Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 14:45

Trois livres pour les vacances d’été sur les véritables « histoires » du passé

&

Le Moyen Âge en Afrique Noire

« Le rhinocéros d’or - Histoires du Moyen Âge africain » de François-Xavier Fauvelle (Folio)

&

La colonisation occidentale de l’Afrique Noire, années 1930 :

« NOIRS ET BLANCS »

A travers l’Afrique nouvelle

De Dakar au Cap

De Jacques Weulersse (Armand Colin 1931)

&

La conquête de l’Ouest et l’extermination des Indiens- années 1870 :

« Mille femmes blanches » de Jim Fergus (Pocket)

Noter simplement qu’en 1874, le Président Grant proposa d’échanger avec les Cheyennes des chevaux contre mille femmes blanches.

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans culture
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 09:27

A propos du livre de M.Frederick Cooper intitulé « Français et Africains ?

Etre citoyen au temps de la décolonisation »

et de la critique élogieuse de la journaliste du Monde Catherine Simon,dans le journal Le Monde des 25 et 26 décembre 2014, page 23.

Titre de l’article : « Citoyens de deuxième zone : le cas africain »

« Entre 1945 et 1960, le concept de « citoyenneté » a été au cœur des questions qui agitaient les élites de l’Afrique coloniale française. Un passionnant essai de Frederick Cooper les met en lumière »

En marge : « La plupart des représentants africains n’étaient pas des nationalistes et moins encore, des indépendantistes (ou des révolutionnaires). Les débats n’en furent pas moins vifs et douloureux »

&

Avec en ombre chinoise et contraire, la thèse de Mme Huillery sur le même territoire, d’après laquelle, l’homme blanc aurait été le fardeau de l’homme noir en Afrique Occidentale Française.

&

La journaliste conclut sa lecture ainsi :

« Récit magistral, Français et africains ? met en lumière, comme rarement, les acteurs africains de notre histoire française. »

&

Après avoir lu cet ouvrage, je serais tenté d’écrire :

« Citoyens de deuxième zone : le cas africain »

Ou Français, nouveaux citoyens de deuxième zone en Europe ?

&

Comme je l’ai fait longuement sur ce blog pour l’analyse critique d’un ouvrage du même auteur intitulé « Le colonialisme en question », je me propose d’annoter ce livre et de publier ma propre lecture critique d’ici quelques mois, mais le contenu du texte même de l’éloge Simon suscite d’ores et déjà quelques réflexions de cadrage de cet objet d’histoire.

Première remarque : la question de citoyenneté fit débat, bien avant 1945, peut-être plus d’ailleurs dans les colonies, et plus particulièrement chez leurs « évolués », alors qu’en métropole, le même débat n’intéressait qu’un petit nombre de spécialistes du monde politique ou économique.

Comment dissocier en effet ce concept de citoyenneté avec celui d’assimilation, une ambition coloniale ambiguë que la France n’a jamais été capable de mettre en œuvre dans ses colonies, tellement cette ambition était éloignée de toute réalité coloniale et métropolitaine ?

Il s’agissait donc d’un vieux débat, d’un très vieux débat !

Deuxième remarque : les élites africaines, mais il serait plus juste d’écrire les minorités d’ « évolués » d’Afrique noire, n’ont été, sauf exception, ni nationalistes, ni indépendantistes, ni révolutionnaires.

Pourquoi cette absence de revendication ? Très sommairement, on pourrait répondre, par absence de sentiment national dans des colonies caractérisées encore par un patchwork religieux et culturel que la colonisation n’avait pas encore réussi à unifier en profondeur.

Avant même que le Mali ne devienne indépendant, est-ce que Modibo Keita n’avait pas déjà compris que seule la solution du parti unique apportait la garantie de survie d’un Etat qui n’était pas national, en tout cas pas encore.

Quelle conception de la citoyenneté avait donc M.Modibo Keita, et quelques-uns de ses collègues qui se sont empressés de gouverner avec des partis uniques : une citoyenneté de quelle zone, première ou seconde zone ?

Troisième remarque : à l’arrière- plan ou au premier plan de la discussion constitutionnelle et juridique qui a occupé des parlementaires ou conseillers de la métropole, avec en face d’eux, les parlementaires africains les plus « évolués » qu’étaient Senghor ou Houphouët- Boigny, il y avait au moins deux revendications qui faisaient problème, une représentation au sein des institutions de la République Française qui ne fasse pas de la France « la colonie de ses colonies », l’expression qu’avait utilisée le Président Herriot, d’une part, et d’autre part le coût financier pour la métropole d’une égalité sociale, c’est-à-dire des avantages sociaux, accordée aux nouveaux citoyens de l’Union Française.

Rappelons que le général de Gaulle avait utilisé le même type d’argument en ce qui concerne l’intégration de l’Algérie dans les institutions françaises.

Le problème du coût - Une deuxième revendication portait tout autant, sinon plus, sur les droits sociaux, avec l’incidence très lourde que la satisfaction d’une telle revendication avait sur les finances de la France, donc une solution impossible à mettre en œuvre.

Le groupe des « évolués », partisan de cette égalité sociale, exerçait une pression d’autant plus forte qu’il était constitué majoritairement de fonctionnaires et de salariés qui bénéficiaient déjà d’avantages sociaux, une minorité au sein des populations locales, notamment au Sénégal, terrain d’analyse privilégié par M.Cooper.

Quatrième remarque : la phrase « quand les premières fissures apparurent dans l’édifice impérial de la France », ne correspond pas plus aux réalités historiques de l’époque coloniale.

J’ai par exemple souvenir d’un texte de l’africaniste Delafosse où ce dernier, dans les années 1900-1920, évoquant un attentat qui venait de se produire en Indochine, ne cachait pas qu’il pourrait y en avoir un jour dans d’autres colonies.

Pour ne citer qu’un autre exemple, mais ils seraient nombreux, le gouverneur général d’Indochine Varenne évoquait déjà, et bien avant 1945, les perspectives d’évolution de l’Empire qui n’étaient pas obligatoirement celles de l’assimilation et de la citoyenneté.

Cinquième remarque : qu’entendait-on par « citoyenneté » ?

Est-ce que l’appellation de « citoyen de seconde zone » est appropriée pour caractériser l’analyse juridique et historique que propose l’historien ?

Rien n’est moins sûr, car sa démonstration vise à faire apparaître la complexité du débat constitutionnel engagé en 1945, avec une superposition et une juxtaposition de statuts politiques ou personnels qui rendaient quasiment toute solution standard et cohérente impossible.

Sixième remarque : cette analyse de type historique fait quasiment l’impasse sur l’histoire de la France, avant et après 1945, et sur l’histoire des sociétés coloniales de l’Afrique de l’ouest, une fois la conquête à peu près achevée.

Septième et dernière remarque : l’ouvrage de M.Cooper fait une impasse complète sur le volet des relations économiques et financières entre l’Afrique noire et la France, ce qui est bien dommage.

Pourquoi ne pas penser en effet, et c’est tout le sens de la critique que j’ai faite de la thèse Huillery sur ce blog, que la balance financière entre l’Afrique noire et la France n’était pas si mauvaise ou détestable pour les Africains, puisque les nouveaux dirigeants de ces pays auraient bien voulu continuer, comme avant, avec cette fois tous les droits et avantages de la citoyenneté politique et sociale.

Pour en terminer provisoirement avec cette première lecture, il conviendra de répondre à quatre questions :

La première : Africains de seconde zone ou Français de seconde zone en Europe ? Compte tenu du gouffre qui séparait les niveaux de vie de la métropole et de l’AOF, puisqu’il s’agissait d’abord de cela, même après le désastre que fut la Deuxième Guerre mondiale pour le pays.

La deuxième : la thèse de Frederick Cooper d’après laquelle les deux partenaires de cette négociation, Africains et Français, auraient eu le choix des solutions constitutionnelles et institutionnelles, est-elle pertinente sur le plan historique ?

La troisième : dans quel registre d’histoire s’inscrit ce type d’analyse, histoire centrée ou décentrée, histoire globale ou sectorielle, connectée ou déconnectée …, pour user de termes aujourd’hui à la mode ?

La quatrième : est-ce qu’en 1945, la situation d’une France détruite et ruinée par la guerre n’attestait pas du fait que ce type de débat passait largement au- dessus des préoccupations des Français ?

Nous poserons en définitive la question de savoir s’il ne s’agit pas d’une histoire hors sol, hors temps historique, c’est-à-dire d’une histoire insuffisamment « connectée ».

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans histoire
commenter cet article
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 18:20

« A quoi résister »

Panthéon

« L’humeur des jours » La Chronique de Bruno Frappat dans La Croix des 6 et 7 juin 2015

J’aimerais proposer mes propres réflexions sur les sujets très variés que traite cette intéressante chronique de l’ancien directeur des journaux Le Monde et La Croix sous trois thèmes : la République et les Républicains, le Panthéon, l’acte de « résister ».

La République et les Républicains

Le chroniqueur écrit : « Annexer un nom commun pour en faire une marque déposée excluant la concurrence s’apparente à une discutable rapine. »

Est-ce le cas ? Je n’en sais rien et n’ai rien su ou entendu à ce sujet, de véritablement justifié, mais j’ai été un peu surpris, tout en regrettant que les partis politiques changent de nom pour faire oublier le rôle politique qu’ils ont pu jouer dans le passé, que cette affaire ait pris une telle proportion, alors que dans l’histoire de France, et au fur et à mesure des régimes républicains qui se sont succédé, le monde politique n’a jamais répugné à choisir cette appellation seule ou accolée.

Pourquoi ne pas rappeler que dans les premières années de la Troisième République, un certain Président du Conseil, Jules Ferry, fut un leader d’un mouvement qui se dénommait « Les Républicains », un Jules Ferry ardent défenseur tout autant de la laïcité que du colonialisme ?

Le Panthéon

L’auteur a salué à juste titre la « panthéonisation de quatre résistants et résistantes… et apprécié le discours du Chef de l’Etat : « Chapeau quand même »

Très bien, mais ne s’agit-il pas d’une autre forme de « rapine » républicaine de la part d’un Président qui s’est emparé de l’exaltation de la République, en oubliant que la Résistance n’a pas été de droite ou de gauche, que la République est autant de droite que de gauche, et qu’après les manifestations consensuelles qui ont suivi les attentats de janvier 2015, le Président n’a pris aucune initiative pour faire vivre un consensus politique nécessaire au redressement du pays ?

A mes yeux donc, et tout autant, la manifestation d’un Président qui décide de tout, et qui se comporte beaucoup plus en monarque qu’en président républicain !

Résister, oui, mais à quoi ?

Monsieur Frappat évoque tour à tour une série de situations au sein desquelles il est possible de se poser la question de savoir à quoi il faut résister, au risque de perdre de vue l’ordre de gravité des enjeux à relever, car il est exclu de mettre sur le même plan tous les « non », quels qu’ils soient.

Le chroniqueur écrit : « Est-ce héroïque de résister à tout cela ? A l’emprise du fric, vrai maître de l’époque ? Incomparables, les combats d’aujourd’hui par rapport à ceux de la résistance avec un grand R. Pas les mêmes enjeux, mais ces « faits de résistance » ont le mérite d’être à notre portée, petite, médiocre pour le coup. Au total, la résistance aux tentations devrait être une grande cause nationale pour les années à venir… »

Cette assimilation conceptuelle de tous les enjeux énumérés par l’auteur les banalise à tort, alors qu’il ne s’agit pas du tout de la même chose, lorsqu’il s’agit de prendre le risque de la torture et de la mort pour les siens ou pour soi-même, une carrière brisée pour les élus ou hauts fonctionnaires qui auraient dit non à la corruption du système chiraquien, au cours d’une période que l’auteur de cette chronique a bien connue.

Dire non dans un contexte de paix et sans risque personnel et familial n’a rien à voir avec un non dans la situation qui était celle des quatre résistants, les deux hommes et deux femmes qui ont été « panthéonisés ».

Ma réponse personnelle à la question « A quoi résister » sera simple, sur le thème, d’une vraie cause nationale :

  • résister à l’entreprise continue de désinformation et d’intoxication sur l’histoire coloniale de la France, d’autoflagellation nationale permanente, en feignant d’oublier l’histoire de toutes les dictatures de la planète, anciennes ou récentes, sous couvert de repentance et d’assistance ad vitam aeternam,
  • résister à toutes les initiatives clandestines ou affichées d’atteinte à une des grandes conquêtes de la République Française, la laïcité de nos institutions, garante de nos libertés et de la paix civile.

La démocratie française comme les autres grandes démocraties du monde ont non seulement à résister contre toutes les tentatives de destruction venant de l’islam radical, mais à porter le fer au cœur même de cette nouvelle barbarie religieuse.

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Humeur Tique
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 08:14

Le film « Le labyrinthe du silence » de Guilio Ricciarelli

Durée 2 heures 03, une durée de nature à inquiéter un spectateur, compte tenu du sujet, et bien non, le film déroule son sujet, difficile, comme un polar.

Pourquoi ce film a un grand intérêt ? Tout autant sur le plan historique que sur le plan de la morale publique et privée des citoyens et autorités qui exercent un pouvoir ?

Dans l’Allemagne de l’Ouest de l’après- guerre, en 1958, et donc avant la chute du mur de Berlin, un jeune procureur a l’ambition de traduire en justice des officiers nazis qui ont commis des crimes de guerre dans le camp de concentration d’Auschwitz.

Le jeune procureur y réussit en dépit de toutes les oppositions rencontrées.

Sur le plan historique : il est encore très difficile de comprendre comment la nation allemande, ou pour le moins une grande partie de son élite, a pu cautionner un régime dictatorial qui a légitimé l’extermination de populations au moyen des camps de concentration et des fours crématoires.

Car peu nombreux ont été les exemples de désobéissance et de révolte !

Le film montre bien que longtemps après, l’Allemagne a refusé la vérité, et qu’il a fallu beaucoup de persévérance pour que la justice accepte de poursuivre et de condamner les quelques bourreaux survivants.

Les explications qui sont proposées après coup sont nombreuses, mais en dehors de toute intoxication idéologique ou politique, et compte tenu du rouleau compresseur de la propagande hitlérienne et de ses très nombreux instruments de contrôle, reconnaissons qu’il fallait du courage, beaucoup de courage pour oser défier les organes de la dictature hitlérienne, au risque d’être fusillé ou d’aller soi-même dans un camp d’extermination.

Dans tous les régimes totalitaires, qu’il s’agisse de l’URSS ou de la Chine, toute révolte ou refus d’obéissance se fit au risque de sa vie et de celle de ses proches.

La France de l’Occupation connut le même type de problématique, surtout après 1942, lorsqu’il fut de plus en plus clair que le régime de Pétain s’était rallié au régime hitlérien.

Cette année, de nombreux documentaires ont été diffusés sur ces sujets et montré les risques que les plus courageux des Français et des Françaises ont pris pour lutter contre l’occupant.

Sur le plan de la morale publique et privée :

Deux exemples de nature tout à fait différente pour bien comprendre les enjeux de l’obéissance aux ordres ou à la loi, pour ne pas parler de la servilité, car il est évidemment impossible de mettre sur le même plan un « non » en état de guerre et un « non » en état de paix.

La guerre d’Algérie ou l’obéissance aux armées : les limites d’une obéissance imposée aux soldats, sous-officiers et officiers, sous le précepte bien connu de « La discipline fait la force des armées », la discipline jusqu’à quel point ? Fusse en commettant un crime de guerre ? Comme il en fut commis ?

Il est évident que dans toute guerre, comme ce fut le cas en Algérie, mais pas dans tous les secteurs, ni tout au long de la période, les affrontements furent souvent d’une telle violence dans les deux camps, qu’il pouvait être difficile d’empêcher ce qu’on dénommait gentiment de « bavure ».

Au cours de cette guerre civile et fratricide, beaucoup plus d’officiers ou de sous-officiers qu’on ne dit ou écrit, ont refusé toute « bavure ».

L’amnistie des crimes de guerre dans les deux camps fut un erreur que nous payons encore de nos jours en donnant du grain à moudre à une histoire postcoloniale de type idéologique.

Au service de l’Etat : le service de l’Etat créée des situations où l’on peut se trouver confronté au problème de l’obéissance aux ordres, conformes ou non à la loi, mais dans des conditions de tension et de gravité qui n’ont pas grand-chose à voir avec celles d’une guerre.

Je me souviens d’une déclaration de M.Jospin faite dans les années 2000 qui invitait les fonctionnaires à dénoncer auprès des juges les cas de violation de la loi par telle ou telle autorité publique, en vertu d’un article 40 qui était alors une nouveauté.

Pourquoi ne pas dire tout simplement, que cela revenait sans doute, et tout d’abord, à dire non à son ou ses supérieurs, en prenant le risque de voir sa carrière brisée ?

Dans les années 1980-1990, y-a-t-il eu des élus de droite ou de gauche, ou des hauts fonctionnaires témoins de la corruption engendrée par le système chiraquien, un mélange des genres entre le RPR et la Ville de Paris (emplois fictifs très nombreux et marchés truqués), qui l’ont dénoncée ?

Il faut donc avoir un certain courage, pour ne pas dire du courage, pour dire non, sauf à le faire, comme certains élus ou fonctionnaires, de façon anonyme.

On voit bien que dans ce type de situation au fond confortable, où on ne risque pas sa vie ou celle de ses proches, le saut n’est pas toujours facile.

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Cinéma
commenter cet article
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:10

« Situations coloniales » d’Afrique ou d’Asie, avec le regard de voyageurs romanciers et géographes

Années 1905- 1931

La 3ème Partie a été publiée le 2 juin 2015

4ème Partie

II - Les scènes coloniales

« Noirs et Blancs » A travers l’Afrique nouvelle –De Dakar au Cap de Jacques Weulersse (1931)

A la différence des récits précédents, œuvres romanesques ou reportages de presse, ce dernier reportage était le fruit d’un travail de spécialiste, d’un esprit formé à l’observation, celle d’un géographe.

Avec Jacques Weulersse, nous parcourons les scènes de l’Afrique coloniale des années 30, et nous en découvrons à la fois l’extrême variété, les inégalités phénoménales de richesse et de développement qui existaient déjà entre le Soudan français, la Nigéria du nord avec la grande ville qu’était déjà Kano à plus de mille kilomètres de la côte, et l’explosion minière, industrielle, et urbaine qui affectait l’Afrique centrale belge et sud-africaine, déjà un autre monde.

Jacques Weulersse donnait également la parole aux acteurs de la scène coloniale française, anglaise ou belge, et ces conversations illustraient clairement les conceptions très différentes des colonisateurs.

Au Soudan 17 février, faute d’autres acteurs, le géographe rencontrait inévitablement un « Commandant », à l’exemple d’un de ses prédécesseurs, Albert Londres.

Le géographe décrivait les écoles et les routes et faisait écho au propos du « Commandant » :

« Vous passez ici ; vous avez votre auto, les routes sont bonnes, larges et sûres. Aux Arrêts, vous parlez savamment politique ou économie, droit de vote, écoles, arachides ; coton, voies ferrées, mise en valeur, rendements à l’hectare, amélioration du cheptel et le reste. Mais tout cela n’est qu’un placage d’Europe. Le vrai Soudan, vous venez de le voir. Votre impeccable chauffeur et mon digne interprète, tous deux j’en suis sûr, bien qu’ils ne l’avoueraient pour rien au monde, sont là-bas dans la foule qui délire au son des tambours. Ce n’est pas en vingt ans que l’on change l’âme d’un peuple. Allez, la vieille Afrique Noire demeure, et pour longtemps encore. Terre légendaire des sortilèges meurtriers et des charmes irrésistibles, elle garde bien son peuple. » (p,23)

La forêt, à Bouaké, 23 février, en Côte d’Ivoire, le propos d’un industriel, l’un des premiers d’une espèce plutôt rare :

« Trois camps de partenaires : les colons blancs, les chefs noirs, et les pauvres diables de nègres ; un arbitre : l’administration ; et pour théâtre, l’obscure forêt, l’étincelante lagune, ou la brousse, tour à tour marais verdoyant ou savane poudreuse…. »

A titre d’’exemple, la production d’arachide, ou ce qui se passait :

« Vient la récolte : le chef à nouveau sert d’intermédiaire. La tentation est trop forte : il se mue en trafiquant ; c’est lui qui vend la récolte, empoche l’argent. Bien peu en revient au malheureux cultivateur, qui n’ose se plaindre : n’est-ce pas pour la « part du Blanc » qu’il a travaillé ? Et la « part du Blanc » fut- elle jamais payée ? Quant aux chefs, s’ils sont habiles, ils peuvent bientôt « gagner camion ». Comme l’appétit vient en mangeant, les voilà tout prêts à recommencer de plus belle l’année suivante, à exiger de leurs « sujets » de nouveaux et plus lourds travaux, toujours sous le même terrible prétexte : « ordre du Commandant », « part du Blanc ».

La production augmente, les affaires marchent, le « Commandant » reçoit de l’avancement, et nos journaux coloniaux triomphent ; mais, par un singulier retour des choses, c’est bien une sorte de servage économique que nous rétablissons, le servage que nous étions venus abolir…(p,28)

Le géographe passait sur « LA CÔTE DES ESCLAVES », par Porto Novo, pour se rendre en Nigéria, la grande colonie anglaise, une cité côtière anémique comparée à la grande cité de Lagos qu’il décrivait :

« Voici maintenant le large pont qui enjambe la lagune et unit Lagos à ses annexes : Ido terminus de la voie ferrée ; Ebutte- Meta sur la terre ferme, avec ses usines et ses grands ateliers ; Agapa le port en eau profonde. Plus un seul Blanc ici : du maigre mendiant assis dans la poussière et absorbé par le soin de sa vermine, au gros marchand roulant auto, absorbé par ses affaires, tout est nègre 100 p.100. Et pour la première fois, je vois se dessiner l’image d’une cité noire, non plus d’une cité du passé comme Abomey ou Tombouctou, mais d’une métropole de l’avenir, où le Noir maître de ses destinées, aurait adopté notre civilisation à son génie propre, à son climat, à son pays. » (p,57)

Le géographe se rendait alors à Kano la grande capitale d’un des Etats musulmans du nord de la colonie, en passant par Ibadan, où il faisait partager ses conversations sur la colonisation anglaise comparée à la française, dans le chapitre intitulé « Ibadan et la colonisation anglaise »

15 heures, Ibadan. – Mr B…, haut fonctionnaire anglais m’emmène dans sa voiture à travers la ville… la découverte de la ville, la cité anglaise, la cité indigène :

« A l’autre bout de la cité indigène, champ de courses, golf, terrains de cricket et de tennis, sports sacrés de la race que l’Anglais emporte religieusement partout avec lui, comme le Romain ses dieux tutélaires, pour y sacrifier journellement en tous lieux… Tout ce qu’Ibadan compte de hauts fonctionnaires est là, jambes, bras et têtes nues malgré l’ardeur du soleil – mais 5 heures ont sonné !-… »

A la même heure à Porto Novo, Abidjan, Bamako. – Sur la véranda, devant les grands verres d’apéritifs, cancans, médisances et théories vont leur train ; l’on parle, l’on discute, l’on s’échauffe… On parle des voisins, des rivaux, des anglais : « Ce sont de grands enfants… Ils n’ont point de cerveaux, des muscles seulement… « (p,63)

Kano ou les Emirats musulmans, 29 mars

« Kano, capitale de l’émirat du même nom, et terminus du chemin de fer, à plus de 1 100 kilomètres de Lagos, bien que faisant partie de la Nigéria anglaise, possède un « Campement français ». C’est par là que passent les fonctionnaires de notre colonie du Niger : Zinder est à quelques heures d’auto de Kano lui-même, par les trains express, n’est qu’à quarante- deux heures de Lagos. C’est donc un voyage facile, comparé à celui qu’il faudrait faire à l’intérieur du Dahomey. Le gouvernement anglais nous a même permis des transports militaires, et c’est l’autorité militaire française qui dirige le « Camp ». – Entre des murs bas, une vaste cour sans arbres, brûlée de soleil ; tout autour, de pauvres bâtisses en banco » (boue et boue séchée), une série d’alvéoles monacales ; pour tout mobilier, un lit de sangle, une table, une chaise, le tout boiteux ; une porte qui ne ferme pas ; sol de terre battue, couverture de tôle ondulée, qui crisse et ferraille sans fin sous les serres de vautours sans nombre ; et 40 ° de chaleur la nuit comme le jour, car les matériaux et le style choisis réalisent à merveille l’idéal du « four à soleil ».

A quelque distance, de larges avenues, de gais bungalows, des arbres, de l’ombre de la fraicheur : c’est le quartier des officiels anglais. » (p,70)

Kano, dimanche de Pâques…

« Mais Tombouctou, n’est plus que l’ombre d’un grand nom ; Marrakech, Tripoli et Khartoum ont perdu leur mystère : Kano reste elle-même. Grâce à son isolement et de par la politique anglaise ; elle a gardé ses lois, ses rites et sa puissance ; son émir règne sur plus de 2 millions de sujets, et ses fauves murailles en interdisent encore le séjour à tout infidèle.

Kano est une des forteresses de l’Islam… » (p,72)

Le géographe décrivait cette immense cité, son marché, son quartier aristocratique, la ville indigène et rapportait la conversation qu’il avait eue avec le « District Officer », adjoint au Résident :

« Notre politique ici fut simple, extraordinairement simple : ne pas toucher aux organismes indigènes, les laisser faire, disparaître derrière eux, suggérer plutôt qu’ordonner ; faire administrer, mais ne pas administrer nous-même. Economie d’hommes et d’argent : la province de Kano possède plus de 2 300 000 habitants et vous pouvez compter les fonctionnaires anglais presque sur vos doigts… Surtout, nous avons rejeté le mythe dangereux de l’assimilation. Nous nous refusons à apprendre notre langue aux indigènes… Nous nous refusons à en faire des singes d’européens…. Ici, nous avons été des conservateurs, et pourtant regardez, ajouta-t-il en m’entrainant vers la véranda, nous avons créé cela. »

Sous mes yeux, au cœur du Soudan, c’est le calme confortable du quartier officiel, une grande gare de marchandises encombrée de wagons, tout un quartier commerçant avec ses factoreries, ses entrepôts et ses camions. »

Commentaire et parenthèse historique :

Un premier commentaire entre la scène coloniale de la Nigéria du nord et le Soudan ou le Niger français de la même époque : aucune des capitales de ces deux colonies, Bamako ou Niamey, ne soutenait la comparaison avec Kano, aussi bien dans leur rayonnement culturel que dans la modernité qui était à présent celle de la capitale de l’émirat.

Un deuxième commentaire : la gestion de l’émirat de Kano illustrait bien le modèle de gestion indirecte, l’« l’indirect rule » que prônait Lugard, et que nous avons déjà analysé dans d’autres textes.

Une parenthèse historique que nous renvoyons en fin d’analyse sur la situation étrange de ce fameux « Camp » de transit français vers Zinder, le témoin historique, pour ne pas dire l’échec d’une politique coloniale qui avait l’ambition de tracer une ligne continue entre le Niger et le Tchad, qu’un accord franco-anglais de 1890 avait entériné, c’est-à-dire l’impossibilité pour la France de disposer d’une ligne de communication sécurisée et viable entre les deux territoires.

Dans le livre « Confessions d’un officier des troupes coloniales » (chapitres 22 et 23), que nous avons consacré au colonel Péroz, nous avons analysé longuement ce type de sujet, car cet officier fut un des grands acteurs de cet épisode de notre histoire coloniale.

Le géographe en Afrique Centrale

L’Afrique basculait dans un autre monde, celui d’un capitalisme cosmopolite et sauvage, une sorte de répétition du premier âge du capitalisme européen de la fin du dix-neuvième siècle.

C’est sans doute dans la deuxième partie du voyage que se marquait véritablement la coupure, le fossé qui existait entre le stade de développement de l’Afrique de l’ouest et celui de l’Afrique centrale et du sud, car le lecteur entrait alors dans un autre monde, celui d’un capitalisme sauvage, cosmopolite qui faisait surgir de terre cités nouvelles, usines, mais aussi des « camps » de travail.

Le géographe passait tout d’abord par le chantier du Congo Océan, toujours en cours, et ne pouvait que confirmer les observations d’Albert Londres :

Le Directeur du chantier :

« Que voulez-vous ! Nous sommes ici les maîtres. Il faut tirer quelque chose de ce pays ; ou bien l’abandonner, en plaquant sur toute l’A.E.F un grand écriteau avec « Pays à vendre ou à louer ».

Pourquoi travailler ici ? Vous souvenez-vous de Tacite dépeignant les horreurs de la forêt Hercynienne avec ses marais infranchissables, son silence et sa sinistre horreur qui glaçait les légions ? C’est là que s’élèvent Berlin et l’Allée des Tilleuls, « Unter den Linden », dont je vous parlais tout à l’heure…

Cela vaut-il les cadavres que nous accumulons ? Je ne veux point juger. Le portage aussi en a semé pas mal tout le long des pistes africaines. Et ce qu’il y avait avant notre arrivée ne valait pas mieux : guerres, razzias, famine chronique, anthropophagie, et par-dessus tout cela, la terreur sans nom des superstitions et des féticheurs. Il n’y a pas bien longtemps encore, dans un poste voisin, cinq de nos miliciens ont été proprement tués et mangés par ces bons sauvages. » (p,107)

Le géographe plongeait alors dans le nouvel univers de l’industrie minière et de l’explosion urbaine du Kassaï.

A Tchikapa, « une vraie ville », au Kassaï, il faisait alors connaissance avec la toute-puissance de la Forminière et ses mines de diamant.

« Une lourde croupe herbeuse vient mourir au confluent. En face, sur la hauteur, les baraques de la « Forminière » - Société internationale forestière et minière du Congo - type achevé de ces puissantes organisations capitalistes qui ont fait le Congo Belge. Tout le long de la grande allée de manguiers s’échelonnent les maisons des agents blancs, vastes, solides, entourées de jardins. Plus bas, massifs, les bureaux puis les ateliers, les magasins, l’atelier de piquage des diamants, et tout en bas, au bord du fleuve, la Centrale électrique. Sur l’autre rive, les campements des travailleurs indigènes, où s’allument déjà les feux du soir. Devant ma porte, c’est un défilé de boys, d’ouvriers, de camions, de voitures.

L’ingénieur qui me pilotera demain sourit de mon étonnement. N’est-ce point là un spectacle un peu imprévu, au cœur de l’Afrique Centrale, en cette province ignorée qui s’appelle le Kassaï ?...Travailler dans de pareilles conditions suppose une masse de capitaux extraordinaire ; et pour les attirer, des conditions extraordinaires elles aussi, des privilèges quasi régaliens. Ici, la Forminière est presque souveraine. Nul ne peut entrer sur son territoire sans une autorisation écrite ; elle a ses frontières, sa flotte, ses routes, son chemin de fer, sa main d’œuvre, j’allais presque dire ses sujets.

Tout lui appartient, depuis le champ d’aviation sur lequel vous avez atterri jusqu’à l’assiette dans laquelle on vous servira tout à l’heure ; jusqu’au bœuf même que vous y mangerez. Car il a fallu créer des fermes pour nourrir tout le personnel : songez que la compagnie emploie plus de 15 000 Noirs, et plus de 200 agents européens. Le vieux Léopold n’a pas craint de faire appel à l’étranger : les capitaux sont américains, et les hommes de toutes les nationalités….

De Tchikapa à la frontière portugaise de l’Angola, sur plus de 100 kilomètres, s’étend le domaine de la Forminière… » (p,116,117)

A Kamina, au Katanga, autre province du Congo Belge, où règne une autre puissance capitaliste, l’Union Minière.

A travers le Katanga, au pays du cuivre

Dilolo, 29 mai

Sur le chantier du « Leokadi », la nouvelle ligne de chemin de fer Elisabethville-Lobito, en Angola portugaise, sur la côte atlantique :

« Vous avez vu la ville de Dilolo-Gare, me dit A…, directeur des travaux, ses résidences, ses bureaux, sa Centrale électrique, sa glacière, son hôpital, ses avenues, ses jardins, son potager. Il y a moins de trois mois, jour pour jour, c’était la forêt et le marécage, sauvages comme aux premiers jours du monde.

« Regardez la gare : il y a vingt- cinq jours seulement que le premier coup de pioche fut donné.

  • Sur le Congo Océan, quelle est la vitesse d’avancement de la ligne ?
  • Au Mayombé, il y a des tunnels à creuser. Mais du Côté Brazzaville – Mindouli, l’on compte bien 25, 30 kilomètres par an.
  • Ici nous faisons déjà du 30 km par mois et nous espérons faire mieux…

-Les méthodes belges, dis-je…

  • Le Katanga entre dans la civilisation en 1900, avec la création du fameux C.S.K. « Comité Spécial du Katanga _ auquel le Roi-Souverain abandonnait pour dix ans tous ses droits avec des pouvoirs illimités sur tout le territoire. C’était une tâche d’Empire confiée audacieusement à des particuliers : ils découvrirent le cuivre.

C’est alors, en 1906, que Léopold conçut et mit sur pied, coup sur coup, les trois grandes sociétés qui ont fait le Congo Belge : la B.C.K (Chemin de fer du Bas-Congo- Katanga), l’U.M.H.R. (Union Minière du Haut Katanga) et la Forminière… « (p,145)

Commentaire : les propos rapportés sont un raccourci de deux histoires coloniales comparées, mais un raccourci un peu rapide qui fait l’impasse sur les origines du fameux Congo Belge, sur les ressources et communications naturelles comparées des deux Congo, français et belge, mais la tonalité générale n’est pas dénuée de fondement.

Au Katanga ; à Elisabethville, 4 juin, le propos de son hôte, un compatriote :

« La capitale du Katanga : un vaste damier régulier d’avenues poudreuses s’allongent dans la brousse ; des bungalows bas, au milieu de jardins poussiéreux, sous un ciel d’un bleu sombre, net de toute brumes. Des banques, des magasins de luxe aux somptueuses vitrines, de larges cafés, des autos innombrables, des bâtiments qui sortent de terre, des gens qui se hâtent malgré le soleil, des femmes en toilette claire, et dans l’air sec, l’on ne sait quelle ardeur, quelle fièvre d’action…

C’est du Sud immédiat, de l’Union Sud-Africaine et de la Rhodésie, que vinrent les capitaux et les hommes, l’audace et l’expérience.

Dans toute l’Afrique australe, la colonisation s’est faite « northwards » ; après Kimberley, Joh’burg ; après Joh’burg, la Rhodesia ; après la Rhodesia, le Katanga. Si paradoxal que ce soit, d’ici le plus court chemin vers l’Europe passe encore par Cape Town, à cinq jours de rail et à 22° de latitude de plus vers le pôle…

Pourtant, E’ville reste encore la cité-champignon, création commune de toutes les races, unis seulement par la fièvre de la fortune et l’orgueil du succès. En 1910, il n’y avait ici que la savane, les moustiques et les tsétsés ; en 1910, il n’y avait pas soixante Blancs dans le Katanga ; aujourd’hui, nous sommes plus de 8 000…

La création soudaine d’une gigantesque industrie dans un pays reculé, peuplé de primitifs, pose d’angoissants problèmes. La question de la main d’œuvre prime toutes les autres… il faut à tout prix du travail noir, et chaque jour davantage. Mais le recrutement intense – vous l’avez vu se développer le long de toutes les pistes – dissocie la vie indigène ; les villages se désagrègent, les antiques coutumes périssent…

Et, par une singulière contradiction, au moment où l’on impose aux Noirs l’effrayant fardeau de notre civilisation matérielle, on les prétend incapables de participer jamais à notre civilisation morale… » (p,161)

Commentaire : en parcourant ces extraits de textes, le lecteur aura déjà pu prendre la mesure des écarts de « modernité » qui pouvaient exister dans l’Afrique des années 30, avec la naissance d’un nouveau monde en Afrique centrale, des villes sorties de terre et de la forêt, la création de voies de communication routières ou ferrées, tout en constatant aussi que le choc de cette nouvelle colonisation bouleversait complètement les sociétés traditionnelles, en même temps qu’il s’accompagnait de nouvelles formes d’esclavage.

Et le géographe de prendre le train pour aller d’Elisabethville à Johannesburg :

Johannesburg, 22 juin

« Hier au soir le soleil se couchait sauvage et splendide, sur les solitudes violettes du Kalahari : il se lève aujourd’hui, sombre et comme ennuyé de naître dans une atmosphère de fumées et de poussières, au milieu de monstrueux buildings. Le long des rues, trop étroites déjà, les gratte-ciel en ciment se pressent, s’escaladent les uns les autres. Ecrasés sous leur masse, de vieilles maisons surannées, à un ou deux étages, aux balcons de fer forgé, aux murs de brique, aux toits à pignons, répliques coloniales des cottages anglais, disparaissent presque, vestiges précaires d’un temps révolu, d’un autre monde, d’il y a vingt ans ! Partout, aux portes des buildings, aux fenêtres des « bureaux », sur les panneaux-réclame, flamboient les mots fatidiques : « Mines », « Or », « Diamants ». Pour la première fois, voici donc matérialisés ces noms fameux, symboles de fabuleuses richesses : « De Beers », « Crown-Mines », « Langstate Estate », « East-Rand », « Randfontein », « Jagersfontein » »… Et vivante image de la cité, l’affiche du « Cinquantenaire » dresse sur les murs son accumulation de gratte-ciels géants sur fond rouge, commeson ciel à cette heure, avec l’orgueilleuse devise : « Fifty years ago bare veldt, now world –famous ».

Johannesbourg est la vraie capitale de l’Union….

« Joh’burg, me dit mon hôte, est devenue une ville, mais elle a gardé l’âme qu’elle avait quand je l’ai connue, l’âme d’un camp de chercheurs d’or, avec son égoïsme sacré, et sa loi d’airain envers les faibles. Sous vos yeux trois cités, trois castes. Ici, les riches, les maîtres ; là, les ouvriers blancs ; et enfin, là-bas, les Noirs « (p,177)

En 1922, les ouvriers blancs se sont révoltés contre les riches, mais :

  • Une telle masse de main-d’œuvre à vil prix était une menace constante pour les travailleurs blancs, qui jouissent ici de salaires exorbitants, inconnus même en Amérique. On inventa alors la « Barrière de couleur », la « Colour Bar ». C’est une règle qui réserve aux ouvriers blancs, et aux blancs seuls, tous les travaux qualifiés. » (p,178)

Dans les pages qui suivent, Jacques Weuleursse faisait une description apocalyptique du système de main d’œuvre confié à la W.N.LA, la « Watersrand Native Labour Association » qui avait le monopole du recrutement des Noirs, de leur confinement dans des camps de travail, les « compound-prisons », de leur misère, et des ravages de la « détribalisation ».

Le géographe consacrait alors quelques pages, une sorte de contre-point,à la situation du Lessouto (Bassoutouland) qui avait réussi à conserver ses coutumes, grâce notamment à l’influence de missionnaires, et où, à la différence de l’UnionSud-africaine, les Blancs n’étaient pas les maîtres.

Le reportage se terminait à Durban, capitale du Natal, un des quatre territoires de l’Union, un Etat qui comptait un nombre important d’Indiens (175 000).

Le géographe visitait la ville et notait, comme ailleurs dans l’Union, que la ségrégation imprégnait toute la société,notamment la ségrégation urbaine :

  • Mais derrière la colline, sur le versant qui regarde l’Afrique, c’est l’envers du bonheur. De sinistres baraques en ciment nu alignent leurs étages d’alvéoles… les compounds nègres… » (p,231)

Le récit du reportage s’achevait avec l’évocation de Gandhi :

« Et comment oublier que c’est sur cette terre, en cette ville, que résonna pour la première fois la voix qui devait ébranler l’Inde… » (p, 237)

« Une histoire birmane » de George Orwell (1926)

Il s’agit d’un roman qui n’a rien à voir avec les romans d’aventure de Rudyard Kipling, tels que « Kim » ou« Le livre de la jungle » qui plongent le lecteur dans l’univers féerique de l’Empire des Indes, c’est-à-dire l’Inde elle-même, à la découverte de ce continent, de ses mœurs et religions, et naturellement à la gloire de l’impérialisme britannique.

Le récit d’Orwell se déroule dans une colonie subordonnée des Indes, celle de Birmanie, et plus précisément en Haute Birmanie, et prend pour décor la vie coloniale d’un des postes de cette région, celui de Kyaut-hada, mais plus précisément celle de son « Club » qu’animait un petit cercle d’européens fonctionnaires ou chefs d’entreprise, moins de dix.

L’auteur y décrivait l’envers du décor colonial anglais, dont le Club était l’élément essentiel et qui s’était toujours gardé jusque-là d’accueillir un membre birman.

« Dans chacune des villes de l’Inde, le Club européen est la citadelle spirituelle, le siège de la puissance anglaise, le nirvana où les fonctionnaires et les nababs indigènes rêvent de pénétrer. Le Club de Kyaut-hada était le plus fermé de tous, car il était pratiquement le seul en Birmanie à pouvoir s’enorgueillir de n’avoir jamais admis un Oriental parmi ses membres. » (p,23)

Tout dans un Club respirait l’air de l’Empire britannique, le bâtiment avec son bar, ses salles de réunion, ses journaux anglais, son rythme de vie collective à partir de la fin de l’après-midi, un environnement soigneusement entretenu de terrains de tennis ou de golf, au cœur d’un quartier résidentiel jalousement préservé le long d’un « maiden ».

C’est l’histoire d’un marchand de bois, Flory, qui voudrait faire entrer au Club, « le véritable centre de la ville » (p,231) son ami le docteur birman Veraswami, « ce sale petit nègre de docteur » (p,31), mais qui rencontre toutes sortes de difficultés pour y réussir, un complot ourdi par un rival birman du médecin, U Po Kyin, et l’opposition farouche des autres membres du Club.

Au cours du récit, Flory faisait part à son ami médecin du dégoût qu’il éprouvait à l’endroit de l’Empire britannique : « L’empire des Indes est un despotisme qui a le vol pour finalité » (p,91)

« C’était le monde renversé, car l’Anglais se montrait violemment antianglais et l’Indien, farouchement loyaliste. » (p,53) …« Nous sommes des voleurs » (p,53… « Mais nous ne civilisons pas les Birmans : nous ne faisons que les contaminer. » (p,59)

Flory, entretenait une petite maîtresse birmane qu’il avait achetée à ses parents.

Arrive de façon tout à fait inattendue la nièce d’un couple du Club, Elisabeth, qui devient rapidement un enjeu mortel pour Flory : comment se débarrasser de la petite maîtresse ? Comment ensuite rivaliser avec un bel officier de cavalerie anglais, Verral, venu occuper un poste dans la police militaire du lieu, et fils de pair, excusez du peu, et donc classé immédiatement comme « L’Honorable » Verrall.

Un autre personnage figurait aussi comme un rival potentiel, le Commissaire Adjoint Macgrégor.

Le fonctionnaire birman subordonné U Po Kyin voulait à tout prix écarter le docteur de son chemin et entrer dans ce fameux Club. Il continua à ourdir son complot contre le médecin, et réussit à monter de toutes pièces une révolte indigène au cours de laquelle Flory joua un rôle héroïque qui ne suffit toutefois pas à lui faire gagner le cœur d’Elisabeth.

Il finit par se suicider.

Ce roman est intéressant parce qu’il met en scène des personnages dans une sorte d’alcôve coloniale, pour ne pas dire une serre coloniale où il fait effectivement très chaud, ce « Club » de la Haute Birmanie strictement fermé, raciste, et typiquement anglais.

Une sorte de modèle réduit de la société coloniale britannique !

Jean Pierre Renaud

PS: Les tribulations coloniales de la France entre Niger et Tchad

Avec le colonel Péroz (années 1900-1901), dans « Confessions d’un officier des troupes coloniales » (Chapitre 22,« Le colonel à la tête du 3ème Territoire Niger Tchad (1900-1901) », page 267)

Dans les extraits de texte tirés du voyage du géographe Weulersse, et à l’occasion de son passage dans l’Emirat de Kano, au nord de la Nigéria, et à Kano même, nous avons noté la particularité de l’existence d’un camp de transit le « Camp » qui accueillait les fonctionnaires français en route pour Zinder, dans la colonie française du Niger.

Cette situation illustrait parfaitement la sorte de curiosité coloniale que l’expansion coloniale de la France entre Niger et Tchad avait créée dans ce territoire colonial, mieux desservi par la ligne de chemin de fer Lagos Kano que par les pistes qui reliaient la capitale de la colonie du Niger, Niamey, à la capitale du Tchad, Fort Lamy.

Jean Pierre Renaud

Tous droits réservés

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Histoire
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 09:35

Humeur Tique au fil des jours

Au choix, le bac ou Hollande, réflexe journalistique du Monde pour le vin, la tragédie grecque, les criquets politiques de Madagascar

Sur France 2, au choix et chaque jour, ou le bac ou Hollande !

Ces pauvres apprentis bacheliers qui n’en peuvent mais, et ce pauvre président qui, chaque jour aussi, bat une campagne qui n’est évidemment pas électorale ! Comme si la France n’avait pas mieux à faire !

Et comme dit un proverbe, non présidentiel, « La charité commence par soi-même » : Le Président de dire, j’ai un excellent Premier Ministre, et ce dernier de dire , j’ai un Président formidable.

Quelle chance pour le pays !

Un vrai réflexe journalistique pour le vin

Dans le journal daté des 14 et 15 juin, le Monde a publié un magnifique supplément de dix-huit pages intitulé « LE MONDE DES VINS »

A la page 12, et sous le titre « La pub face au juge », le journal a manifesté un vrai réflexe journalistique, la vitesse grand V (IN), en écrivant :

« La loi Evin qui vient d’être assouplie interdit aux publicités pour l’alcool d’être trop incitatives. A travers cinq exemples, voici ce qu’il est possible de publier »

Un amendement soutenu par la gauche et la droite pour une fois réunies venait effectivement d’être voté le 11 juin, par l’Assemblée Nationale.

Chaque jour aussi, une nouvelle tragédie grecque !

Chaque jour aussi, le grand prêtre Tsipras propose au monde entier une nouvelle version de sa tragédie grecque. Il est bien dommage qu’il n’ait pas pris le soin auparavant d’aller consulter la Pythie du grand temple de Delphes !

Chaque jour aussi, les criquets politiques de Madagascar sont de retour pour ravager et mettre en péril la grande île !

Comme cela a été écrit à plusieurs reprises sur ce blog, il y a bien pire que les criquets de la nature qui ravagent périodiquement les champs malgaches, ce sont les criquets politiques de cette belle île !

Année après année, ils se reproduisent et s’adonnent à des jeux de pouvoir et d’argent qui se déroulent au mépris de l’intérêt général de leur pays !

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Humeur Tique
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 09:44

Esclavage et colonisation, mémoire ou histoire, pourquoi ne pas tout mélanger ?

Réparations et repentance ?

Les pérégrinations du roi Hollande dans les Caraïbes, ses multiples déclarations, associées au remue-ménage causé par la réforme du collège sur les programmes d’histoire ont une fois de plus provoqué beaucoup de réactions dans les milieux politiques, médiatiques, et intellectuels.

Guillaume Goubert dans la Croix du 12 mai 2015, intitulait son éditorial :

« Repentance et fierté

Les examens de conscience sur la colonisation ou la traite négrière suscitent de vives réactions »

De son côté, Le Monde du 14 mai 2015, publiait une chronique relative à la réforme du programme du collège (page 7), avec un premier article, « Le programme d’histoire idéal n’existe pas » et un deuxième article, « Des historiens dénoncent lacunes et manque de cohérence », dans lequel le journal donnait la parole à M.Nora, lequel déclarait :

« Il faudrait faire en sorte que « les enfants de France aient de bonnes raisons de se sentir français », plaide-t-il, en déplorant « un penchant à l’exagération dans le masochisme national et colonial. »

Puis à M. Winorcka en rappelant sa mise en garde, dans le Journal du Dimanche, contre le risque de transformer l’histoire en morale. « Indigènes de la République, Vendéens, anciens combattants, Arméniens, descendants d’esclaves… tous ces groupes revendiquent leur place dans l’histoire. Le danger est de transformer l’histoire en histoire des victimes. »

Evoquons successivement les deux sujets de l’esclavage et de la colonisation.

Les esclavages, au pluriel

M.Hollande a été inaugurer un musée sur l’esclavage en Guadeloupe. Très bien ! Mais qu’il le veuille ou non, ou le souhaite-il peut-être, cette commémoration faite à coup de grosses trompettes, pourrait laisser croire aux ignorants, que la France a joué un rôle majeur dans la traite des esclaves des Caraïbes et des côtes américaines, en faisant l’impasse sur les traites de marque anglo-saxonne beaucoup plus importantes.

Une France toujours au premier rang pour commémorer les destinées tragiques de toutes les victimes, la seule à l’assumer, dans le cas des Caraïbes ?

L’histoire ferait ainsi l’impasse sur tous les autres flux de la traite négrière, ceux dirigés vers les pays de l’est arabe et musulman, et en premier lieu sur ceux qui ont nourri ce trafic humain, c’est-à-dire ceux d’origine africaine elle-même ?

Il n’est pas besoin d’avoir beaucoup lu de récits sur l’état du continent africain, notamment dans ses territoires de l’ouest pour savoir que beaucoup de ses émirs, Almamy, et rois, avaient l’habitude de procéder souvent à des razzias d’esclaves destinés à alimenter leurs armées, leur cour, ou la traite négrière elle-même.

Pourquoi ne pas rappeler qu’à la fin du dix-neuvième siècle, et pour la seule Afrique de l’Ouest, devenue « provisoirement » française, les Almamy Samory et Ahmadou, ainsi que le roi Béhanzin d’Abomey, étaient des esclavagistes, ce dernier, à quelques encablures du fameux port de Ouidah, commémoré de nos jours comme un des hauts lieux de mémoire de l’esclavage ?

Pourquoi ne pas rappeler aussi qu’une fois les conquêtes faites, la France a supprimé l’esclavage qui sévissait dans ses nouvelles colonies, dans des conditions qui n’ont pas toujours été satisfaisantes, compte tenu de toutes les difficultés d’application de ces mesures, liées à la fois à la culture des sociétés africaines et à leur pauvreté ?

Qui, en France, de nos jours sait par exemple, que c’est Gallieni qui a supprimé en 1896 l’esclavage à Madagascar ?

Alors, oui, il est nécessaire de rappeler la mémoire de cette traite abominable, mais en ne laissant pas dans l’ombre, les responsabilités des différents « partenaires », au risque de laisser croire, peut-être à juste titre, que derrière ce débat se cache l’épineuse et insoluble question des réparations financières, doublée d’une sempiternelle demande d’assistance que justifierait ce passé.

Lors de son passage en Guadeloupe, le Président a tenu des propos fort imprudents en ce qui concerne un vieux contentieux avec Haïti, qu’il a d’ailleurs aussitôt démenti en faisant une escale dans cette île.

Rappelons le compte rendu qu’en a fait le journal Le Monde, le 12 mai 2015, dans l’article intitulé : « Hollande aux Antilles, c’est Noël en mai »

Le 14 mai, le même journal titrait en première page « Haïti - Hollande reconnait la « dette morale » de la France », mais le compte-rendu du même journal notait « Des propos du chef de l’Etat avaient laissé espérer aux Haïtiens des réparations financières »

« Des manifestants affichaient une pancarte indiquant leurs exigences : « Argent oui, morale non »,

Le journal intitulait d’ailleurs une partie de sa chronique :

« Gaffe d’envergure »

Le journal Ouest France du 12 mai 2015, proposait sa lecture de l’escale du Président à Cuba (page 2) :

« Sauf qu’en réalité, personne n’a attendu le conquistador Hollande, escorté par sept ministres et une escouade de dirigeants d’entreprises (Accor, GDG Suez…), François Hollande est donc plutôt en mission de rattrapage. Il n’empêche, sa prétention à damer le pion aux Occidentaux agace : « Cuba c’est un très petit marché. Un pays de 11,5 millions d’habitants, la moitié de l’Ohio » minorait, hier, à Paris, Stefen Selig, le sous- secrétaire d’Etat américain au commerce. »

Colonisation et repentance

Il s’agit très largement d’un débat « pourri » pour tout un ensemble de raisons, avec au moins quatre principales :

Première raison principale : l’histoire de l’Algérie, avec la ou les mémoires de la guerre d’Algérie !

A lire ou à écouter certains historiens, intellectuels, ou politiques, l’histoire de la colonisation se résumerait à celle de l’Algérie, et encore plus à celle de la guerre d’Algérie.

Un historien de l’Algérie, aujourd’hui très bien en cour, développe ce type de discours ambigu.

Une nouvelle propagande qui pourrait laisser croire que dans cette guerre, tout était noir du côté français, et tout était blanc du côté rebelle, que les « saloperies », pour ne pas dire les crimes de guerre, n’ont été commises que dans un camp, ce qui est évidemment faux.

Pour avoir servi la France en Algérie, comme officier du contingent dans les SAS, je regrette depuis longtemps que les Accords d’Evian qui ont scellé l’indépendance de l’Algérie aient stipulé que toutes les exactions commises pendant ce conflit seraient amnistiées.

A la vérité, des crimes de guerre ont été commis dans les deux camps et si ladite repentance devait se manifester elle devrait l’être par tous ceux qui, au service de la France, ou au service du FLN, en ont été les auteurs.

Beaucoup de ceux qui ont servi la France en Algérie n’ont pas commis de crime de guerre, le seul crime dont il serait possible de les accuser est celui d’avoir servi la France.

En serait-il de même dans l’autre camp avec les attentats et l’assassinat en particulier des membres du MNA, les vendettas de clans, ou enfin l’assassinat de nos harkis ?

Deuxième raison principale, et en dépit de ceux ou celles qui racontent, le plus souvent « d’en haut » (autre façon d’exprimer l’ethnocentrisme blanc), avec un parti pris idéologique ou politique, et au dire des « témoins » dits d’« en bas », la colonisation n’a pas non plus été, ou tout noire, ou tout blanche, mais mélangée, mixte, avec des ombres mais aussi des lumières.

Je ne citerai à ce sujet que le seul témoignage d’Hampâté Bâ, ce grand lettré d’une Afrique occidentale, anciennement française :

« Une entreprise de colonisation n’est jamais une entreprise philanthropique, sinon en paroles… Mais, comme il est dit dans le conte Kaïdara, toute chose a nécessairement une face diurne et une face nocturne. Rien, en ce bas monde, n’est jamais mauvais de A jusqu’à Z et la colonisation eut aussi des aspects positifs, qui ne nous étaient peut-être pas destinés à l’origine mais dont nous avons hérité et qu’il nous appartient d’utiliser au mieux. Parmi eux, je citerai surtout l’héritage de la langue du colonisateur en tant qu’instrument précieux de communication entre ethnies qui ne parlaient pas la même langue et moyen d’ouverture sur le monde extérieur – à condition de ne pas laisser mourir les langues locales, qui sont le véhicule de notre culture et de notre identité. » (« Amkoullel, l’enfant peul » Babel, page 492).

En ce qui concerne l’analyse récente des problématiques de citoyenneté par Frederick Cooper, un historien « d’en haut », parce qu’appartenant au monde occidental, tend à démontrer qu’en 1945, les « évolués », politiques ou syndicalistes du monde africain aspiraient à la citoyenneté française, en dépit de tous les « méfaits » de la colonisation.

Il est notoire qu’avant, mais tardivement, surtout après les indépendances, les intellectuels des nouveaux Etats d’Afrique noire se sont efforcés, avec plus ou moins de succès, d’écrire ou de réécrire leur roman national, à l’exemple de ce que la France a su faire pour son propre roman national, mais avec beaucoup plus de difficulté dans les contrées où la source principale des histoires ou de l’histoire reposait sur les épaules des griots, c’est-à-dire des traditions orales.

Troisième raison principale, une ignorance béante de l’histoire coloniale aussi bien de la part des citoyens de la plupart des anciens pays colonisés, de leurs descendants en France, que des Français eux-mêmes !

C’est la raison pour laquelle il est possible de nos jours de dire ou d’écrire n’importe quoi, et cette ignorance fait le lit d’une nouvelle propagande postcoloniale qui est d’autant plus efficace qu’elle nourrit le cahier de doléances permamentes de certains partis politiques de métropole ou d’outre-mer.

Un ou plusieurs courants de chercheurs, plus ou moins pertinents, avec l’appui d’intellectuels ou de politiques, surfent de nos jours sur la mauvaise conscience, un humanitarisme sympathique qui est venu fort opportunément se substituer au marxisme, des adeptes affichés ou clandestins de la fameuse repentance nationale.

Ils feraient bien d’aller porter la bonne parole dans le monde anglo-saxon, russe, ou chinois…

Quatrième raison principale : des enjeux électoraux ou financiers trop souvent cachés, aussi bien dans nos outre-mer actuels que dans certaines banlieues françaises.

A lire les journaux ou à regarder la télévision, le dernier voyage du Président Hollande a été un modèle de propagande électorale, déjà pour 2017, mais ses prédécesseurs ne faisaient pas mal non plus dans le genre.

Les électeurs auraient sans doute été intéressés par un reportage circonstancié et fouillé sur les paradis fiscaux et mondains de certains outre-mer français, entre autres ceux des îles Saint Martin et Saint Barthélemy, « Saint Barth » pour les intimes !

Ajoutons qu’à l’arrière-plan de beaucoup de revendications « hallucinées », se profilent souvent des questions de gros sous, et en ce qui concerne certains acteurs des outre-mer français anciens, une demande d’assistance permanente qui trouverait sa justification dans les péchés coloniaux de la France.

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans histoire
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 08:06

Quel pastis autour du programme d’histoire des collèges !

Il est vivement recommandé à tous les beaux esprits, animés le plus souvent d’arrière-pensées idéologiques, politiques, et au mieux humanitaires, de se remettre en mémoire historique quelques éléments d’information.

Pourquoi ne pas rappeler qu’en ce qui concerne les durées, la durée du « colonialisme » fut relativement courte, de l’ordre de 50 à 80 ans, par rapport à la longue histoire de la France et de l’Afrique ?

Dans Histoire générale de l’Afrique (UNESCO) Tome VII « L’Afrique sous domination coloniale », 1880-1935, l’historien ghanéen A.Adu Boahen utilisait le mot d’interlude :

« En conclusion donc, bien que le colonialisme ait été sans aucun doute un simple chapitre dans une longue histoire, un épisode ou un interlude (1) dans les expériences multiples des peuples d’Afrique, qui n’a duré nulle part plus de quatre-vingt ans, il s’est agi d’une phase extrêmement importante du point de vue politique, économique, et même social. Il a marqué une nette coupure dans l’histoire de l’Afrique ; le développement ultérieur de celle-ci, et donc de son histoire, a été et continuera à être très influencé par l’impact du colonialisme. Il prendra un cours différent de celui qu’il aurait suivi si cet interlude n’avait pas existé. » (page 864)

Ne serait-il pas utile aussi de relire un des passages du livre d’Herbert Lüthy (2) dans « A l’heure du clocher » pour remettre à l’heure les pendules historiques et mémorielles d’une France qui n’a jamais été aussi « colonialiste » qu’aujourd’hui, aux dires des thuriféraires de cette nouvelle propagande postcoloniale :

« Telle était à peu près le rôle de l’Empire dans l’historiographie populaire : une agitation obscurément suspecte dans l’arrière-boutique de la république. Le peuple n’avait rien à voir avec ces machinations du Comité des Forges, de la Haute Finance, des Congrégations et de la caste militaire, enragés à reconstruire outre-mer les bastilles qu’il avait rasées dans la mère patrie. » (page 141)

J’ajouterai à cette liste la franc-maçonnerie.

  1. (1) Au Petit Robert 1973 : interlude, « Petit intermède dans un programme dramatique… courte pièce exécutée entre deux autres plus importantes.
  2. Herbert Lüthy, journaliste suisse, séjourna à Paris entre 1946 et 1958

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans histoire
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 10:51

« Situations coloniales » d’Afrique ou d’Asie, avec le regard de voyageurs romanciers et géographes »

Années 1905- 1931

La 2ème partie a été publiée le 18 mai 2015

3ème Partie

II - Les scènes coloniales

Les scènes décrites dans les romans choisis s’inscrivent évidemment dans une chronologie de domination coloniale aux caractéristiques différentes, entre la première période de conquête et de mise en place des premières bases de la colonisation, les récits de Conrad, de Farrère, et de Maran, et la deuxième période qui suivit la première guerre mondiale, celle de la consolidation coloniale, avec les récits de Gide, d’Albert Londres, de Weulersse, ou d’Orwell.

Mais la lecture de ces récits de voyages ou de « fiction » romanesque donnera la possibilité aux lecteurs de découvrir à la fois le patchwork qu’était le monde africain des années 30, en allant de l’ouest à l’est, et du centre au sud, mais avant tout le grand écart de « modernité » qui séparait ces morceaux du patchwork colonial, la variété infinie des scènes, avec une très faible pénétration occidentale dans beaucoup de territoires, en contraste avec l’explosion industrielle et urbaine qui saisissait déjà les Afriques centrales et australes.

Une des œuvres choisies, « Une histoire birmane » de George Orwell, a pour objectif de proposer une ouverture sur la colonisation britannique en Asie, la Birmanie, d’après la première guerre mondiale.

Dans son livre « Les civilisés » couronné par le prix Goncourt 1905, Claude Farrère faisait la description romancée de la nouvelle vie de la société coloniale de Saigon au début du vingtième siècle, une société jouisseuse et décadente.

Ancien officier de marine ayant bourlingué sur les mers du globe, il savait de quoi il parlait, même si le roman pouvait quelquefois avoir un caractère satirique un peu trop prononcé.

Le croiseur le Bayard sur lequel naviguait l’officier de marine de Fierce venait d’accoster à Saigon et ce dernier profitait de ses heures de liberté pour découvrir et apprécier la vie mondaine de la bonne société coloniale de Saigon, festins, fêtes, alcool, et débauches….

Le récit du dîner du contre-amiral, commandant la deuxième division de l’escadre de Chine chez le lieutenant- gouverneur Abel, dîner auquel assistait de Fierce vaut son pesant d’opium :

De la bouche du lieutenant-gouverneur Abel :

« - Le Chinois est voleur et le Japonais assassin ; l’Annamite, l’un et l’autre. Cela posé, je reconnais hautement que les trois races ont des vertus que l’Europe ne connait pas, et des civilisations plus avancées que nos civilisations occidentales. Il conviendrait donc à nous, maîtres de ces gens qui devraient être nos maîtres, de l’emporter au moins sur eux par notre moralité sociale. Il conviendrait que nous fussions, nous les colonisateurs, ni assassins, ni voleurs. Mais cela est une utopie…

  • Une utopie. Je ne réédite pas pour vous, mon cher amiral, les sottises humanitaires tant de fois ressassées à propos des conquêtes coloniales. Je n’incrimine point les colonies : j’incrimine les coloniaux, - nos coloniaux français,- qui véritablement sont d’une qualité par trop inférieure.
  • Pourquoi ? interroge quelqu’un.
  • Parce que, aux yeux unanimes de la nation française, les colonies ont la réputation d’être la dernière ressource et le suprême asile des déclassés de toutes les classes et des repris de toutes les justices. En foi de quoi, la métropole garde pour elle soigneusement, toutes ses recrues de valeur, et n’exporte jamais que le rebut de son contingent. Nous hébergeons ici les malfaisants et les inutiles, les pique-assiette et les vide-gousset. – Ceux qui défrichent en Indochine n’ont pas su labourer en France ; ceux qui trafiquent ont fait banqueroute ; ceux qui commandent aux mandarins lettrés sont fruits secs de collège ; et ceux qui jugent et qui condamnent ont été quelquefois jugés et condamnés. Après cela, il ne faut pas s’étonner qu’en ce pays l’Occident soit moralement inférieur à l’Asiatique, comme il l’est intellectuellement en tous pays. (page 97)

La scène coloniale que décrivait Claude Farrère, c’est-à-dire essentiellement la capitale de l’Indochine, Saigon, donnait déjà l’aspect d’une cité moderne dotée de belles villas, d’un réseau électrique, de moyens de locomotion, de cafés, d’un théâtre.

La description du grand bal du gouverneur général mérite également un détour de lecture:

« Tout Saigon était là. Et c’était un prodigieux pêle-mêle d’honnêtes gens et de gens qui ne l’étaient pas, - ceux-ci plus nombreux : car les colonies françaises sont proprement un champ d’épandage pour tout ce que la métropole crache et expulses d’excréments et de pourriture.- Il y avait là une infinité d’hommes équivoques, que le code pénal, toile d’araignée trop lâche, n’avait pas su retenir dans ses filets : des banqueroutiers, des aventuriers, des maîtres chanteurs, des maris habiles, et de quelques espions ; - il y avait là une foule de femmes mieux que faciles, qui toutes savaient se débaucher copieusement, par cent moyens dont le plus vertueux était l’adultère. – dans ce cloaque, les rares probités faisaient tache. » (p,197)

Il s’agit avant tout d’un roman libertin dont les intrigues entre les sexes tournent autour de trois personnages, un officier de marine, Fierce, en escale, un médecin, Mévil, perclus de drogues et de débauches, et un ingénieur, Torral, tourné vers le sexe « fort », tout trois obsédés de sexe et d’aventures.

Le roman décrit ces romances libertines, mais paradoxalement, Fierce et Mévil en arrivent, au bout de leurs débauches, à espérer gagner la main et le cœur de deux femmes vertueuses, celle d’une jeune femme pupille, Sélysette, en ce qui concerne Fierce, et tout simplement celle de la fille du lieutenant- gouverneur pour Mévil.

Compte tenu de leur petit nombre, les femmes vertueuses avaient en effet fort à faire pour ne pas succomber aux entreprises très hardies des messieurs débauchés.

Le roman expose les nouvelles addictions des « civilisés », maîtresses ou congaïs, whisky, cocaïne, opium, et à l’occasion, les nombreuses « pipées » de Torral,

L’auteur décrit la vie mondaine de Saigon, les jeux au « Cercle » colonial, sorte de répondant des « Club » anglais, les diners, les excursions, mais avant tout une société coloniale avide de plaisirs artificiels ou non.

Le récit se développe sur un fond de rivalité et de guerre avec la Grande Bretagne, c’est à dire une flotte beaucoup plus puissante que la française, et fait à un moment donné un sort à une grande opération de pacification au Cambodge, c’est-à-dire l’écrasement d’une révolte indigène, « l’ordre de Paris était de massacrer les pirates » (p,249).

Ce qui fut fait, les 58 pirates eurent la tête coupée, selon la coutume de ces régions, et l’officier Fierce, saisi par la fureur de cet affrontement, commit un viol sur une jeune fille.

Un fond de rivalité franco-anglaise qui trouve son dénouement à la fin du récit, au large du Cap Saint Jacques avec la défaite de la petite flotte française de sept torpilleurs face à la flotte anglaise de neuf cuirassés de ligne, une défaite qui vit la mort héroïque de l’officier Fierce, chargé en tous points de sauver « l’honneur ».

Le roman de Claude Farrère illustre à sa façon la plupart des situations coloniales françaises qui n’incitaient pas les femmes à l’expatriation, avant la révolution des transports et celle de la santé.

En raison des conditions de vie sanitaire et sociale, les femmes européennes mirent beaucoup de temps à rejoindre la plupart des colonies. Beaucoup de ces femmes avaient alors le profil des aventurières, à l’exemple de beaucoup d’hommes qui n’étaient venus que pour l’aventure coloniale, tel ce gouverneur épousant par exemple, en Indochine, sa femme de chambre…

Lyautey racontait dans l’une de ses lettres « Lettres du Tonkin et de Madagascar » l’inauguration de la nouvelle ligne de chemin de fer Hanoï - Lang-Son et son retour dans le train des officiels en compagnie du demi-monde des gens d’Hanoï. L’anecdote a été citée dans un de mes textes intitulés « Gallieni et Lyautey, ces inconnus »

Et dans une autre de ses lettres (1896), avant son départ d’Hanoï pour Saigon, il relatait quelques-unes des mondanités d’Hanoï qui donnent un éclairage sur la composition et la vie de cette société coloniale :

Le versant français d’Hanoï:

La découverte, janvier 1895 :

« Et les nouveaux venus comme moi, dans cette ville à guinguettes et à lumière électrique, à société philharmonique et à loge maçonnique, ont peine à se figurer que ce soit d’hier cette histoire déjà reculée par la légende aux arrière-plans, 22 ans seulement depuis Garnier, 11 ans depuis Rivière… » (LT/p,218)

Après la première guerre mondiale, les récits décrivaient déjà un autre monde colonial.

Dans « Terre d’Ebène », Albert Londres dépeint un processus de colonisation française qui ressemble, à l’exception du Congo, à une sorte de train-train où l’administration, c’est-à-dire les « Commandants », les administrateurs coloniaux y jouant le premier rôle.

Peut-être conviendrait-il de préciser que cette situation résultait d’un manque de ressources et de la passivité de la métropole, que l’auteur dénonçait à maintes reprises !

Albert Londres commença son voyage au Sénégal, une colonie qui avait la particularité de compter sur son territoire quatre communes de plein exercice, comme en métropole, et des habitants qui avaient la qualité de citoyens, une exception historique, car dans le reste des colonies, la citoyenneté française n’était accordée qu’au compte-gouttes.

Après Dakar, le journaliste emmenait ses lecteurs dans le bassin du Niger, faisait halte à - « Tombouctou ! Brûlant labyrinthe ! » (p,83) - une ville qui fut longtemps aussi mystérieuse qu’inconnue, et dont la conquête causa une grande désillusion, à la mesure de toutes celles qui furent celles des Français les plus avertis sur les richesses de l’Afrique de l’ouest.

Albert Londres se rendit ensuite à Ouagadougou, la capitale de la Haute Volta d’alors (le Burkina-Fasso), qui ne comptait que 300 européens, où y fît la connaissance du Moro Naba, le grand prince indigène des lieux. Il en décrivait les mœurs, les mariages, à la manière d’un ethnologue, mais il s’attardait beaucoup sur la façon dont le réseau routier avait été construit :

« Ah ! Les belles routes ! On ne peut rien imaginer de mieux. Je ne plaisante pas ; demandez plutôt aux indigènes ! Elles sont d’autant plus remarquables qu’elles ne nous ont pas coûté un cauri.

On n’a dépensé que du nègre. Sommes-nous si pauvres en Afrique noire ?

Pas du tout ! Le budget du gouvernement général possède une caisse de réserve de je ne sais combien de centaines de millions… » (p,104)

Il n’est pas dans mes intentions de critiquer ce type d’analyse qui ne rendait compte que d’une partie du problème de financement des équipements de l’Afrique Occidentale Française et des budgets en général.

Comme je l’ai longuement exposé sur ce blog dans mes analyses de la thèse de Mme Huillery, cette dernière s’est efforcée de démontrer, sans succès à mon avis, que, contrairement à ce que le vulgum pecus croit ou ne croit pas, et en AOF précisément, ces territoires avaient été en définitive une bonne affaire pour la France.

A Bobo Dioulasso, le journaliste y décrivait des femmes à plateaux, et son récit était émaillé d’observations sur les mœurs des noirs, leurs croyances, l’importance des féticheurs, des sorciers.

Au Dahomey (le Bénin), le journaliste relevait :

« Royaume des féticheurs, c’est-à-dire du poison, le Dahomey est dans la main des sorciers. » (p,176)

Jusqu’au Gabon, c’est-à-dire au « drame du Congo Océan » (p,186), le lecteur fait la connaissance d’une Afrique traditionnelle qui commençait à être chahutée par la colonisation, les premières initiatives des « commandants » avec les nouveaux impôts qui n’existaient pas jusqu’alors, plus que par les autres blancs, de rares colons, et avant tout par la construction d’un réseau de pistes routières couvrant une Afrique qui en était privée.

Albert Londres se rendait alors à Pointe Noire et au Congo, pour voir le fameux chantier de la construction du nouveau chemin de fer du Congo- Océan dont les abus défrayaient déjà la chronique politique et journalistique depuis des années, une idée coloniale bien française qui s’inscrivait, vu les immenses difficultés de l’entreprise, à travers la forêt et le massif infranchissable du Mayombe, qu’avaient traversé quelques années auparavant Brazza et Marchand, en dehors de tout sens des réalités, dans le catalogue des folies coloniales.

A Pointe Noire, le journaliste découvrait :

« Pointe Noire ! Assez noire !

Un Portugais, un Pétruquet, comme disent les nègres, a construit là un petit kiosque, c’est l’hôtel, le restaurant c’est tout ! C’est la tente des naufragés… C’est la colonie au premier âge. Pointe Noire n’existe qu’en espérance. Pointe Noire aura cent mille habitants… Pour l’heure, Pointe Noire a surtout un phare, un hôpital et une douane… » (p,195)

« Deux jours plus tard, j’eus mes porteurs. De Pointe Noire j’allais gagner Brazzaville et voir comment on construisait le chemin de fer. Cinq cent deux kilomètres en perspective…

Mes vingt-sept Loangos sont là (ses porteurs)…ils présentent le tipoye. C’est la première fois que je monte dans un instrument de cette sorte… Les porteurs posent le brancard sur leur tête…Et les voilà qu’ils trottent. Quant à moi, assis au- dessus d’eux, dans mon bain de siège, mes jambes pendent comme celles d’un pantin et mon torse, de haut en bas, s’anime comme un piston en folie… »

Après avoir fait dans le premier « tacot » de chemin de fer les soixante-dix-sept premiers kilomètres déjà construits, Albert Londres découvrait le fameux chantier :

« J’arrivai au sentier de fer.

La glaise était une terre anthropométrique ; on y voyait que des empreintes de pied. Là, trois cents nègres des « Batignolles » frappaient des rochers à coups de marteau… « Allez Saras, allez ! Les contremaîtres blancs étaient des Piémontais, des Toscans, des Calabrais, des Russes, des Polonais, des Portugais. Ce n’était plus le Congo-Océan, mais le Congo-Babel. Les capitas et les miliciens tapaient sur les Saras à tour de bras…

Et j’arrivai à la montagne de savon. Pendant trois heures j’allais me comporter ainsi que la pierre de Sisyphe. Tous les cent mètres je glissais et, après avoir tourné comme toupie ivre, interrompant mon ascension, je piquais du nez ou je m’étalais sur le dos… On atteignit le sommet ? On redescendit… Deux cent nègres, sur le sentier même, étaient accroupis le long d’un gros arbre abattu. C’était une pile de pont. Ni cordes ni courroies, les mains des nègres seulement pour tout matériel. Comme chefs : deux miliciens, trois capitas, pas un blanc...

Un milicien comptait : « Oune ! doe ! tôa ! » et, pris soudain d’un accès d’hystérie, possédé par le démon de la sottise, il courait sur cette pile qu’il voulait qu’on soulevât et cinglait les pauvres dos courbés. Les dos ne bronchaient pas… (p,204)

Cela eut lieu le 22 avril, entre onze heures et midi, sur la route des caravanes, après avoir passé la montagne de Savon, deux kilomètres avant M’Vouti. »

Les malades et les morts :

« Je pensais qu’entre octobre 1926 et décembre 1927, trente mille noirs avaient traversé Brazzaville « pour la machine », et que l’on n’en rencontrait que mille sept cents entre le fleuve et l’Océan !

Je me répétais que de l’autre côté, les Belges venaient de construire 1 200 kilomètres de chemin de fer en trois ans, avec des pertes ne dépassant pas trois mille morts, et que chez nous, pour 140 kilomètres, il avait fallu dix-sept mille cadavres.

Je me répétais que si le Français s’intéressait un peu moins aux élections de son conseiller d’arrondissement, peut-être aurait-il, comme tous les peuples coloniaux, la curiosité des choses de son empire, et qu’alors ses représentants par-delà l’équateur, se sentant sous le regard de leur pays, se réveilleraient, pour de bon, d’un sommeil aussi coupable. » (p,211)

Trois observations : la première, côté belge, la géographie beaucoup plus facile du tracé du chemin de fer n’avait rien à voir avec celle du Mayombe, mais cette caractéristique n’excuse pas un tel désastre ; la deuxième, entre le Congo français et le Congo belge, et nous le verrons plus loin avec le géographe Weuleursse, les potentiels de développement économique étaient très différents, et quelques provinces riches du Congo Belge étaient déjà en plein développement ; et enfin, la troisième à laquelle nous attachons sans doute le plus d’importance : contrairement à certaines thèses qui laissent à croire que la France était coloniale, qu’elle baignait dans une culture coloniale ou impériale, au choix, la France n’a jamais eu véritablement la fibre coloniale, et le jugement d’Albert Londres, l’ensemble de son reportage à la fin des années 1920 en apporte une fois de plus le témoignage.

Dans le livre Batouala, et comme nous l’avons déjà souligné, Maran brossait le tableau impitoyable des excès de la première colonisation des blancs dans les forêts de l’Oubangui Chari, mais plus encore la vie indigène d’une tribu, ses mœurs, ses coutumes, ses croyances, la chasse, la danse, la grande fête de l’excision et de la circoncision, centrée dans ce roman sur l’histoire des relations amoureuses entre le vieux chef Batouala, sa jeune épouse, la belle Yassigui’ndja, (il en avait huit), et un jeune rival, Bissibi’ngui.

Ce roman faisait découvrir avant tout les réactions d’incompréhension, d’hostilité, que ressentaient les Noirs à l’égard des Blancs :

« Aha ! Les hommes blancs de peau, qu’étaient-ils venus donc chercher, si loin de chez eux en pays noir ? Comme ils feraient mieux, tous de regagner leurs terres et de n’en plus bouger. (p,21)

En résumé, le portrait d’une scène coloniale de forêt vierge dont les premiers blancs, quelques-uns seulement, venaient complètement bouleverser les modes de vie, dans les apparences tout du moins, alors que dans une région géographique d’Afrique équatoriale voisine belge ou sud-africaine, l’intrusion des blancs, comme nous le verrons, a, tout autrement, et de façon plus systématique, ouvert la voie d’un autre monde, avec la construction d’usines, de lignes de chemin de fer, de villes nouvelles.

Il convient de noter par ailleurs qu’André Gide, dans son récit de voyage au Congo, comparativement à celle de Maran, proposait une vision aseptisée de la même colonie de l’Oubangui Chari qu’il traversa en « touriste ».

Dans le livre « Voyage au Congo », André Gide livrait ses impressions de voyage le long d’un itinéraire qui le conduisit, avec son compagnon, le photographe Marc Allégret, de Bangui au lac Tchad, et de Fort Lamy à Maroua, puis à Douala, au Cameroun. Il décrivait les paysages, mornes ou magnifiques, les mœurs des tribus rencontrées, sauvages ou pacifiques, et s’attachait à raconter par le menu ses aventures de voyageur « mondain » empruntant successivement tous les moyens de locomotion de l’Afrique de l’époque, baleinières, chaises à porteurs, chevaux, et plus rarement sur les premières routes aménagées, une automobile.

A le lire, on en retire un peu l’impression d’un récit tiré d’un voyage organisé par la célèbre agence Cook qui était déjà connue pour tous les voyages qu’elle organisait dans les pays exotiques : ici, au lieu de cette agence, l’administration coloniale était mise au service du voyage du grand écrivain, ami de quelques gouverneurs des colonies.

André Gide expliquait dans un article paru dans la Revue de Paris du 15 octobre 1927, sous le titre « La détresse de notre Afrique Equatoriale » :

« Lorsque je me décidai à partir pour le Congo, le nouveau Gouverneur général eut soin de m’avertir : - Que n’allez-vous pas plutôt à la Côte d’Ivoire, me dit-il. Là tout va bien. Les résultats obtenus par nous sont admirables. Au Congo, presque tout reste à faire. « L’Afrique Equatoriale Française a toujours été considérée comme la cendrillon » de nos colonies. Le mot n’est pas de moi : il exprime parfaitement la situation d’une colonie susceptible sans doute de devenir une des plus riches et des plus prospères, mais qui jusqu’à présent est restée l’une des plus misérables et des plus dédaignées ; elle mérite de cesser de l’être. En France, on commence à s’occuper d’elle. Il est temps. Au Gabon, par suite de négligences successives, la partie semble à peu près perdue. Au Congo, elle ne l’est pas encore si l’on apporte un remède à certains défauts d’organisation, à certaines méthodes reconnues préjudiciables, supportables tout au plus provisoirement. Autant pour le peuple opprimé qui l’habite, que pour la France même, je voudrais pouvoir y aider…

Je sais qu’il est des maux inévitables ; ceux dus par exemple au climat… il est enfin certains sacrifices cruels, j’entends de ceux qui se chiffrent par vies d’hommes… Aucun progrès, dans certains domaines, ne saurait être réalisé sans sacrifices de vies humaines…

Par quelle lamentable faiblesse, malgré l’opposition des compétences les plus avisées, le régime des Grandes Concessions fut-il consenti en 1899… Mais lorsqu’on vient à reconnaître l’occulte puissance et l’entregent de ces sociétés, l’on cesse de s’étonner, c’est à Paris d’abord qu’est le mal… » (p,532)

Au risque d’avoir mauvais esprit, je serais tenté de dire que le grand écrivain noircit plus de pages consacrées aux lectures qu’il continuait à faire, quelles que soient ses conditions de vie, en baleinière ou au bivouac, aux évocations littéraires où il excellait, aux lettres d’amis, qu’à l’analyse de l’Afrique coloniale, pour ne pas ajouter que les pages consacrées au petit singe Dindiki qu’il avait adopté paraissent un peu disproportionnées par rapport à l’objectif supposé de ce voyage.

Extraits de textes des œuvres citées

Jean Pierre Renaud

Tous droits réservés

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans colonies
commenter cet article
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 15:37

Humeur Tique au fil des jours

Mémoires et histoires de l’esclavage ? En récompense de sa tournée « triomphale » dans les Caraïbes, un « Noël en mai » pour le journal Le Monde, notre Président mérite incontestablement la Palme d’Or de toute l’histoire de l’esclavage, en concurrence avec celle de Cannes, pour avoir fait assumer par la France tout le poids de l’histoire et des mémoires de l’esclavage des Amériques, d’Afrique, ou d’Asie.

Les Antilles françaises auraient mérité mieux : pourquoi ne pas avoir décidé de les doter d’un commissariat au plan et au développement afin de les aider à s’assumer dans le contexte économique de l’Amérique centrale ?

Laïcité et islamophobie ? Pourquoi s’étonner de constater qu’une laïcité de plus en plus militante se met à défendre une laïcité des institutions publiques chèrement acquise au début du 20ème siècle, gage de notre paix civile ?

Pourquoi ce nouveau militantisme se verrait accusé à tort, et à tout bout de champ, d’islamophobie, alors que depuis une dizaine d’années une fraction de musulmans, citoyens français ou non, encourage, comme cela n’a jamais été le cas auparavant, au choix , le respect du Ramadan, la viande hallal, ou le port de tenues ou de voiles qui tendent à afficher et à affirmer la position religieuse des jeunes filles et des femmes musulmanes.

Tout cela après une lutte séculaire en faveur de l’égalité des deux sexes féminin et masculin ?

La Grande Bretagne de Cameron ? En Europe ou en dehors ?

Pourquoi s’accrocher aux basques de la Grande Bretagne qui continument, avant son entrée dans l’Union européenne et après, milite pour que cette union ne forme qu’un marché libéral de plus en plus vaste ?

La véritable question posée est celle de savoir s’il existe dans l’Union européenne des pays qui entendent donner un destin à notre vieille Europe et qui auront le courage d’aller de l’avant vers une véritable union politique, avec un Président élu par les citoyens, une politique économique et étrangère commune, et naturellement une défense commune.

Si avec ce qui s’est passé en Ukraine, et qui continue de se passer, les Européens n’ont pas encore compris quel sort leur était promis, alors oui, il faudra bien parler d’une décadence de l’Europe !

Jean Pierre Renaud

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Humeur Tique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens