Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 11:14

« HISTOIRE COLONIALE, DEVELOPPEMENT ET INEGALITES DANS L’ANCIENNE AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE »

Thèse de Mme Elise Huillery

Sous la direction de Denis Cogneau et de Thomas Piketty

27 novembre 2008

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Thèse Huillery


Rappel de publication des notes précédentes : annonce de publication, le 10 juillet 2014 – avant- propos, le 27 septembre 2014 – Chapitre 1, les 10 et 11 octobre 2014 – Chapitre 3, le 5 novembre 2014

V


Chapitre 4

(page 179 à 267)

 

"The impact of European Settlement within French West Africa

Did pre-colonial prosperous areas fall behind?"

 

 

            Dans l’abstract de ce chapitre, l’auteure écrit :

           « this paper gives evidence that Europeans tended to settle in more prosperous pre-colonial areas and that the European settlement had a strong positive impact on current outcomes, even in an extractive colonial context, resulting in a positive relationship between pre and post-colonial performances… Rich and hostile areas received less European settlers than they would have received had they not been so hostile, resulting in lower current performances partly due to low colonial investments. Despite, the absence of a “reversal of fortune” within former French West Africa, some of the most prosperous pre-colonial areas lost their advantage because of their hostility; other areas caught up and became the new leaders in the region. “ (p, 179)


            Dans son introduction, l’auteure poursuit :

       « My central finding is that European settlement remains a positive determinant of current performances… As a result, the discriminated prosperous pre-colonial areas lost their advantage in the long run and other areas, less hostile towards colonial power, became the new leaders in the region.” (p,182)


       Il est évident que ce propos surprend si l’on fait référence aux chiffres de la population européenne en face de celui de la population indigène, et encore des superficies en jeu.

      Un propos qui surprend d’autant plus l’amateur d’histoire coloniale et postcoloniale qui, au fur et à mesure de ses recherches et de ses réflexions, a acquis la conviction « scientifique ? » que la colonisation française en Afrique noire aurait eu peu de résultats à son bilan, sans le « truchement » de ceux qu’on a appelé les « évolués ».

      Rien à voir avec les colonies anglaises de peuplement blanc !


     The pre - colonial context

     L’auteure donne quelques chiffres de l’année 1900 qui concernent cinq villes côtières, mais n’en propose aucun pour les cités que l’auteur classe parmi les  cités de transit commercial avec le désert, qui font partie des « pre-colonial prosperous areas », pas plus qu’elle ne propose d’évaluation du trafic interne : « internal trade was still more important than trade with the world overseas, as it had been in the period of slave trade » (p,185)

Le texte fait état d’une remarque intéressante de l’historien Curtin, mais sans évaluation.


      Compte tenu de l’accent mis sur la variable population, notamment l’européenne, qui aurait été déterminante dans les performances enregistrées, il est nécessaire de donner une récapitulation sommaire de ses effectifs :

      En 1929, son effectif était de 18 069 personnes, comparé à une population africaine de l’ordre de 14,2 millions de personnes, pour un territoire de 4 852 000 km2.

     Le Niger comptait 513 européens pour 1,28 millions d’habitants, la Haute Volta, 644 européens pour 3,14 millions d’habitants, le Soudan, 1.819 européens pour 2,63 millions d’habitants.

     La ville de Dakar (4.787 européens), et le Sénégal (4.650 européens) représentaient à eux seuls, 52% de la population de l’AOF. (Labouret, p,39)

    Noter que dans la Table 6 (p,228), il n’est pas précisé si la population de Dakar et Saint Louis est comprise dans la base calculée par mille habitants.

     Delavignette propose une autre série de chiffres qui ne manquent  pas d’intérêt pour bien apprécier le rôle de la population européenne :

    En 1934,  les européens étaient concentrés dans les villes, 10.250 à Dakar,  999 à Saint Louis, 620 à Kaolack, et 810 à Thiès, et d’une façon générale dans les centres :

     Au Sénégal : 14.500 européens dans 14 centres, au Soudan : 1.400 dans 5 centres ; en Guinée : 1.750 dans 4 centres, en Côte d’Ivoire : 1.850 dans 5 centres, au Dahomey : 530 dans 2 centres, au Niger : 240 dans 2 centres.

    Total : 20.270 européens dans 32 centres comptant au moins 100 européens. (Delavignette, p, 51)

      Ces seuls chiffres montrent que le Sénégal, à lui seul comptait plus de la moitié des centres de plus 100 habitants et de la population européenne de l’AOF.

       Nous verrons plus loin le sort que l’analyse réserve au Sénégal.


Questions : l’investissement colonial inégal du chapitre 3,  ou la ville, facteur de changement ? Ou la population européenne elle-même ? Ou tel autre facteur de changement ? Est-il possible, compte tenu de la disproportion des chiffres entre eux de pouvoir considérer que la dite corrélation statistique puisse avoir une signification scientifique ?

       Noter par ailleurs que les pourcentages qui concernent les européens (page192) : « They represented on average 2% of districts populations in 1910, 3% en 1925… » ne paraissent pas exacts.

      Ou encore, pourquoi ne pas poser la question capitale de la localisation des districts par rapport aux côtes et aux voies de communication : les trois graphes 13, 14, 15  décrivant la corrélation existant entre la variable setllement,  et les trois variables, éducation, santé et infrastructure ne traduirait-elle pas une corrélation d’une géographie économique axée sur les côtes ?


      Plus loin, l’auteure propose une mesure de la prospérité du temps pré-colonial :

     « The question is how to measure the pre-colonial economic patterns. The main variable that I use to capture economic prosperity is the density of population” (p,186)

       L’auteure fait référence à des chiffres de l’année 1910, mais pour qui connait les difficultés que l’administration coloniale rencontrait pour “capturer” la population, il est possible de mettre en doute leur fiabilité, d’autant plus que les guerres coloniales contre Ahmadou, Samory, et Tieba avaient complètement bouleversé, à la fin du siècle, la démographie du bassin du Niger, de même que la pacification violente de la Côte d’Ivoire dans les années qui, précisément, ont précédé la première guerre mondiale.

       Il convient également de se poser la question de savoir si la densité de la population est un critère pertinent de prospérité :  quid du Fouta-Djalon par exemple ?

      Il conviendrait de toute façon d’affiner ce type de recherche car la carte 2 de la page 221 ne fait pas apparaître les districts qui auraient bénéficié d’une prospérité précoloniale, c’est-à-dire ceux situés sur les circuits d’échange avec le désert.


II   Colonial expérience et European settlement


    La thèse s’intéresse de près à la variable hostilité compte tenu de son importance supposée, d’attraction ou de répulsion pour la population européenne en exploitant les rapports annuels des administrateurs entre 1906 et 1960, un travail sophistiqué de classement par catégorie très ambitieux, compte tenu de la relativité des comptes rendus de ces administrateurs en fonction de leur personnalité ou de la difficulté à décrire le même phénomène supposé entre 1906 et 1960.

     Il est possible tout d’abord de douter de la fiabilité d’une corrélation qui aurait pu exister entre l’effectif de la population européenne et les résultats de la colonisation elle-même, comme nous l’avons déjà souligné.

    Nourrir l’ambition de vouloir corréler l’hostilité de la population africaine et la  population européenne nous parait donc superfétatoire.

    Il faut avoir connu la réalité de la rédaction d’un rapport d’activité pour manifester la plus grande suspicion à ce sujet, plus encore dans les conditions de travail des administrations coloniales des différentes époques situées entre 1906 et 1960.

   L’administration coloniale elle-même n’aurait sans doute pas été capable de dresser le tableau de la page 195.


    L’auteure écrit à la page 196 : « I test this expected correlation between European settlement, pre-colonial economic prosperity and hostility by running ordinary least squares regressions of the form”

      Pourquoi pas ? Tout en laissant aux spécialistes le soin de valider ce type de corrélation sur le plan technique, mais en m’interrogeant sur la validité des variables elles-mêmes, la variable hostility, ainsi que la variable pre-colonial economic prosperity, laquelle, sauf erreur n’a fait l’objet, ni d’un listing, ni d’une évaluation économique.


     Au surplus, et dans cet exercice très sophistiqué d’économie mathématique, l’auteure  fait une soustraction surprenante, et introduit donc un biais important :

     “Note that Dakar and Saint Louis are excluded from the sample because of the lack of data on political climate in these two specific districts.” (p,196)

    En 1934, Dakar représentait plus de la moitié de la population européenne, et la lecture de la petite presse locale aurait sans doute montré que ces districts étaient plutôt calmes.

     Il n’empêche que l’auteure en tire la conclusion suivante : « panel A show that the dissuasive impact of hostility was large and significative. “(p,197)


Question: la carte 3 (page 222) fait apparaître les districts plus ou moins marqués par leur hostilité au pouvoir colonial, et cette carte ne ferait-elle pas ressortir la concordance existant entre districts ouverts ou fermés aux échanges atlantiques ?

   S’agissant des cas d’hostilité identifiés sur les côtes, en Casamance, en Côte d’Ivoire de l’ouest, ou au Dahomey, et dans ce dernier cas, la possibilité d’une alliance avec un roi local mieux disposé à l’égard de la France que son rival voisin, ce ne sont pas des cas, s’il s’agit de ceux-là, qui accréditent la démonstration de l’auteure.

      Est-ce que les calculs du computer sur ce type de corrélations n’apporterait pas la confirmation, qu’au-delà du facteur hostility, que les districts favorables au settlement étaient précisément les districts dont il était possible, en tout état de cause, d’irriguer leurs échanges par les ports et les voies de communication nouvellement créées ?


III The impact of European settlement on current performances (p,199)

  1. A.   Data on districts current performances

     L’auteure fait tourner le computer entre les bases énoncées plus haut et ce qu’elle appelle les current performances :

     « Data on current performances from national household survey in Senegal, Benin, Mali, Niger, Guinea, Mauritania, Upper Volta and Ivory Coast. The total number of districts is 112 but I exclude Dakar and Saint Louis from the sample since there is no data on political climate in these two particular districts…. This enabled me to compute statistics on districts current performances. “ (p,199)

   “Table 5, panels A et B give evidence that European settlement had a very strong positive impact on current performances” (p,200)


            Questions:

    S’agit-il des performances des années 1995, après l’immense “trou noir” de la période 1925-1995 ?

    Ces calculs sont-ils fiables compte tenu de l’autre impasse faite sur Dakar et Saint Louis, alors que l’auteure note par ailleurs à la page 201 :

    « In 1925 for instance, half of districts have less than 23 european setllers “, une information qui confirme les chiffres que nous avons cités plus haut.

      L’auteure fait intervenir d’autres variables:

     « Facing the challenge to find a random source of variation of European settlement, it is least more cautious to use hostility over 1906-1920 than more classical instruments such as geographic features.” (p,204)

     « To conclude on the impact of European settlement on current performances, my estimates provide support to the fact that colonized areas that received more European settlers have better performances than colonized areas that received less Europeans settlers.” (p,204)


Question:

     Pour qui a une petite connaissance de l’histoire coloniale de l’AOF, du fait qu’elle fut longtemps une terre climatique et sanitaire hostile, qu’elle mit du temps à rompre son isolement géographique, il est évident que la population européenne se concentra longtemps dans les villes côtières, et que les statistiques qui auraient été produites sur les current performances auraient sans doute démontré qu’elles étaient effectivement plus élevées, à la fin des années coloniales, dans la proximité des districts urbains que dans les zones désertiques ou forestières.


            IV.  Why did European settlement play a positive role ? (p,205)

            Il est évident qu’à la différence de certains territoires de colonisation anglaise qui furent des colonies de peuplement, rien de tel n’était possible en Afrique occidentale. Les Britanniques y rencontrèrent le même type de difficulté.

            L’auteure pose la question du choix entre les facteurs qui furent à l’origine du current development, à savoir entre le settlement et les institutions, et note tout d’abord :

     « There is no measure of the quality of institutions at the infra-national district level.

      Cette absence de mesure n’a pas empêché l’auteure d’attribuer un rôle important dans l’investment policy des districts aux administrateurs coloniaux.

     Elle écrit plus loin sur une possibilité d’arbitrage entre variables, c’est-à-dire entre institutions et settlement :

     « The question here is thus why European settlment had a positive impact on current development conditionally to their extractive strategy. We could be surprised that the impact of European settlement was positive given the bad nature of the institutions they implemented. “ (p,205)


     Nous avons souligné le jugement négatif.


Question : est-ce que ce ne sont pas au contraire les institutions, le système colonial mis en place avec le début de construction d’une certaine forme unitaire d’Etat dans les colonies et dans la fédération, plus que la population européenne, faible en nombre, surtout composée de bureaucrates, qui ont été à l’origine de l’« impact » ?

    Sans évoquer le rôle d’une nouvelle langue d’unification, c’est-à-dire le français !

    Est-ce que ce ne sont pas les « évolués » des colonies qui ont été le véritable facteur de développement  de leur pays, comme je l’ai exposé dans les chroniques que j’ai publiées sur ce blog.


    Sans « truchement indigène » pas d’impact !

     L’historien Henri Brunschwig avait dit «  Sans télégraphe, pas de colonisation ! »


B  The role of private and public investments (p,206)

    L’auteure note:

    “… the key of the positive impact of European settlement could be the investments themselves rather than the incentives to invest created by a more favorable institutional environment. “

       Pourquoi pas ? Mais les investissements privés n’ont fait l’objet d’aucune évaluation.

Plus loin, l’auteure répète son propos, en partant des graphs qu’elle a calculés :

      «  the purpose of this paper, which to explain why a higher of European setllers in 1925 are more developed today.” (p,207)


    Plus loin encore :

    « To conclude, I can only argue the positive influence of European settllement on current performances is partly explained by colonial public investments in education, health and infrastructures. This explanation leaves space to other additional channels that I am not able to measure, like variations in private investments (very likely) or de facto institutions. “ (p208)


     A prendre connaissance de toutes les interrogations que soulève la lecture de ce texte, on ne peut qu’être sceptique à la fois sur le « path » de recherche suivi, sur les variables examinées et retenues, et donc sur les conclusions.


VI  .Conclusion

     L’auteure écrit:

    “ The main result of the paper (1) European settlers preferred prosperous areas within West Africa, which is consistent with  Acemoglu, Johnson and Robinson (2002) premises since the general colonial policy was “extraction”. European thus tended ro reinforce pre-colonial inequalities by settling in prosperous areas (2) This preference towards prosperous areas was discouraged by hostility towards colonial power. Hostility actually dissuaded Europeans from settling and the consequence is that riche but hostile areas thus received less Europeans settlers than rich and not hostile areas. When hostility was really severe in a prosperous area, Europeans preferred to settle in a calm neighboring area even it was less prosperous (3)…. The impact of European settlement was thus positive even in an “extractive” colonization context, working partly through colonial public investments: the higher the number of European settlers, the higher the level of colonial investments in education, health and infrastructures. (4) The distribution of prosperity within former French West Africa did not reverse…. Differences in hostility towards colonial power thus explain why some changes in the prosperity distribution occurred within former French West Africa. It Throws light on the emergence of new dynamic areas like Cotonou, Niamey, Bassam, Abidjan, Dakar, Konakry, Port Etienne, Bamako, Thies or Kaolack, and the relative decline of some of the most pre-colonial dynamic areas like Porto-Novo, Abomey, Fuuta-Dhalo, Kankan, Agadez, Timbuku, Casamance, Waalo, Funta Toro, Macina or Hausa land. “ (p,211)


   Même en utilisant, avec beaucoup de talent et de hardiesse, une belle technique économétrique pour démontrer que la colonisation a été la cause des inégalités constatées plus de 30 ans après les indépendances, que le facteur du settlement, associé à l’investissement dans la santé , l’éducation, les infrastructures, a été principalement la cause de ces inégalités, un settlement qui, confronté au facteur important aussi d’une hostilité existant ou pas, cette démonstration ne  convainc pas.

   L’auteure a fait l’impasse sur le facteur majeur des infrastructures  financées par la Fédération de l’AOF, a fondé son analyse sur l’importance de la population européenne dont les effectifs n’avaient rien à voir avec ceux des colonies anglaises de peuplement, et dont la composition aurait sans doute mérité un peu d’attention.

    En 1925, le settler était avant tout un fonctionnaire ou un commerçant, ce qui voudrait dire que c’est plus le facteur urbain que le facteur européen, qui aurait pu constituer la bonne variable de démonstration.

    Et dans la brousse, le settler était le commerçant de traite syro-libanais.

    Enfin, pourquoi ne pas avoir livré les cartes géographiques que l’auteur a établies à partir des nombreuses caractéristiques des districts mises dans le computer, afin de voir si par hasard la carte des fameux districts qui envers et contre tout, avaient bénéficié des meilleurs performances, plus de 60 ans après, n’étaient pas les districts côtiers, ceux des ports, des grandes voies de communication, ou des nouvelles capitales administratives ?

     Pour reprendre la liste des citées énumérées à la page 211, celle des « new dynamic areas » les onze premières, 6 étaient des ports nouveaux, 2 des cités du Sénégal, et  2 de nouvelles capitales administratives.

     Parmi la liste des « most pre-colonial dynamic areas », les onze citées, plus de la moitié étaient d’anciennes capitales politiques, et les autres des cités de transit commercial avec le désert.

     Pour ne citer qu’un exemple, celui de Tombouctou, il n’est qu’à lire les récits de la découverte qu’en ont fait les premiers explorateurs pour juger de l’importance tout relative de cette cité au dix-neuvième siècle, ne serait-ce que celui de René Caillé (avril 1828)..


     Pour résumer ma pensée, et en laissant d’autres chercheurs aller plus loin dans l’analyse, je dirais qu’à mon avis, la vraie démonstration, plus historique que politique, montrerait sans doute que la distribution inégalitaire des districts s’inscrirait sans doute dans une géographie urbaine et une économie du développement assez conforme à la théorie des pôles de développement chère à  François Perroux, selon un modèle très inégalitaire jusqu'en 1945, et beaucoup moins après 1945, avec le FIDES.


Jean Pierre Renaud

 

Annonce de publication

 En décembre 2014, je publierai mon analyse du chapitre 2 intitulé " Le coût de la colonisation pour les contribuables français et les investissements publics en Afrique Occidentale Française"

    ainsi que mes conclusions générales de lecture de cette thèse

Partager cet article

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Colonies
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens