le texte aurait pu souligner qu’aux yeux de De Gaulle, le maintien du Sahara dans une orbite française était capital, étant donné son importance pour la mise au point des bombes atomiques, au-delà du sort du pétrole saharien dont on aurait su s’arranger, l’objectif de puissance atomique comptant plus que tout le reste.

      Les accords signés :

       « L’Etat algérien exercerait une souveraineté pleine et entière, mais un certain nombre de conditions lui étaient imposées : souscrire à la Déclaration universelle des droits de l’homme, se doter d’institutions sur le principe démocratique et sur l’égalité des droits politiques entre tous les citoyens, respecter toutes les libertés et accorder aux Français toute une série de garanties. Les Français disposeraient pendant trois ans de droits civiques algériens, au terme desquels ils auraient le choix soit d’opter pour la nation alité algérienne, soit de demeurer citoyen français en se trouvant dès lors étrangers en Algérie. Dans les deux cas, ils auraient droit à un accès à toutes les professions, à l’égalité de traitement avec les nationaux, à la libre jouissance de leurs biens dont nul ne pourrait être privé sans une indemnité équitable préalablement fixée.

       En France, les passions se déchaînent

       En contrepartie, la France accorderait son assistance technique et financière…. Sur le plan militaire…. L’armée française serait réduite à 80 000 hommes, en attendant une évacuation totale dans les deux ans. Seules exceptions, la base aéronavale de Mers el Kébir, concédée pour quinze ans, et  les sites d’expérimentation nucléaire du Sahara accordés pour cinq. « (p542,543)

          Le constat « En France, les passions se déchaînent » mériterait de faire l’objet d’une mesure dans les médias de l’époque, car, dans mon souvenir, la grande majorité de la population française n’attendait qu’une seule chose, se débarrasser du dossier algérien.

         L’auteur note :

        « Le pari raté de la cohabitation

       Cependant, avant même d’être appliqués, ils furent contestés par une partie du FLN et condamnés par l’Organisation de l’armée secrète (OAS), devenue le bras armé du refus de l’indépendance du côté des Européens. Celle-ci déclencha des opérations dites de harcèlement dans les villes algériennes, qui tournèrent à une sanglante chasse à l’arabe à laquelle ne manquèrent ni bombardements au mortier des quartiers musulmans ni attentats à la voiture piégée.

         L’exode massif des « pieds noirs » ne saurait, au premier chef, être imputable à une insuffisance des garanties vis-à-vis des Européens d’Algérie. La responsabilité revient en premier lieu au terrorisme anti-arabe de l’OAS à quoi répondirent, notamment à Oran, au début de juillet, les massacres d’un grand nombre d’européens. Redoutant de prévisibles représailles, les Français d’Algérie, frappés de panique, quittèrent en masse sans esprit de retour, ce pays où ils avaient été les maîtres et où, disaient-ils, ils ne voulaient pas devenir des sujets. Comme l’a bien dit Mohamed Harbi, « ces accords reposaient sur un pari : la cohabitation entre deux communautés sous l’autorité d’un Etat multiculturel. Il n’a pas été tenu. Le premier coup a été porté par l’OAS, les willayas ont fait le reste…. Aucun des deux interlocuteurs d’Evian ne maîtrisait son propre camp. L’une des deux parties essentielles des accords, le pari d’une réconciliation nationale des communautés, était naufragé. »

       Il n’empêche que ces accords représentèrent, au moins à court terme, le compromis souhaité par la majorité des Français, puisqu’ils furent approuvés par plus de 90% d’entre eux au référendum du 8 avril 1962. Ils ne le furent pas moins par les Algériens qui répondirent « oui » à plus de 99% lors du référendum sur l’indépendance du 1er juillet 1962. » (p,543,544,545)

        Quelques remarques sur cette dernière analyse historique en laissant le soin évidemment aux spécialistes d’en apprécier la teneur :

      Etait-il besoin de placer cette analyse sous le patronage « spirituel » ou « intellectuel » de Mohamed Harbi, lequel, fut un dirigeant du FLN  pendant quelques années après le pari de la cohabitation décrit, avant de pouvoir s’évader, en 1973, vers quel pays ? Bien sûr, la France !

       Le respect des droits de l’homme était oublié depuis longtemps.

        Est-ce que la phrase relative au « pari »…d’une » « cohabitation entre deux communautés sous l’autorité d’un Etat multiculturel » n’est pas rédigée hors sol de l’histoire algérienne, et de l’immense majorité musulmane de l’Algérie devenue indépendante ?

       Enfin, il me parait tout de même hardi de mettre sur le même plan le référendum français et le référendum algérien, sauf à ne pas avoir encore compris que la grande majorité des Français ignorait presque tout de l’Algérie, et qu’ils étaient enfin contents de se débarrasser de l’Algérie.

       Les Français et les Françaises d’alors ont  voté au moins autant, sinon plus pour leur indépendance : indépendance contre indépendance !

Jean Pierre Renaud

            Je publierai au cours des prochaines semaines, les deux derniers épisodes :

           3 - « Les raisins verts » : Benjamin Stora historien ou mémorialiste, sur la petite musique biblique des « raisins verts » de la « matrice » algérienne,

     4 - « Les mémoires dangereuses » ou les mémoires « littéraires », « dangereuses » dans un dialogue entre Benjamin Stora et Alexis Jenni, Prix Goncourt, au Club de Médiapart.

 

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Histoire
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 18:32

Fin de Partie pour le journal Le Monde !

Après plusieurs dizaines d’années de fréquentation quotidienne !

 

            Il faut décidément avoir l’esprit pervers pour avoir lancé les deux détectives infatigables D et D dans les « gîtes » protégés de la police et des juges, bénéficier d’un accès aux sources à charge, un accès interdit à la défense, faire la Une du Monde, le 7 février 2017, sur une dénonciation de corruption publique supposée, avec à la suite, et au fur et à mesure des semaines, et sur un rythme « haletant », tout le tintouin médiatique que l’on connait.

        « Faire » à nouveau sa Une de première page du numéro du 16 mars 2017, avec le titre :

            « François Fillon, une campagne à l’heure du soupçon »

            Et dans sa dernière page, intituler un éditorial « FILLON-LE PEN »,

                                                                                   MÊME MEPRIS

                                                                                      DE LA LOI »

            Il faut quand même avoir un certain culot, un goût incontestable pour la manipulation politique, car rien n’arrête ce petit groupe de pression politico-médiatique qui entend peser sur les élections présidentielles en envoyant, - avec quelles complicités policières, judiciaires, ou politiques ?, car la chaîne pénale n’est pas uniquement pénale - , comme le savent beaucoup d’initiés,  les deux détectives infatigables D et D fouiller dans un dossier d’instruction supposé « secret », avec des fuites organisées, sans réplique judiciaire aucune de la part du Parquet National Financier.

            Qui a été et est encore l’auteur du soupçon ?

            Le journal le Monde ne fait-il pas un véritable hold up sur les élections présidentielles 2017 ?

          Est-ce que ces gens-là ne prennent pas les Français pour des cons ? Il est évident que le dossier Fillon a été utilisé, manipulé par des adversaires masqués, ou par un journal considéré encore comme un organe de presse respectable, pour combien de temps encore, soi-disant indépendant, en faisant du quatrième pouvoir, un pouvoir fier d’avoir violé le secret de l’instruction, sous la caution « légale » du secret des sources.

            Trop, c’est trop !

            A partir du 16 mars 2017, je n’achèterai donc plus ce journal que je lisais depuis plusieurs dizaines d’années.

           Il m’arrivait souvent de ne pas partager l’opinion de certains chroniqueurs trop influencés par un multiculturalisme, mâtiné de communautarisme encore à la mode, d’après lesquels toutes les cultures se vaudraient,  dans une sorte de relativisme mondial, mais je l’acceptais sous la bannière d’un pluralisme d’opinion de bon aloi.

          La campagne actuelle du Monde qui, a sans doute l’appui d’une partie de ses journalistes et la bienveillance du triumvirat de la gauche caviar qui gouverne ce journal, ne m’incitera à revenir vers ce quotidien, qu’une fois changée cette gouvernance et l’équipe de rédaction actuelle.

            Après les costards, les pompes, … et les petites culottes de Pénélope?

            Décidément, nos médias nous servent un débat présidentiel qui a de l’allure, sinon de la tenue… !

          Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans culture
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:29

La folie des primaires présidentielles ! Chaos politique et saturation !

 

            Les lecteurs et lectrices de mon blog savent que depuis 2010 et 2011, alors que le think tank de gauche Terra Nova lançait la mode des primaires présidentielles, j’ai fait connaître mes réserves sur le sujet (1/08/10, 3/10/11). J’ai eu l’occasion à plusieurs reprises (2012, 2013, 2014) de renouveler mon opposition à cette formule d’origine anglo-saxonne alors en vogue.

          Mon opposition était fondée, et l’est encore, sur quatre raisons majeures : 1) La Constitution accorde un rôle aux partis politiques, article 4, et n’a rien prévu pour encadrer légalement les primaires. 2) Il est tout à fait curieux, pour ne pas dire malsain, pour notre démocratie de faire choisir tel ou tel candidat par un corps électoral indéfini, lequel donne la possibilité aux candidats de se faire élire en comptant sur le vote de ses adversaires pour éliminer ses concurrents. 3) Les partis politiques, constitutionnellement reconnus, sont ainsi encouragés à ne pas avoir le courage d’assumer leur rôle d’information des citoyens, et de la responsabilité qui est la leur de choisir les candidats qui méritent de porter leurs couleurs. 4) Expérience faite, aussi bien en 2012, qu’en 2016-2017,  ces initiatives mettent le pays dans un état d’élection permanente, avec le déchainement des agences de com’ et des médias, au risque de déstabiliser un corps électoral qui l’est déjà beaucoup, et donc de mobiliser les abstentionnistes.

          En 2011, le Parti Socialiste du Président actuel s’est engagé dans cette voie hasardeuse et douteuse, et l’on en voit bien les résultats en 2017 : un Parti socialiste éclaté et en complète dérive !

        La droite a récidivé pour d’autres raisons, mais les résultats ne sont pas meilleurs, car l’absence de cadre juridique constitutionnel a encouragé depuis la date des primaires, toutes les initiatives les plus singulières pour déstabiliser et décrédibiliser les résultats de cette primaire, au mépris de la séparation des pouvoirs – le quatrième pouvoir, la presse n’aurait-elle pas pris le pouvoir ? -, d’un secret de l’instruction « bidon » qui a « autorisé » des fuites sur un dossier à charge contre un élu qui n’avait pas, jusqu’à sa mise en examen, accès à son dossier, pour se défendre.

       Il y a effectivement quelque chose de pourri dans le royaume de France, et il conviendrait donc 1) que la prochaine législature encadre juridiquement le processus des primaires, s’il est maintenu, sauf à laisser les partis avoir le courage de faire le métier pour lequel ils sont rétribués sur des fonds publics

         2) que la prochaine législature décide de supprimer purement et simplement le secret de l’instruction, ou que le législateur trouve le moyen de le verrouiller pénalement, ce qui est loin d’être assuré, compte tenu de la « porosité » politique et administrative des chaines pénales ou administratives : croyez-vous sérieusement que la chaine pénale actuelle soit à l’abri de toute pression à partir du moment où le cabinet d’un ministre est inévitablement informé, et que les procureurs sont notés et promus par le pouvoir exécutif ?

          La République ferait donc appel à des « saints » laïques ?

       Croyez-vous sérieusement que les enquêteurs de police judiciaire, soumis aux ordres d’une double hiérarchie, administrative et judiciaire conserveront par devers-eux, le résultat des enquêtes effectuées dans le cadre d’un secret de l’instruction, alors que leur promotion dépend « théoriquement » des deux autorités, mais « concrètement » de l’autorité administrative ?

        L’affaire Fillon montre bien ce qu’il en est réellement.

        Dans la capitale, et compte tenu du fonctionnement des institutions, il n’y a pas si longtemps, et il serait vraiment surprenant que la situation ait beaucoup changé, le Préfet de Police était informé avant le Procureur de Paris de toute affaire à caractère politique sensible.

Jean Pierre Renaud

 

 

 

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans culture
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 11:09

Les "coups" de « boxe » du journal Le Monde

 

Les Coups « bas »,

         en dessous de la ceinture, celle de la pub (pleines et dernières pages de plusieurs numéros), un brin porno d’une femme à patins à roulettes, assise, ouvrant les cuisses, pour la maison de couture « Saint Laurent »

Les Coups « crochet »,

        en oblique,  « Courage fuyons ! » à propos de la propagande Erdogan, de la caricature de Plantu montrant le Coq Gaulois la tête dans le sable, faute pour le journal de prendre position sur la réunion  de propagande Erdogan de Metz, et sur l’absence de solidarité européenne de la  France (journal du 14 mars 2017, première page).

Les Coups « direct »,

            en pleine face celui des deux détectives infatigables D et D, qui, dans le même numéro de ce journal de « référence », disent sur deux pages, 12 et 13, le bien qu’il convient de penser de la justice d’instruction française, deux jours avant une convocation judiciaire très largement médiatisée.

            Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans culture
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 15:49

« 19 mars 1962 » ?

Le livre de Guy Pervillé

« Les événements fondateurs »

« Les accords d’Evian (1962) »

« Succès ou échec de la réconciliation franco-algérienne (1954-2012)

&

Autres réflexions

           Première réflexion sur la date des Accords d’Evian, le 19 mars 1962 : cette date est depuis l’origine un sujet de controverse, et il est évident que pour l’immense majorité des hommes du contingent, cette date clôturait cette guerre, une guerre qui n’a jamais été conclue en effet par un accord de paix.

       Le livre explique bien pourquoi cette guerre n’était pas finie.

         Deuxième réflexion, le livre en montre bien les raisons, notamment les graves carences du nouveau pouvoir algérien qui n’a jamais honoré sa signature, tout autant que le sabotage de tout accord par l’OAS.

        Troisième réflexion : le gouvernement du Général de Gaulle, et le Général lui-même, n’ont pas été à la hauteur pour maîtriser la mise en application respectée de ces accords, sur le terrain, pour au moins cinq raisons que l’on voit bien dans l’ouvrage, et une sixième que j’évoquerai :

  1. Le refus d’accueillir en France les harkis et moghaznis qui avaient rejoint notre cause pendant cette guerre, ainsi que leurs familles.
  2. La désignation d’un ambassadeur, M. Jeanneney, que son expérience professionnelle et politique ne désignait pas spécialement pour faire appliquer vigoureusement ces accords par le nouveau pouvoir FLN, entre les mains de la mouvance extérieure du GPRA.
  3. L’objectif principal du Général, qui fut de tout faire, pour ne pas dire tout accepter, afin de préserver jusqu’à la fin de l’année 1966, la possibilité pour la France de poursuivre  ses essais nucléaires au Sahara, et accessoirement, y exploiter le pétrole, avec pour corollaire, continuer à transfuser l’Algérie indépendante avec nos francs et à faire bénéficier ce nouvel Etat de dérogations exceptionnelles, pour ne pas dire laxistes, dans le domaine de l’immigration.

Ces dérogations continuent encore sous une forme atténuée, si je ne m’abuse.

La lecture des pages 175 et 176, avec le compte-rendu de la rencontre du 13 mars 1964 entre le Général et le nouveau Président Ben Bella en est une des illustrations.

  1. Réconciliation ou relation internationale entre deux Etats ? Je vous avouerai que je n’ai jamais compris la politique française après l’indépendance de l’Algérie. Les Algériens avaient choisi leur destin. Rapidement, le régime algérien fut celui d’une dictature du FLN.

Pourquoi De Gaulle n’a-t-il pas choisi le type de relations internationales qui était celui de la France avec l’URSS ou la Chine ? Sauf à dire que son objectif numéro 1 avait toujours été celui de la préservation, le plus longtemps possible des sites nucléaires du Sahara, en fermant les yeux sur le ratage complet de la mise en application des Accords d’Evian ?

Je me suis déjà exprimé à de multiples reprises sur un tel sujet, en affirmant que je n’ai jamais vu pourquoi nous, anciens soldats appelés, pas plus que les citoyens français, nous devrions faire repentance.

  1. La cinquième est celle de l’imbroglio dans lequel était plongée une armée française en pleine crise, avec, à Alger, la question du qui était qui ou quoi, entre les « loyalistes », les révoltés, ceux de l’OAS, et ceux qui ne savaient plus quoi penser, avec le souci du général d’y mettre fin le plus vite possible, sauf nouvelle crise nationale majeure à venir, c’est à dire en clair : il fallait « dégager » au  plus vite !

Comme la plupart de mes collègues, nous étions favorables à une évolution politique majeure de l’Algérie, mais pas à celle qui s’est produite sous la conduite d’un FLN venu de l’étranger, avec son armée des frontières, incapable de faire régner la paix civile dans ce territoire, et de respecter les Accords d’Evian, sans que notre pays ait fait ce qu’il fallait pour l’obliger à le faire.

6 - Plus de cinquante ans après ces accords, j’ai eu la mauvaise curiosité d’aller consulter dans les Archives militaires de Vincennes les Journaux de Marches et d’Opérations du 28ème Bataillon de Chasseurs Alpins qui ont suivi mon retour en France, dans les années 1961 et 1962, et je vous avouerai que leur lecture m’a démoralisé.

      Une armée française qui avait ramené la paix civile dans cette région de la Petite Kabylie, à laquelle on donne l’ordre de se replier successivement vers la côte pour s’y embarquer, laquelle exécute loyalement les accords diplomatiques en question, sans que le gouvernement gaulliste fasse ce qu’il fallait pour obliger le FLN à les appliquer. Au fur et à mesure du retrait, le FLN n’avait qu’à lever le petit doigt pour inciter les soldats français d’origine musulmane encore en service dans les postes militaires à se soulever et à les faire tomber aux mains du FLN, les uns après les autres.

          La vallée de la Soummam, comme beaucoup d’autres régions d’Algérie, fut alors un lieu de tortures et de massacres des harkis et des moghaznis qui avaient rejoint l’armée française après 1954, jusqu’en 1962.

        Le rapport du sous-préfet d’Akbou Robert en a récapitulé à l’époque une partie dans la vallée de la Soummam.

       L’armée française a obéi au gouvernement du Général et donc appliqué les accords d’Evian, ce qui n’a pas été le cas du FLN.

      Ce livre montre bien le processus de désagrégation qui a suivi les accords d’Evian, l’impuissance du gouvernement algérien, en même temps que celle du gouvernement français, avec la mise en place d’une dictature politique et militaire servie par l’armée des frontières.

         Je terminerai en évoquant tout d’abord un des points les plus sensibles de ces accords, celui des crimes de guerre, car effectivement ces accords avaient par avance amnistié tous les crimes de guerre commis par les deux parties, et il est évident qu’il y en a eu, comme dans toute guerre de type révolutionnaire ou non, et c’est cette amnistie injustifiable qui a permis à trop de chercheurs ou de mémorialistes français de laisser croire que la France, en Algérie, n’a été que saloperie.

        Le fait qu’une chape de plomb pèse en Algérie sur toute cette histoire n’est pas de nature à apaiser les mémoires, souvent frelatées, d’autant moins qu’on trouve beaucoup moins de belles âmes pour exalter violences, crimes ou tortures de la deuxième guerre civile qui a ensanglanté l’Algérie dans le années 1992-2000, et la mise en place d’un régime policier de type dictatorial.

        Je voudrais dire enfin que je n’ai jamais compris cette volonté de réconciliation, d’une repentance qui ne dit pas son nom, toujours affirmée par qui ? Le plus souvent par le groupe des intellectuels sortis de la « matrice » algérienne, ou par ceux qui flattent une histoire française de l’autoflagellation, ceux que j’ai appelés « les fossoyeurs » de l’histoire de la France

    Pour avoir beaucoup travaillé sur l’histoire coloniale et la décolonisation, je fais partie de ceux qui mettent en cause tout au long de ce processus la ou les gauches françaises, responsables des conquêtes coloniales de la Troisième République, tout autant que du « fiasco des décolonisations », selon l’expression de l’historien Vermeren.

                     Le cas de l’Algérie en est une des caricatures les plus funestes avec le tournant de guerre que le gouvernement Mollet Mitterrand  a fait prendre à la France, avant le retour du Général au pouvoir, en 1958.

            Alors tout ça pour cela ! Nous avons servi la France et souvent l’Algérie, nous y avons exposé nos vies, certains de  nos camarades y ont laissé la leur, et nous entendons à longueur d’année et depuis des années un discours sur la torture - tous nous aurions donc torturé -, - nous aurions été les seuls à exercer la violence dans un contexte de guerre -, nous devrions faire repentance -, mais en même temps, -  prôner une réconciliation - ?

            Avec qui devrions-nous nous réconcilier, nous, anciens soldats appelés du contingent ?

            Avec qui nos gouvernements devraient-ils se réconcilier ? Les gouvernements  d’une dictature FLN  qui continue ?

         Jamais jusqu’à nos jours, c’est-à-dire plus de soixante après les faits, et à ma connaissance, l’Algérie du FLN n’a donné l’occasion à une quelconque personnalité algérienne, respectée, intègre, capable d’incarner le partenariat  légitime d’une réconciliation entre les deux Etats.

            Jean Pierre Renaud       Tous droits réservés

(1) Il est bien dommage que le texte des Accords d’Evian n’aient pas été joints. Oserais-je dire que c’est la première source que j’y ai recherché.

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Histoire
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 11:59

« Le 19 mars 1962 » ?

Le livre de Guy Pervillé

« Les événements fondateurs »

« Les accords d’Evian (1962) »

« Succès ou échec de la réconciliation franco-algérienne (1954-2012)

 

       Ma lecture mérite d’être précédée de quatre observations préliminaires :

            La première interroge la propriété de l’expression « Les événements fondateurs » : j’ai plutôt envie de proposer  « Les événements de désintégration ».

            La deuxième interroge sur la signification du mot « réconciliation », sorte de succédané du mot « repentance » : dans notre conclusion, nous reviendrons sur son interprétation.

            La troisième suggère un titre tout à fait différent :

« Tout ça, pour ça ! »

« Le double discours !

            La quatrième : la lecture de ce livre est démoralisante pour un ancien acteur de cette guerre d’Algérie.

&

            Il s’agit d’un ouvrage fort bien documenté (1), quelquefois difficile à lire, compte tenu de son impression, un livre qui soulève des questions et des réponses pour l’ancien et modeste acteur de la guerre d’Algérie que je fus, en ma qualité d’officier SAS, à Vieux Marché, dans les années 1959-1960, dans un secteur de grande insécurité de la vallée de la Soummam, en bordure de la forêt d’Akfadou (Djudjura).

            Quelle était la situation militaire et civile dans mon secteur militaire au cours de l’été 1960 ? Représentative ou non ?

            Après l’opération Jumelles, qui se déroula en Kabylie, Grande ou Petite, et qui démarra le 22 juillet 1959 dans mon secteur, au cours d’une belle nuit d’été, la situation du douar se caractérisait, au cours de l’été suivant par une situation « Le vide presque parfait », selon l’expression de Lao Tseu, c’est-à-dire une quasi-absence de rebelles.

            Pour avoir connu au printemps 1959, un état d’insécurité permanent, une armée française sur la défensive, le noyautage ou le contrôle de  tous les villages par les rebelles, ceux que nous appelions les fels,  l’extrême prudence qui était la nôtre face aux embuscades ou aux mines.

          Lors des convois de ravitaillement hebdomadaire entre Vieux Marché et Sidi Aïch, les Chasseurs Alpins du 28ème Bataillon prenaient toutes les précautions nécessaires : il fallait ouvrir la piste de montagne, en cas de mine ou d’embuscade, la sécuriser par des patrouilles latérales, et pouvoir bénéficier de la couverture aérienne d’avions T6.

       Depuis juillet 1959, la situation avait changé du tout au tout.

            Il m’était possible à présent d’aller dans tous les villages avec un seul garde du corps, un ancien rebelle,  un gars formidable.

            Une petite anecdote d’ambiance, sur la route de Sidi Aïch, à l’aller puis au retour :

        « Vieux Marché, le 26/04/1960… Ce matin, au passage, sur la route,  des enfants m’ont jeté des bouquets de fleurs dans la jeep. Au retour, j’en ai ramené quatre pour leur faire faire un tour de jeep. J’ai mis les fleurs en vrac à midi, sur la table, un vrai décor champêtre. »

      Avant de quitter l’Algérie, j’avais par ailleurs organisé des élections municipales dans les trois communes de Tibane, Tilioucadi, Djenane, dont j’étais jusqu’alors le Délégué Spécial : ces trois communes disposaient, pour la première fois, de conseils municipaux élus.

        J’avais également fait reconstruire les écoles et les mairies brûlées par les rebelles, des écoles où des chasseurs alpins de l’«armée coloniale » firent à nouveau la classe aux enfants du douar.

     Parallèlement, les Chasseurs Alpins commençaient à pouvoir mettre certains des villages en position d’autodéfense.

       La SAS de Vieux Marché fut aux premières loges de l’opération Jumelles : c’est à partir de son territoire que fut aménagée la piste qui devait atteindre le PC 1621 de l’opération Jumelles, à travers la forêt d’Akfadou.

      Le 29 août 1959, le général de Gaulle fit un saut de puce à ce PC, et il y déclara entre autres devant un parterre d’officiers ; « Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur l’Algérie. »

      En 1960, comme je l’ai raconté dans une  de mes lettres, le général Crépin, commandant en chef fit une tournée :

      Chemini, le 15 juillet 1960…

      « Je rentre de la popote. C’est vraiment dramatique !

       Longue discussion à la suite de la visite du général Crépin, Commandant en chef en Algérie.

         Figures-toi, qu’il a dit à peu près ceci (propos répétés) :

  • Alors ces villages ! Lesquels sont pour vous, lesquels sont contre vous ?
  • Nous ne savons pas. La plupart continuent sans doute à payer les fellouzes.
  • Qu’est-ce que vous attendez pour descendre ceux qui ne veulent pas.  être pour vous. Cela fait trop longtemps que dure ce petit jeu !
  • Votre Compagnie ne sert à rien. Depuis trois mois, combien  de fellouzes au tapis ? Zéro ! Je veux des bilans ou je retire les troupes. »

         Comme je viens de l’indiquer plus haut, il paraissait difficile d’aller plus loin dans un secteur où le vide était presque parfait, mais ce type de discours continuait à persuader une partie des officiers que l’Algérie resterait française.

        Je reviens à nouveau sur ce passé après avoir lu l’ouvrage de Guy Pervillé, pour bien faire comprendre l’état d’esprit des officiers auxquels la France avait confié la mission  de rétablir la paix en Algérie.

      Beaucoup de ces officiers, dont je fis partie, avaient le sentiment de servir autant l’Algérie que la France, peut-être d’ailleurs plus l’Algérie que la France, compte tenu de sa situation.

       Je fis partie des officiers, et je ne fus pas le seul, qui ne voyait pas d’autre issue que celle d’un changement complet du statut de l’Algérie, y compris son indépendance, mais pas de la façon dont elle a été négociée et liquidée.

            Ce livre a le mérite de nous sortir du registre des discours des historiens, chercheurs, intellectuels, issus de la « matrice » algérienne, ou « assimilée », lesquels surfent encore, avec un certain succès,  dans les médias et dans certaines maisons d’édition, et publient ou diffusent des récits qui flirtent, pour ne pas dire plus, avec la repentance ou l’autoflagellation nationale.

         A plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion de dénoncer ces graves dérives, encore dernièrement à l’endroit du discours d’un auteur, Jérôme Ferrari, qui dans un de ses derniers livres couronné par un Prix Goncourt, irrigue son récit de ce type de discours. Dans un de ses billets publiés par le journal La Croix, le romancier philosophe pérorait sur la violence coloniale, les responsabilités de la France, citant en référence et à ce sujet, un propos de Joxe, le fils du ministre Louis Joxe, qui fit son service à Alger dans de bonnes conditions.

       J’ai commenté ce livre sur mon blog, le 4 mai 2016, mais je reviendrai plus loin, sur le sujet des « mémoires » frelatées en évoquant le dialogue qu’ont tenu Messieurs Stora et Jenni, autre prix Goncourt (2013), dans le cadre du Club de Médiapart.

       Il aurait été intéressant que le fils Joxe, comme le fils Jeanneney, en disent plus sur les responsabilités de deux pères qui furent à la fois de grands artisans des Accords d’Evian (lire le livre) et les acteurs de la non-application des mêmes accords, pour ne pas dire leur faillite.

        Les paternités en question ne s’inscrivaient-elles déjà pas dans le registre des « raisins verts » pour certains de leurs descendants ?

       Pour toutes ces raisons et beaucoup d’autres, je me suis investi dans des recherches qui ont porté sur un domaine qui ne fut pas celui de la guerre d’Algérie, mais sur l’Afrique noire, l’Indochine, Madagascar, car l’Algérie ne fut pas, contrairement à ce que racontent les principaux thuriféraires de l’autoflagellation, l’alpha et l’oméga de la colonisation française, sauf qu’elle était située sur l’autre rive de la Méditerranée et qu’elle comptait plus d’un million de Français.

     Avant d’aller plus loin, Guy Pervillé analyse de façon rigoureuse et précise le déroulement de ce qu’on a appelé « Les événements d’Algérie » entre 1954 et 1962 dans les cinq chapitres de la première partie (p,16 à 89) « Des réformes aux négociations », la période chaotique et confuse qui précéda celle des négociations, et des positions successives du général de Gaulle.

     Dans la deuxième partie « Les négociations et les accords d’Evian » (p,89 à 147), l’historien analyse dans les trois chapitres suivants le déroulement incertain et difficile des négociations avec le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne, conclu en février-mars 1962, par les fameux accords d’Evian, et le cessez-le feu du 19 mars 1962.

      Il aurait été intéressant d’avoir une analyse des positions, rapports de force existant alors, entre le GPRA de l’étranger et les Willayas de l’intérieur, avec lesquelles il aurait été plus logique de négocier.

     L’auteur souligne bien dans le chapitre 8 « De Gaulle et l’application des accords d’Evian » (19 mars-20 septembre 1962) les responsabilités de son échec « Le sabotage des accords par l’OAS » (p,120), « Le contournement des accords d’Evian par le FLN » (p122).

    « Contournement » ou « sabotage » du FLN ? Au moins autant que celui de l’OAS ?

    L’auteur pose la question : « La France a-t-elle respecté les accords d’Evian ? « (p,131)

     Il s’agit d’une analyse très complexe, et de nos jours encore passionnée, mais on vit rapidement que le FLN n’était absolument pas en état de gouverner l’Algérie et d’y assurer la paix civile, condition  sine qua non d’une application sérieuse des Accords d’Evian.

      Je fais partie de ceux qui estiment que le retrait de l’armée française, une sorte de sauve-qui-peut qui ne disait pas son nom, a empêché la France et l’Algérie de mettre en application ces accords, c’est-à-dire de les imposer.

      Dans la troisième partie, « Un demi-siècle de relations franco-algériennes (1962-2012) » (p,147 à 260), l’auteur en montre le déroulement chaotique, mais y réintroduit le concept de « réconciliation », une « repentance » qui ne dit pas son nom.

Jean Pierre Renaud Tous droits réservés

 

 

 

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Histoire
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 11:45

« Le 19 mars 1962 » ?

Histoire, mémoire, roman, propagande, subversion ?

Plus d’un demi-siècle plus tard !

A propos des « raisins verts » de la Bible

 

         1962 : « Accords d’Evian » et guerre d’Algérie

 

  1.  « Les Accords d’Evian » avec l’historien du « dedans » Guy Pervillé,
  2.  « Le 18 mars 1962 Les accords d’Evian » avec l’historien « d’ailleurs », Belkacem Recham, selon le livre « Histoire de France vue d’ailleurs »,(page 535)
  3. « Les raisins verts » : Benjamin Stora historien ou mémorialiste, sur la petite musique biblique des « raisins verts » de la « matrice » algérienne,
  4. « Les mémoires dangereuses » ou les mémoires « littéraires », « dangereuses » dans un dialogue entre Benjamin Stora et Alexis Jenni, Prix Goncourt, au Club de Médiapart.

&

            Je me propose de publier ultérieurement la lecture critique d’un livre de témoignage sur toute la période qui a précédé la guerre d’Algérie, celle qui lui a succédé, et « théoriquement » conclue par les Accords d’Evian, un témoignage historique, au jour le jour, qui vaut largement toutes les déconstructions ou constructions historiques ou mémorielles qui ont fleuri après les faits : il s’agit du livre « Carnets d’Algérie » (1965), signé par Robert Buron, ancien ministre, chrétien de gauche, témoin et acteur incomparable de la période en question.

« Le 19 mars 1962 » ?

Histoire, mémoire, roman, propagande, subversion ?

Plus d’un demi-siècle plus tard !

A propos des « raisins verts » de la Bible

 

         1962 : « Accords d’Evian » et guerre d’Algérie

&

Premier épisode, l’histoire vue du « dedans »

Le livre de Guy Pervillé

« Les événements fondateurs »

« Les accords d’Evian (1962) »

« Succès ou échec de la réconciliation franco-algérienne (1954-2012)

Préambule

            Pour avoir été un des modestes acteurs de la guerre d’Algérie en qualité d’officier SAS du contingent,  dans la vallée de la Soummam, au cours des années 1959-1960, y avoir servi la France et l’Algérie, sur décision d’un gouvernement socialiste incapable de dénouer le conflit par des réformes radicales, j’ai approuvé la venue du Général de Gaulle au pouvoir et sa politique algérienne jusqu’aux accords d’Evian, parce qu’il n’y avait pas d’autre solution que d’en finir avec un conflit de plus en plus ingérable.

            J’ai souligné, jusqu’aux accords d’Evian, parce qu’à partir de cette date, mon désaccord fut total avec la façon dont ces accords furent appliqués.

        J’ai écrit ailleurs que j’avais été dire ce désaccord à un camarade de promotion affecté au Cabinet du Général, notamment au sujet des massacres de harkis que nous laissions faire.

         Depuis cette date, sauf à titre exceptionnel, je n’ai pas porté d’attention particulière à telle ou telle histoire racontée par des historiens, ou à la multitude de témoignages d’anciens d’Algérie qui ont tissé ou tissent encore une sorte de mémoire de cette guerre, sans que l’on sache toujours faire le tri entre le vrai et le fictif.

       J’éprouve tout autant, à tort ou à raison,  la plus grande méfiance à l’égard des historiens professionnels marqués directement ou indirectement par leurs lieux historiques de naissance, qu’ils le veuillent ou non, surtout lorsqu’ils excipent de leur métier d’historien, l’authenticité qu’ils revendiquent sur les discours de mémoire qu’ils tiennent dans les médias.

       Tel est entre autres le cas de Benjamin Stora qui illustre tout à fait cette proximité. Je l’ai déjà critiqué pour ses prises de position  répétées dans le domaine sensible des mémoires que l’on peut si facilement manipuler, sans chercher à savoir si elles existent bien, c’est-à-dire en les mesurant, ce que l’on sait faire de nos jours.

         C’est la raison pour laquelle les lecteurs pourront trouver à la suite de mon commentaire du livre de Guy Pervillé, qui ne fait pas partie, à ma connaissance, des historiens ou intellectuels issus de la matrice algérienne décrite par l’historien Vermeren, un additif « concurrent » consacré à l’analyse rapide des Accords d’Evian proposée par le livre « L’histoire de France vue d’ailleurs » de Jean-Noël Jeanneney et de Jeanne Guérout dans le « 18 mars 1962 Les accords d’Evian » de Belkacem Recham (page 535 à 547).

        Pourquoi ne pas rappeler à cette occasion que le père de l’historien Jeanneney fut un des acteurs clés de la mise en route des fameux accords d’Evian ? N’aurait-il pas des choses à nous dire plus de soixante ans après ?

       C’est pour les mêmes raisons que les lecteurs pourront trouver également plus loin, une réflexion sur la question de savoir si le positionnement politique ou idéologique de Benjamin Stora, tel que je l’analyse, ne soulève pas celle de la scientificité supposée de ce type de discours, quels que puissent être par ailleurs ses qualités supposées d’historien, dont je ne suis pas juge.

      La quatrième contribution que je propose à la lecture est relative au positionnement littéraire, idéologique, ou politique, au choix, que soulève le contenu de deux livres récents qui ont reçu le prix Goncourt, Alexis Jenni pour « L’art français de la guerre »  et Jérôme Ferrari pour « Le sermon sur la chute de Rome ».

      Ces deux exemples sont intéressants à cet égard, car ils soulèvent la question des comparaisons qu’il  devrait être possible d’effectuer avec d’autres œuvres brillantes, également couronnées dans le passé, par un prix Goncourt

        Cette contribution fait en effet écho au dialogue qu’ont entretenu Messieurs Stora et Jenni sur le thème « Les mémoires dangereuses » dans le cadre du Club de Médiapart, à la date du 25 février 2016.

       Je noterai simplement pour l’instant, que d’autres auteurs, titulaires du même prix, avaient une réelle expérience des guerres qu’ils racontaient, sans imaginer rétroactivement ce qu’était une guerre concrète, ou des situations coloniales concrètes, c’est-à-dire vécues, comme c’est le cas dans les deux œuvres citées.

            Jean Pierre Renaud

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Histoire
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 18:39

« Paroles, Paroles »  et gesticulations politiques !

 

            Des paroles, sans actes !

           L’indépendance de la Justice ? Nos hommes politiques ne sont pas avares de paroles pour la défendre, quand ça les arrange, mais qu’ont-ils fait pour assurer son indépendance, notamment celle du parquet, dont l’autorité, quoiqu’on en dise,  relève toujours de l’exécutif, c’est-à-dire des gouvernements ?

        Au dire des spécialistes les mieux avertis, la « chaîne pénale » n’est pas que pénale !

       L’Europe ?

       Le Président vient de livrer au journal Le Monde (une page et demie) ses pensées profondes sur l’état de l’Union européenne, mais quel est son bilan de ses cinq ans de mandat ? L’Union a-t-elle avancé ? Non !

       Le centre- existe-t-il ?- et la droite n’ont pas fait mieux ! Quel a été le projet de nouvelle union renforcée proposée par les maires de Pau ou de Bordeaux, un projet qu’ils seraient allés défendre dans les autres capitales européennes ?

       La défense nationale ou le mensonge permanent de notre indépendance nationale ?

         Notre première intervention « solitaire » au Mali sur le « j’ai décidé » du président actuel aurait-elle été possible sans la couverture aérienne américaine, comme ce fut le cas pour celle de Libye, celle aujourd’hui dénommée Barkhane – voir l’article du Figaro du 9 mars 2017 (page 8) « Le soutien indispensable du puissant allié américain » ? Bien sûr que non !

         Des perdreaux de l’année ?

          Chaque jour, dans leur com’ permanente, et en face de tel ou tel problème à régler, nos dirigeants politiques ont l’habitude de faire comme s’ils étaient des perdreaux de l’année, innocents de toute responsabilité passée, et même récente.

         Les ordres de grandeur des puissances du monde

       Pourquoi ne pas recommander enfin, à tous nos dirigeants politiques de gauche ou de droite, de faire chaque jour un exercice d’ordre de grandeur entre puissances actuelles de notre monde, notamment la Chine et son milliard et demi d’êtres humains, une Chine paradoxale puisqu’elle compterait dans son Assemblée Nationale Populaire –vraiment ? - de l’ordre de quatre- vingt dix milliardaires, et bien sûr,  toujours communistes ?

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans politique
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 18:46

           Aujourd’hui, 4 mars  2017, mon blog a 7 ans déjà.   

 

           Merci aux 28 003 lecteurs et lectrices qui ont « visité » mon blog depuis sa date de création (42 386 pages lues), aux lecteurs et aux lectrices qui ont eu le courage ou la curiosité de fréquenter un blog dont la popularité des sujets n’est pas toujours évidente.

          Ai-je besoin de préciser que je ne suis affilié à aucune chapelle, aucun groupe de pression, ou autre société secrète, ni rémunéré par aucune officine étrangère ou nationale.

           Ai-je besoin d’ajouter que je m’efforce d’écrire dans la complète liberté de pensée et d’écriture qui m’a été enseignée.

          J’hésitais à mentionner la collaboration utile et affectueuse que mon épouse m’a apportée pour quelques-uns de mes textes, mais compte tenu du contexte politique, judiciaire, et médiatique actuel, sur les « emplois fictifs », je tenais à en informer les lecteurs et les lectrices de ce blog…

        Jean Pierre Renaud

 

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans culture
commenter cet article
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 15:03

Le scénario du soupçon républicain légitime ou du mélange des genres entre médias, politiques, ou magistrats !

       Le rappel du processus judiciaire :

             Le 25 janvier 2017, le Canard Enchaîné fait sa Une avec ses « révélations » sur le couple Fillon,

            Le 27 janvier 2017, quarante- huit heures après, le Parquet National Financier ouvre une enquête préliminaire,

            Le 7 février 2017, le Monde fait sa Une sur « De nouveaux éléments de l’enquête judiciaire fragilisant François Fillon », et dans les pages 6 et 7, les deux détectives infatigables du même journal, D et D, écrivent :

          « Les enquêteurs suspectent…Selon les éléments réunis par Le Monde, l’enquête préliminaire… Ainsi, selon nos informations, les enquêteurs ont adressé la semaine dernière une réquisition judiciaire à la grande chancellerie de la Légion d’Honneur…. Les magistrats du PNF et les policiers de l’office central de lutte contre la corruption et les infractions financières… Autre avancée importante dans l’enquête, les policiers en savent désormais plus sur les raisons qui ont justifié… François Fillon a révélé lui-même aux policiers, lors de son audition, le 30 janvier… »,

          et de citer le contenu des déclarations que les époux Fillon auraient faites au cours de l’enquête dans un autre article intitulé : « Mme Fillon : « Jamais je n’ai officialisé ma qualité d’assistante parlementaire… elle avait donc « deux casquettes », etc…. »

       Les mots du soupçon

       J’ai souligné les mots qui fâchent, car comme l’indique le journaliste spécialiste des affaires judiciaire du même journal, Franck Johannès, à la date du 3 mars 2017, page 8 :

        Aux deux questions ci-après, le journaliste répond :

       « N’a-t-il pu se défendre ?

        « Non effectivement. L’enquête est secrète jusqu’à la convocation du mis en examen, qui permettra à ses avocats (et à eux seuls, théoriquement, il faut une autorisation des juges pour la transmettre à leur client) d’avoir accès à la procédure…. »

       « Est-ce une enquête « à charge », comme le dit François Fillon ?

       « Nécessairement. A la suite des révélations du Canard Enchaîné… »

        Autre exemple, Le Journal du Dimanche du 26 février 2017, faisait sa Une avec le titre « Ce que les juges ont contre eux »

        Ah bon ?

      Le soupçon

        A la façon « innocente » du Monde, quotidien dit encore de référence, - mais l’est-il encore compte tenu de certaines de ses fréquentations dans la presse de caniveau politique ?, -  le même journal a publié le 1er mars, page 12, un état des lieux sur les embauches familiales des députés, avec pour titre : «

          « Un député sur six emploie un membre de sa famille

       Au moins 103 députés, sur 572, ont des liens familiaux avec leur assistant, selon notre enquête. »

       Mon premier commentaire serait de m’exclamer : mais à qui est-il possible de faire confiance aujourd’hui, sinon d’abord à un membre de sa famille ?

      Une telle situation n’avait  pas, jusqu’à présent, beaucoup ému certains magistrats, politiques, ou médias.

      Les fuites policières, judiciaires, ou politiques.

            Pour que les autorités politiques ou judiciaires ne viennent pas dénoncer les attaques dont la justice fait l’objet, il aurait peut-être fallu que les magistrats aient le courage de déposer plainte pour violation du secret de l’enquête, avec une exigence toute particulière, étant donné que leurs initiatives ont été prises dans un processus de choix électoral démocratique.

            Entre le 7 février 2017 et le 15 mars 2017, le délai était suffisant pour effectuer une enquête policière.

            Or, nous avons vu plus haut comment la procédure engagée était inquisitoire, les médias étant associés aux accusations à charge.

        L’échelle de grandeur des infractions supposées : notre justice n’est-elle pas trop franco-franchouillarde, à l’exemple d’une grande partie de notre élite.

            Emploi des assistants parlementaires contre intelligence  « financière » du personnel politique avec une puissance étrangère ?

            Un seul exemple, dans la « source » publiée « « Nos très chers émirs » de MM Chesnot et Malbrunot, (pub gratuite), la justice pourrait trouver un beau champ d’investigation pour débusquer tous ces trafics d’influence et les soupçons de corruption qui minent et discréditent notre indépendance nationale.

 Jean Pierre Renaud

           

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens