Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 10:45
Le Figaro du 15 mars 2010:
En bref:
Emirats: un mois de prison pour un baiser en public.
Un couple britannique, condamné à un mois de prison pour s'être embrassé sur la bouche en public, à Dubaï, doit connaître le 4 avril le résultat d'un recours en appel contre ce verdict, a annoncé leur avocat.
Comment les braves Russes vont-ils faire pour ne pas embrasser sur la bouche leurs hôtes de Dubaï?
Repost 0
Published by eh-tique-media-tique.over-blog.com - dans Humeur Tique
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 20:35
carte_madagascar.gif

Question difficile pour un interlocuteur toujours attentif à son destin, mais disposant d’une approche insuffisante de l’actualité et des acteurs de sa vie politique d’aujourd’hui, mais je vais tenter d’y répondre.

            Pourquoi votre vie nationale est régulièrement ponctuée par des coups d’Etat, dont le dernier, celui de l’actuel « président » d’une transition qui dure et dont on ne connaît pas encore le débouché ? « L’immature » !

            La première raison est liée, à mes yeux, au manque de sens de l’intérêt général de toute une partie de votre personnel politique, à sa morale élastique, plus soucieuse de fric, de places, que de servir son pays, sans doute aussi gangrenée par de la corruption. Notre personnel politique a démontré, lui aussi, qu’il n’était pas indemne de corruption, d’avidité de fric, et de pouvoir, mais la richesse du pays et l’important réseau de contre-pouvoirs en place, atténue cet handicap, qui me parait, chez vous, majeur.

            Morale élastique d’une partie de votre haute fonction publique, dont la judiciaire, si je ne m’abuse, a vite trouvé des accommodements constitutionnels, pour légitimer, chemin faisant, les entorses successives à la loi fondamentale

            Deuxième raison, des institutions qui ne favorisent pas le sain exercice du pouvoir, démocratiquement contrôlé, et sur ce point, je n’ai pas de solution, sauf à renvoyer sur le discours d’Obama qui a dit des choses très sensées à ce sujet.

            Troisième raison, le rôle inacceptable de votre armée, interférant en permanence dans le fonctionnement des pouvoirs publics. Et comment ne pas avoir été surpris d’avoir vu vos généraux disposant des plus grands pouvoirs à la tête des armées, se défiler, pour avoir peut-être éprouvé une peur physique, en n’ayant pas le courage de remettre le pays sur la bonne voie, au lieu de laisser faire de jeunes officiers, aussi incapables que le « président » actuel d’avoir une vision nationale de l’intérêt général du pays ? En résumé, le pouvoir remis à des porteurs de kalachnikov !

            Quatrième raison, l’interférence permanente de vos églises dans le fonctionnement des pouvoirs publics : leur intervention n’a pas été de nature à faire avancer une véritable solution de réforme. Et j’ai vu récemment, sur une de nos chaînes, un documentaire sur Madagascar où l’on voyait le « président » en compagnie du père Pedro qui se félicitait, sauf erreur de ma part, de la visite du « président » dans son institution : enfin « un président » qui s’intéresse aux pauvres !.

            Et c’est là une cinquième raison des malheurs actuels, la présence de plus en plus importante de pauvres qui, au fur et à mesure des années, se sont agglutinés dans votre capitale ingérable, et que votre personnel politique ne se prive pas de manipuler. Cette masse de prolétaires est à la merci de n’importe quel efficace et rémunérateur agitateur. Donc pas de solution en profondeur avant la mise en œuvre d’un très gros programme de développement, de meilleure répartition des richesses, car les inégalités sont beaucoup trop importantes et criantes, et sur une longue durée, de cinq à quinze ans.

            Tout cela fait beaucoup, mais la priorité me semble être celle de faire revenir l’intérêt général et la morale publique au sein de vos institutions, et peut-être faut-il les changer, mais je n’en sais rien.

            Pour conclure, vous ne pouvez imaginer les déceptions que cause la nouvelle crise à tous ceux qui aiment la grande île et qui sont persuadés qu’elle peut avoir un grand avenir, à la condition d’y faire revenir à la fois le bon sens et la vertu.

Et que la force soit enfin au service du droit !

Repost 0
Published by eh-tique-media-tique.over-blog.com - dans Actualités
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 16:14

La Fondation Lilian Thuram "Education contre le racisme" a fait effectuer par Louis Harris 2, en janvier 2010, un sondage sur le thème de " l'éducation contre le racisme";
Quelques résultats peuvent éclairer cette fameuse mémoire coloniale que beaucoup invoquent pour preuve de maintes dérives, sans jamais apporter la preuve de son existence, de son contenu et de son étendue.

A la question: Savoir spontané du premier sujet faisant référence à des personnes de couleur noire à l'école:

L'esclavage: 24%
En histoire: 22%
En géogrphie: 18%
Par la colonisation: 7%

A la question: Savoir assisté du premier sujet faisant référence à des personnes noires de couleur à l'école:

de l'esclavage: 52%
de la colonisation: 21%

Intéressant, non? Mais il conviendrait d'aller plus loin dans la connaissance en mesurant le poids de la mémoire coloniale dans notre mémoire collective.

Repost 0
Published by eh-tique-media-tique.over-blog.com - dans Colonies
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 11:27
Dans un article intitulé "Quand le foot libère la parole des détenus sur la racisme", le Monde fait un compte rendu d'une réunion de détenus à la maison d'arrêt de Villefranche sur Saône, le 10 mars dernier. Je ne suis pas sûr que le contenu de l'article éclaire beaucoup le sens du titre. Le menu intellectuel proposé était incontestablement difficile.
 Le lecteur reste sur sa faim jusqu'à la fin lorsqu'est abordée la composition du public des maisons d'arrêt.
Un détenu, micro à la main demande au procureur présent, interlocuteur tout désigné pour ce dernier sujet : "Il n'y a que des Noirs et des Arabes dans les prisons. Le procureur riposte : j"e ne peux pas laisser dire ça." Mais il reconnait que, pour certains délits "comme les vols", il y a une surreprésentation de certaines populations ethniques. Cela s'explique, c'est complexe, mais la couleur de la peau n'a rien à voir."

Question: est-ce que le Monde ne devrait pas proposer à ses lecteurs une bonne analyse de cette situation, si elle est exacte, avec des chiffres précis et une interprétation sérieuse de ses causes, avec sans doute en arrière plan, la faillite de la politique des quartiers dits "sensibles".
Repost 0
Published by eh-tique-media-tique.over-blog.com - dans Humeur Tique
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 09:06
Afghanisan, talibans, école des filles, journée de la femme : allez voir "Le cahier" un film très émouvant, des images et une histoire  incomparables sur l'envie d'école des petites filles au pays des talibans, et aussi sur leur héroïsme. Rien d'égal pour comprendre la situation des filles et des femmes dans ce pays en guerre depuis plusieurs dizaines d'années. Un film sorti en 2008, dont l'auteur est Hana Makhmalbaf.















































Repost 0
Published by eh-tique-media-tique.over-blog.com - dans Cinéma
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 10:02

Conseil Constitutionnel, Charasse: 
    Le sénateur auvergnat aurait dit à propos de sa nomination au Conseil Constitutionnel que le Président ne lui avait pas demandé de "contrepartie".
    Doit-on penser que le sénateur s'estimait si peu qu'il ne valait pas "contrepartie", ou qu'on pouvait avoir du mal à s'y retrouver dans les "contreparties" qu'il pouvait proposer?
     En tout cas, le Président savait que cette nomination avait quelques chances de lui assurer la contrepartie de la "Mitterrandie".


Contrôle judiciaire, Villepin et Chirac chez le père Claude, des retrouvailles tranquilles, au dire du Figaro:
     Quelqu'un dans mon entourage immédiat, me dit: "tu es sûr, ce n'était pas chez la mère Claude?", mais soyons sérieux.
    Est-ce que vous croyez sériseusement que la Justice avait les moyens et la volonté d'exercer un contrôle judiciaire sur Villepin, son téléphone, ses déplacements, ses dîners en ville...?
    Et plus largement, quand est-ce que la Justice cessera de nous prendre pour des demeurés dans ce cas de figure, en tout cas?
    Il en est du contrôle judiciaire comme du secret de l'instruction, à classer au rang des hermines chantées par Pascal.

Repost 0
Published by eh-tique-media-tique.over-blog.com - dans Humeur Tique
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 19:27

Comme beaucoup d’autres l’ont fait avant moi, on peut s’interroger sur la qualité du véritable auteur du discours de Dakar, car ce texte manifeste une grande méconnaissance de l’histoire, de la culture, et de la sensibilité africaines. 

            Est-ce le signe, aujourd’hui, du manque de culture générale d’une partie de l’élite politique ? C’est en tout cas ma conviction.

            Ce livre est incontestablement intéressant pour un lecteur  averti, mais utile aussi pour un lecteur néophyte curieux de connaître un peu mieux le passé de l’Afrique. Nous verrons toutefois que certaines des analyses ou affirmations des différentes contributions, il y en a vingt et une au total, soulèvent quelques questions, réserves, ou même objections.

            J’examinerai, dans l’ordre, les quatre parties de ce livre, en indiquant que mes remarques porteront bien sûr sur les quelques pans de cette histoire que je connais et notamment, sur quelques points historiques sensibles, analysés dans quelques unes des contributions :

            Qui a dit que l’Afrique n’avait pas d’histoire ? (Partie 1)

            La contribution (p. 71) sur l’universalité des « valeurs sous-tendues par l’idéal d’humanité » en Afrique, constatée par des témoignages des quelques explorateurs cités, est éclairante, et mes lectures nombreuses de ces récits, (Mage, Gallieni, Vallière, Péroz, Binger, Toutée, Monteil…), en apportent une ample confirmation dans l’Afrique occidentale, mais elle fait, curieusement, l’impasse pudique sur certains aspects négatifs des sociétés qu’ils découvraient, fréquentaient, et racontaient,  tel l’esclavage.

            Ce thème est visité par plusieurs des contributions de la deuxième partie en réponse à la question : « Qui est responsable des « difficultés actuelles » de l’Afrique ?

            Ces analyses proposent une vue kaléidoscopique de l’esclavage, allant de la « traite négrière atlantique » (p.189)), à « L’esclavage et les traites en Afrique occidentale : entre mémoire et histoire. » ( p.201)

            A la lecture de ces analyses, on voit bien que le sujet embarrasse certains historiens, quelquefois tentés de renvoyer toute la responsabilité de la traite sur les blancs, alors que d’autres reconnaissent bien la réalité de l’esclavage intérieur,  de ce que l’un d’entre eux appelle « l’esclavage domestique ».

            Le premier auteur fait état de résistances africaines à la traite et note :         « Toutefois ces résistances montrent que la TN n’était pas le prolongement du système d’esclavage interne à la société africaine dont elle a en revanche décuplé l’ampleur. » (p.197)

            La conclusion de l’auteur, citée ci-dessous,  peut, au minimum, prêter à discussion, et assurément à contestation, tant le rapprochement  historique est hardi, pour ne pas dire plus:

            « La question de la responsabilité africaine dans la TN est en conséquence posée : peut-on affirmer que la France est responsable du nazisme qui s’était imposé au pays dans les années 1940 et auquel des collaborateurs français ont pris part, malgré les vives résistances au système ? » (p.199)

            Le roi Béhanzin est cité comme résistant : on peut s’interroger à son sujet, compte tenu de ses pratiques sacrificielles et esclavagistes connues, et alors que ses rois voisins se félicitèrent de sa disparition.

            L’autre contribution relève précisément la quasi-absence d’études sur l’esclavage domestique et les traites dans l’historiographie africaine : 6 références seulement  de travaux universitaires sur 884 portent sur l’esclavage domestique. (p.207)

            Le même auteur propose toutefois une citation de M.Bazémo,  qui peut susciter beaucoup de questions sur l’analyse et l’interprétation du phénomène :

            « Au-delà de la documentation, c’est l’historicité même de l’objet qui est : « Dans son essence, l’organisation de la famille africaine exclut l’isolement et l’individualisme… Dans ces conditions un homme isolé n’avait aucune chance de survie. L’esclavage des populations dispersées à la suite de calamités accidentelles ou naturelles constituait un moyen à la fois commode et humain de leur donner un nouveau cadre de vie accordé à leurs espérances temporelles. » (Séminaire du Burkina Fasso-1999). (p.208)

            Le lecteur aura noté l’expression « espérances temporelles ».

            Ces analyses montrent bien la complexité du concept et du fait  « esclavage », mais je serais tenté d’inviter, si besoin était, les historiens africains à relever le défi intellectuel de son histoire, car, comme ces contributions le montrent,  l’historiographie actuelle est insuffisante, et cette carence ne permet pas de se faire une opinion fondée, en ce qui concerne une responsabilité partagée ou non, de l’Afrique, dans une chronologie prolongée, une fois que la traite atlantique a été supprimée au dix neuvième siècle.

            En ce qui concerne la contribution sur les sociétés précoloniales du Sahel (p.83), n’est-il pas difficile de traiter ce sujet, sans évoquer les incursions fréquentes des Maures au-delà du fleuve Sénégal, et des tribus Touaregs au nord du Soudan ? Ces interventions prédatrices sur les villages africains ont sans doute beaucoup compté dans la problématique de la gestion des crises de subsistance. Ceci dit, une analyse intéressante.

            La contribution  intitulée « Le paradigme de l’opposition tradition / modernité comme modèle d’analyse des réalités africaines » (p.95) ouvre un vrai débat sur les causalités de la situation moderne de l’Afrique, vaste chantier de recherche, d’une recherche d’autant plus difficile que le concept de modernité a inévitablement, en histoire, des contenus à la fois divers et chronologiquement relatifs, et qu’aujourd’hui aussi, il serait possible de disserter à loisir sur le contenu du concept.

            La contribution relative au « Rôle de la colonisation dans l’immobilisme des sociétés africaines » (p.215) ouvre un certain nombre de pistes fructueuses à ce sujet.

            D’après l’auteur, la colonisation aurait désorganisé les sociétés africaines, créé des ruptures qui seraient donc « les causes profondes de ce que l’on présente comme l’ « immobilisme » africain » (p.225)

            En ce qui concerne le bouleversement des organisations politiques de l’hinterland, notamment celles du bassin du Niger, n’était-il pas inévitable, compte tenu du choc de la modernité portée par les technologies nouvelles, véritables technologies de rupture, et d’une façon générale, du « choc de civilisation »  qu’a été l’irruption de la colonisation occidentale ?

            Enfin, est-il possible de démontrer que la colonisation a plus désorganisé les sociétés traditionnelles que « l’état de guerre endémique », antérieur, qu’évoque la contribution de Mme Ba Konaré (p.313)?

            Le concept de « modernité » ouvre de vastes horizons d’analyse et de discussion. Et pour faire une comparaison, d’un autre temps, et à une autre échelle, la France a toujours éprouvé une certaine difficulté à s’accommoder d’une modernité venue bien souvent du monde anglo-saxon ? Avec une réussite mitigée, et avec des jugements souvent opposés sur les résultats. Et encore plus le monde rural immobile de nos villages avec l’irruption des révolutions politiques et industrielles successives des dix neuvième et vingtième siècles.

            Un discours d’un autre âge (Partie 2-p.113)

            Sur l’ensemble des cinq contributions, la dernière sur le « retour du catéchisme impérial » m’a un peu étonné, même en tenant compte de sa signature politologique, et la première suscite des réserves de ma part.

            L’auteur observe tout d’abord : « Le discours de Dakar n’est-il pas tout bonnement inscrit dans une vision française de l’Afrique largement partagée par nos concitoyens ? «  (p.113)

            Et d’ajouter « cette vision d’un continent peuplé d’une humanité infériorisée » (p.115), « Cette façon de voir les Africains est bien présente dans la mentalité française » (p.116), « une collection de stéréotypes » (p.117), « combien le discours de Dakar « colle » à une opinion majoritaire en France » (p.122).

            Et l’auteur de proposer une mission tout à fait honorable à l’histoire, la mettre « au service de l’anéantissement de ces clichés et stéréotypes si profondément ancrés dans une certaine vision de l’Afrique. » (p.123)

            Le problème est qu’en dépit de ma curiosité naturelle et de toutes mes recherches actuelles, sans doute imparfaites, je n’ai pas encore mis la main sur une enquête d’opinion et de mémoire collective sérieuse sur le sujet. Il serait peut être temps pour la puissance publique et pour les historiens de procéder à la vérification scientifique, statistique, et publique, de ce type d’assertion.

            Le retour à la source de la définition de la mémoire collective, c'est-à-dire Halbwachs, et aux travaux des sociologues qui ont permis de définir des outils de mesure, lèverait, j’en suis sûr, la plupart de ces ambiguïtés.

            Qui est responsable des « difficultés actuelles » de l’Afrique ? (Partie 3-p.177)

            Nous avons déjà proposé un certain nombre de réflexions sur certaines des contributions de cette partie, en tant que leur contenu pouvait se rattacher à celles de la première partie. Ont déjà été évoquées les analyses relatives aux traites négrières et à la colonisation, en tant que responsables de l’immobilisme supposé de l’Afrique

            Il convient de remarquer que le terme de responsabilité, renvoie plus à une notion de procès que de détermination d’un processus historique conduisant à tel ou tel résultat.

            Indiquons enfin qu’une des causes  de l’ « immobilisme » supposé de l’Afrique est sans doute à rechercher dans la désagrégation qu’a causée la colonisation dans des sociétés de culture collective, légitimement réticents, et donc inaptes à passer du collectif à l’individuel des occidentaux.

            Qui a parlé de Renaissance africaine ? (Partie 4-p.255)

            Sont intéressantes les contributions sur la « philosophie négro-africaine » (p.255)),   sur « la Renaissance africaine : un défi à relever » (p.293)), mais c’est surtout celle intitulée «  Gouvernance et expérience démocratique en Afrique : l’éclairage de la culture et de l’histoire » (p.305) qui me parait ouvrir les voies de recherche les plus fécondes, inscrites effectivement dans l’histoire précoloniale, coloniale, et post coloniale, qu’elle rappelle.

            Rappel d’un grand passé des royaumes du bassin du Niger, mais aussi de leurs caractéristiques guerrières et esclavagistes, de leur profonde insertion dans la culture populaire d’hier et d’aujourd’hui.

            L’auteur écrit :

            « Il est symptomatique que les héros de référence d’aujourd’hui restent encore ceux d’hier et d’avant-hier, ces seigneurs de la guerre qui ont dompté leurs ennemis et courbé le Mali pour le redresser ensuite. » (p.310)

            Ajouterais-je qu’il serait possible de substituer à l’adjectif « dompté », l’adjectif « tué », et même « exterminé » !  Et que contrairement à ce que certains chercheurs tentent de nous faire croire, avant que la France, et d’autres pays, ne conquièrent l’Afrique occidentale, la paix civile n’y régnait ni toujours, ni partout. Beaucoup de ses royaumes ne se prélassaient pas dans le climat idyllique de Paul et Virginie.

            Citons un exemple tiré du témoignage de Mage qui assista à une des batailles entre Talibés d’Ahmadou et Bambaras de Sansanding, celle de Toghou, le 28 janvier 1865 : Ahmadou, vainqueur, fit exécuter les chefs et les combattants prisonniers vaincus (p,97,Tour du Monde)). Mage chiffrait le total des morts à 2 500, et le nombre de captifs, femmes et enfants à 3 500.

            Car, comme l’indique aussi l’auteur, la guerre était « une guerre prédatrice » (p.313).

            Pourquoi ne pas citer également le témoignage d’un grand savant africain, Hampaté Bâ, qui dans son livre « Amkoullel, l’enfant Peul » évoque aux pages 36,45,49, les exécutions massives de la période Tidjani ?

            L’analyse consacrée à la corruption m’a particulièrement intéressé, relative au rôle de la famille, des proches, mais aussi, et au fur et à mesure, de celle de la colonisation.

            Les récits des premiers blancs sur leurs premiers contacts avec chefs de village, rois, ou almamys, font tous état de l’importance de l’échange des cadeaux entre blancs et noirs, et entre noirs eux-mêmes. En 1864, Mage emporte des cadeaux pour El Hadj Omar ; en 1880, Gallieni emporte également des cadeaux pour son fils Ahmadou. Comment fallait-il interpréter ces cadeaux, alors que leurs hôtes leur faisaient également des cadeaux, lait, viande, ou mil ?

            Il est possible que le développement des structures intermédiaires, notamment des interprètes et des gardes de cercles, véritables truchements entre blancs qui parlaient rarement la langue du pays, et qui n’en connaissaient pas bien les mœurs, et noirs, ait fourni l’occasion d’une nouvelle corruption.

            Le grand historien Henri Brunschwig en a fait également une analyse dans son livre « Noirs et Blancs dans l’Afrique noire française », ceux qu’il appelle les « nègres blancs », les mêmes qu’Hampâté Bâ dénomme les « blancs noirs ».

            Un vrai sujet de recherches : le fonctionnement historique du truchement, de l’interface entre deux mondes, deux cultures, avec une incompréhension fréquente entre leurs codes culturels et sociaux respectifs.

            Le livre « Oui, mon commandant », nous propose un certain nombre d’exemples de corruption, mettant en cause aussi bien des commandants que des interprètes, et le magnifique roman « L’étrange destin de Wangrin » n’est-il pas à ranger au nombre des pièces à conviction ?

            Il conviendrait donc d’aller dans les archives de ces personnels intermédiaires qui jouèrent un rôle essentiel dans la colonisation française, entre 1890 et 1920,   « le commandant passe, l’interprète reste », afin de pouvoir mesurer l’étendue de ce type de corruption. De toutes les façons, et presque inévitablement, la position de l’interprète ne pouvait être qu’ambiguë.

            Ceci dit, l’auteur rappelle que dans la culture politique du Mali, le rôle des mansas était capital, compte tenu de leur pouvoir sacré et héréditaire, et que la Charte dite du  Mandé contenait toutes les valeurs civiques traditionnelles de ses communautés.

            En résumé, beaucoup de ces contributions éclairent le passé et le présent de l’Afrique, nous invitent à sortir, si besoin était de notre ethnocentrisme, et ouvrent des voies intéressantes pour faire encore avancer la connaissance du passé de l’Afrique, en oubliant jamais qu’il s’agit d’un vaste continent, et que la prudence la plus grande doit être observée, quand il s’agit de généraliser une situation historique.

            En évoquant la France, de quelle France parlons-nous, et en évoquant l’Afrique, de quelle Afrique parlons-nous ?  

Jean Pierre Renaud le 15 décembre 2009

Repost 0
Published by eh-tique-media-tique.over-blog.com - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens