Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 08:24

Problématiques françaises d’emploi, de chômage et d’immigration : que faut-il faire ? Que peut-on faire ?

 

            Deux situations, entre chômage et travail :

            En banlieue parisienne -

            Il s’agit d’un Français de 52 ans bénéficiaire du Revenu Social d’Activité (RSA) et de la Couverture Médicale Universelle (CMU), logé en logement d’urgence, auquel on propose un CDI chez Carrefour, qu’il refuse sans donner de raison précise, hormis qu’il ne veut pas perdre ses droits au RSA par peur de perdre sa CMU complémentaire.

A La Réunion –

« En métropole, il travaillait dans le bâtiment. A La Réunion, ses indemnités de chômage épuisées, il n’a pas repris d’emploi, dit sa sœur. .En ne travaillant pas, il bénéficie du RSA, de la CMU, il ne paie pas d’impôts  et ne verse que 75 euros pour son loyer grâce aux aides auxquelles il a droit.  Il fait le jardin, élève des poules et des lapins. » « La Croix du 26 juin 2012, page 3, dans l’article « Pour s’en sortir, elle cumule les emplois. »

            La situation d’une femme marocaine, d’abord « sans papier », puis avec papiers, en banlieue parisienne :

            La jeune femme est venue en France avec un visa et y est restée sans papier. Elle y a accouché, a été prise en charge hôtelière par l’Aide Sociale à l’Enfance, et travaillait au noir. Elle a eu un deuxième enfant.

            Régularisée, elle dit regretter sa situation de « sans papier » : elle vivait alors beaucoup mieux, car tout était pris en charge par le biais d’aides, sociales ou associatives. Elle dit que maintenant qu’elle a des papiers, un titre de séjour, elle doit tout payer (loyer hôtelier, impôt, sécurité sociale, complémentaire santé, nourrice, etc…

            Cette jeune femme est mariée religieusement avec un Marocain, également sans papier, plus ou moins présent dans sa vie. Elle bénéficie maintenant en plus de son salaire, d’une allocation logement et de prestations familiales qu’elle n’avait pas auparavant

            Les vendeurs à la sauvette :

            Nombreux  dans la capitale, et sans papiers, ils viennent le plus souvent du Bangladesh, d’Inde, de Sénégal, ou de Côte d’Ivoire. Les plus futés ou les mieux informés disent qu’ils viennent du Gabon, car ils savent que par accord avec leur pays, ils ne seront pas reconduits à la frontière.

            Reconduits dans leur pays ? Qu’est-ce à dire ?

            Premier cas de figure, le vendeur à la sauvette a eu le bon goût de demander l’asile, et de ce fait, il ne sera pas éloigné, tant que son dossier n’aura pas été examiné par l’OFPRA, et le cas échéant, par la Commission des Recours. Cela prendra du temps, et dans l’hypothèse où cet asile serait refusé, il ne sera de toute façon pas éloigné.

            Indiquons que la France a accueilli 57 000 demandeurs d’asile en 2011 et les Etats Unis 74 000, alors que la population américaine est de 4 à 5 fois supérieure à celle de la France.

            Dans les autres cas de figure, et jusqu’à la récente décision de la Cour de Cassation, en ce qui concernait ceux interpellés par la police et placés en garde à vue, le Parquet les maintenait en garde à vue, afin de permettre à la Préfecture de Police d’examiner leur situation et de proposer, soit une invitation à quitter le territoire français, sous un mois lors de leur interpellation, soit un arrêté de reconduite à la frontière, avec ou sans mesure de rétention administrative.

            Autant dire que cela ne servait rigoureusement à rien, que les mesures de reconduite à la frontière n’étaient pas exécutées, ne serait-ce que parce que les vendeurs à la sauvette avaient fait disparaître leurs papiers d’identité, ou parce que l’administration n’avait pas eu, ou la volonté, ou les moyens, de faire exécuter ces mesures.

            Seule utilité, une sorte de recensement qui permettait de les identifier sur la sol français, mais ils restaient dans la nature, et contribuaient à entretenir ou à gonfler le stock des sans- papiers.

            Avec la suppression de la garde à vue décidée par la Cour de Cassation, et en attendant un texte qui viendrait combler le vide juridique ainsi créé, l’immigration clandestine risque de profiter de cet appel d’air.

            Personne ne connait exactement le chiffre des sans-papiers en France qui va de 200.000 à 400.000, selon les estimations.

            L’immigration clandestine en France est due à de très nombreux autres facteurs : pour n’en citer que quelques-uns, l’explosion démographique de beaucoup de pays d’Afrique et du monde, la mondialisation des facilités de circulation, et donc des grandes difficultés de contrôle des flux d’immigration, sans compter l’Eldorado que représente encore l’Europe, et dans notre cas, la France.

Sur les rives du Niger ou du Congo, il est très difficile de trouver un emploi, même à cent euros du mois, alors que si vous vous débrouillez bien, si vous avez le bon tuyau, la bonne relation familiale en France, si vous savez vous mettre dans la bonne case du système juridique et social français, une fois entré, vous avez toutes les chances de pouvoir y demeurer.

Jean Pierre Renaud

Partager cet article

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans immigration
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens