Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 11:10

« HISTOIRE COLONIALE, DEVELOPPEMENT ET INEGALITES DANS L’ANCIENNE AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE »

Thèse de Mme Elise Huillery

Sous la direction de Denis Cogneau et de Thomas Piketty

27 novembre 2008

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales


Rappel de publication des notes précédentes : annonce de publication, le 10 juillet 2014 – avant- propos, le 27 septembre 2014 – Chapitre 1, les 10 et 11 octobre 2014

&

IV

Chapitre 3

“History matters : the long term impact of colonial public investments in French West Africa”

Chapitre 4

“The impact of European settlement within French West Africa

Did Pre-colonial prosperous areas fall behind ? “

&

 « Modèle colonial » ou modèle capitaliste ?

Essai d’astrophysique historique aux confins des « trous noirs » des planètes coloniales ?

 

Avant-propos


Le 10 juillet 2014, sur ce blog,  j’annonçais la publication de mes notes de lecture, en écrivant à la fin :

« Avec deux énigmes historiques à résoudre :

La première : avec ou sans « concession » ? 

La deuxième : avec quelles corrélations ? »


Nous allons examiner la deuxième énigme.

 

            Dans le premier chapitre, nous avons vu que l’auteure s’était fixé comme objectif, à partir de la « littérature » existante, d’évaluer le bilan de la colonisation française en général,  et celle de l’Afrique Occidentale Française en particulier.

            L’objectif non dissimulé de cette thèse était d’affirmer que les Africains de l’Ouest avaient financé eux-mêmes la colonisation française, sans toutefois faire le distinguo historique nécessaire entre l’avant 1945 et l’après 1945, date de la création du FIDES.

            Dans les deux derniers chapitres rédigés en anglais, l’auteure a eu pour objectif de démontrer que la source des inégalités constatées dans les années 1995, dans les mêmes territoires, est due essentiellement aux inégalités constatées dans les investissements publics coloniaux effectués au cours de la période 1910-1928, donc une source d’inégalité à responsabilité coloniale.

            Avant d’analyser le contenu de ces deux chapitres qui font la démonstration d’une très grande vélocité technique dans le maniement des outils économétriques et statistiques, avec force cartes, tableaux et graphiques, souvent en couleur, j’aimerais introduire ma lecture critique en soulevant la question de la représentativité des bases statistiques retenues pour la période de référence (1910-1928) au cours de laquelle les structures de la colonisation étaient encore fragiles et inégales selon les régions, et en posant l’autre question des « trous noirs » qui affectent ce type d’analyse historique.

            A titre d’exemple de base de corrélation, est-ce qu’il est possible de considérer comme une base statistique fiable, la densité de population qui aurait été celle de l’Afrique de l’Ouest en 1910, telle qu’elle est représentée dans la carte 2 de la page 221 ?

            Il est permis d’en douter pour de nombreuses raisons.


            Par ailleurs, il parait tout de même hardi de proposer un saut historique de quatre-vingt-cinq ans, de 1910 à 1995, en faisant l’impasse sur la période coloniale qui s’est terminée en 1960, et sur l’histoire quelquefois chaotique de quelques-uns des territoires concernés, sans oublier la démographie qui parait hors sujet.

            Il convient en effet de revenir brièvement sur la citation que j’ai faite d’un propos  tenu par le directeur de cette thèse,  M.Cogneau dans un article de M.Philippe Fort paru dans Look@sciences intitulée « Le lourd héritage colonial en Afrique de l’Ouest ».

     « Et si le modèle colonial français expliquait le retard des pays francophones d’Afrique de l’Ouest ? C’est à cette question que s’est intéressée Elise Huillery, enseignante et chercheuses à Sciences Po. L’origine des inégalités de développement observées au sein même de l’ancien « pré carré » français en Afrique résiderait, selon elle, pour une large part, dans les logiques de l’investissement public colonial…. 

      « En analysant les données des archives coloniales à l’échelon du district où étaient concentrés les pouvoirs effectifs, explique Elise Huillery, j’ai constaté l’existence de liens entre les investissements réalisés alors et des indicateurs de l’état de développement actuel : taux d’accès à l’école primaire, à l’eau potable, à l’électricité ou aux soins médicaux…

      Cette étude permet de sortir d’une impasse.

      « Il existe un trou noir sur les investissements publics entre l’indépendance dans les années 1960 et les années 1990 » constate Denis Cogneau, professeur associé à la Paris School of Economics et directeur de recherche à l’IRD. «  Cela rend extrêmement difficiles les comparaisons directes entre investissements pré et post coloniaux. » Le choix du district comme échelon de l’étude permet de surmonter cette difficulté. En effet, en offrant un vaste échantillon de données très précises, il rend possible l’analyse des politiques d’investissement de plusieurs zones de colonisation qui disposaient au départ, d’un potentiel similaire. Au terme de son analyse, l’héritage colonial est la seule explication des inégalités de développement observées au sein même de l’ancien « pré carré » français en Afrique. Elise Huillery l’affirme : « la colonisation a bouleversé la carte économique de l’Afrique de l’Ouest »…

        Dans le mode d’organisation colonial français, le choix des investissements est du ressort des administrateurs locaux…

     L’étude montre bien que le niveau de développement régional actuel dépend des investissements coloniaux initiaux. Elise Huillery cite notamment l’exemple du Bénin :        

« Le choix colonial français a été de privilégier Cotonou, aujourd’hui capitale administrative et économique du pays, au détriment de Porto Novo, hostile à la présence étrangère. Cotonou, après l’indépendance du Bénin, a ensuite continué à attirer la plupart des investissements et est aujourd’hui  largement plus développée. »


    En ce qui concerne le Bénin, sur les statistiques duquel l’auteur a fait, sauf erreur, l’impasse, il est évident que l’une ou l’autre des deux cités était située sur la côte, donc dans un pôle possible de développement.

    Déclarer que la colonisation française a bouleversé  la carte économique de l’Afrique de l’Ouest est une évidence, comparable à ce qui s’est passé ailleurs à l’époque des empires coloniaux.

    Les bases statistiques retenues, celles des années 1910-1928 mériteraient d’être, dans chaque cas de district, confrontées à leur histoire factuelle, compte tenu de tous les événements qui les ont affectés :

   1910- 1914 : dernières opérations de pacification ou de mise en place de l’administration coloniale,

   1914-1918 : conséquences de la première guerre mondiale, et dans certains districts, révoltes contre la conscription,

     1918-1928 : retour à une certaine stabilité politique,

    Faute de cette périodisation et d’une analyse classique des faits enregistrés dans chacun des districts mis dans le computer, il parait difficile de ne pas faire preuve d’une grande suspicion scientifique.

 

Chapitre 3


History matters : the long term impact of colonial public investments in French West Africa

 

L’analyse elle-même: ou la pertinence des “History matters”

 

   Dans son abstract, l’auteure écrit : « this paper gives evidence that early colonial investments in education, health and public works had large and persistent effects on current outcomes… I show that a major channel for the long term effect of early investments is a strong persistence of investments: regions that got of a specific type of investment at early colonial times continued to get more of this particular type of investment.” (p,123)

      Introduction

En ce qui concerne the French West Africa, l’auteure écrit:

 “ This region exhibits a noticeable homogeneity  regarding to its geographical, anthropologic, cultural and historical characteristics. Moreover, it was colonised by France (which allows us to control for the coloniser’s identity), at the same period (from the last quarter of Nineteenth century to 1960.” (p,125)

      L’auteure a l’ambition de démontrer que  les investissements publics et inégaux faits dans les cent vingt districts de l’AOF, entre les années 1910 à 1928, importants ou non, selon les districts,  ont projeté les mêmes inégalités dans les années 1995.

    « Colonial times introduced important differences between districts of former France West Africa. Colonial investments in education, health and infrastructures were indeed very unequal among districts. “ (p,126)

     “Results show that colonial public investments have been a strong determinant of current districts’s development. Colonial investments in a certain type of public goods (education, health or infrastructures) between 1910 and 1928 explain about 30 % of the corresponding current performances.” (p,127)

       Il est tout à fait intéressant de constater que ce type de calcul tendrait à valoriser le raisonnement des économistes de l’utilité marginale ou du coût marginal, le raisonnement dont nous avons fait état au début de notre lecture, à une réserve près, celle d’un immense « trou noir » historique.


Questions:

     Les observations et premières conclusions de l’auteure soulèvent déjà quelques questions :

    Est-il possible de partir du postulat de la « noticeable homogeneity »  de l’AOF dans la première période de référence 1910-1928 ? A mon avis, non, alors et après, car ce postulat ne peut être démontré sur le plan géographique, religieux, politique, culturel, ou économique…

     Quoi de commun par exemple entre les districts animistes ou fétichistes, découpés dans la forêt de la nouvelle Côte d’Ivoire, et ceux dessinés dans les territoires qui firent partie de l’ancien Empire Islamique et Peul du Macina sur le Moyen Niger ?

     Est-il possible de considérer que la période 1910 -1928 est une bonne référence chronologique de base, en faisant l’impasse sur la première guerre mondiale, et sur la période des années 1910-1914, au cours de laquelle le pouvoir colonial était à peine installé ? Non

     A titre d’exemple, la France menait encore des opérations de pacification violente et systématique, avec la destruction de villages et leur regroupement, sous l’impulsion du gouverneur Angoulvant, dans la zone forestière d’une Côte d’Ivoire, à peine née,  dans les années qui ont précédé 1914.

     Autre exemple, au cours des années 1915 et 1916, les opérations de recrutement de troupes en AOF, menées sous la houlette du ministre Diagne, provoquèrent des révoltes en Haute Volta, dans l’est du Haut Sénégal, et sur le Niger : plus de cent villages cassés, des grosses pertes parmi les insurgés, à la suite de l’intervention d’une colonne militaire de plus de 2.000 hommes :

     « Ce fut, semble-t-il, la plus importante révolte qu’ait connue l’Afrique noire française durant la période coloniale, plus grave même que les troubles qui affectèrent le Constantinois pendant la guerre pour les mêmes raisons. » (p,362, Essai sur le colonisation positive, Marc Michel)

       Ajouterai-je que jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle, toute la zone géographique au sud du Niger entre Bissandougou et Sikasso, jusqu’au nord de la Côte d’Ivoire, étendue sur plus de six cents kilomètres de long et de l’ordre de 300 kilomètres de large, fut ravagée à la fois par les guerres « fratricides » entre l’Almamy Samory de Bissandougou et  le Fama Tiéba de Sikasso, et par les opérations de conquête coloniale que la France menait contre Samory.

     Enfin, pourquoi ne pas mettre en doute, non pas le travail de l’auteure à ce sujet, mais le véritable exploit statistique qu’a pu constituer le recueil d’autant d’informations statistiques, considérées comme fiables, au niveau des districts, pour qui a une certaine connaissance du travail souvent aléatoire des administrateurs coloniaux sur le terrain ?

  1. I.              Historical background : French colonisation

      L’auteure décrit l’organisation de l’AOF en relevant le rôle important des « French administrators » :

     The administrative organization was thus officially centralized but effectively decentralized. French districts’s administrators could manage their local policy in almost independent way thanks to physical distances and lack of means of communication. Neighbour districts could therefore experiment different colonial policy.” (p,130)

     “Colonial administration invested in three public goods: education, health and infrastructures. Every year French administrator had to define precisely how many teachers, schools, doctors, hospitals they needed and how much money they wanted for public works so as to elaborate the annual budget… Finally, they decided how much financial resource they need to cover their infrastructures expenses; roads, wells, tracks, buildings, bridges’ reparations and constructions. A very precise “plan de campagne” was established annually to describe all the works to be performed in each locality.” (p,131)…

    The influence of administrators on investments policy was thus certainly very high. “ (p,131)


Questions

    La description faite parait presque irréelle, sauf à mettre en face des dates et des lieux,  et à définir exactement les pouvoirs que les commandants de cercle exerçaient réellement, lesquels n’avaient, dans beaucoup de cas, rien à voir avec cette description idyllique du monde administratif colonial, qui n’était pas celui des années 1910-1928, de toute façon.

       Encore conviendrait-il, à la base de ces postulats, donner les ordres de grandeur des budgets dont pouvaient disposer les commandants de cercle par rapport à ceux du budget de la colonie, maître d’ouvrage,  ou de la fédération !

  1. II.            Data and summary statistics

     L’auteure note :

    In 1995…”The inequalities between countries are thus consequent. But the greatest inequalities in former French West Africa do not arise at the state level but at the district level. District level data on current development used in this paper come from national household surveys implemented in the 1990’s.” (p,133)

    L’auteure s’intéresse à trois sortes d’investissement, les écoles, la santé et les infrastructures, et livre le calcul de ces trois indicateurs pour les années 1910-1928, sans tenir compte du Bénin (p,133), comme déjà indiqué, une des colonies alors les mieux dotées.

« Le trou noir » ? Un saut historique, et une impasse statistique !


     L’auteure fait tourner son computer de corrélation à partir des trois bases d’investissement retenues, entre les années 1910 -1928 et les années 1990 -1995, en faisant l’impasse sur la période 1960- 1995, comme le notait le directeur de thèse dans la deuxième citation du début de notre analyse.

    Cette thèse nous invite donc à effectuer un véritable « saut historique » entre la période 1910-1928 et la période 1995, en faisant l’impasse sur l’histoire des districts étudiés pendant plus de 60 ans, avant et après l’indépendance des colonies.

    Il aurait été intéressant de proposer le même type de corrélation avec les années 1955-1960 afin de tenir compte des effets de l’investissement colonial massif du  FIDES créé en 1945 dans les districts corrélés.


     Comment par ailleurs proposer des corrélations sans tenir compte des évolutions démographiques des territoires étudiés, pour ne pas dire des révolutions, ou des coups d’Etat ?

    .L’auteure a rencontré des difficultés pour saisir des chiffres convaincants dans le domaine des infrastructures :

    « Data on large-scale public works financed on federal resources are not included for two reasons: first, il would have required the collection of federal budgets data in addition to local ones, which represents an important additional effort, second, federal budgets do not decompose investments neither at the district level nor at state level, which would make any repartition between district very hypothetical. This exclusion produces actually an understatement of colonial investments inequalities : large scale public works financed on federal resources were mostly devoted to main towns ot main axes of each colony, those which already advantaged by local budgets. Actual colonial inequalities in infrastructures were thus probably larger than measured here.” (p,135)


Questions

  Il est dommage que l’auteure n’ait pas  donné le chiffre des investissements d’infrastructures réalisées par la fédération, comparé à celui réalisé par les colonies, car cette comparaison aurait sans doute montré que l’écart était considérable, et qu’il était de nature à affaiblir très sensiblement le raisonnement statistique proposé.

    Il n’aurait pas été choquant de calculer une moyenne de ce type d’investissement par colonie et donc par district, étant donné que ces infrastructures de ports, de chemins de fer, de routes, concernaient tout autant l’ensemble des districts, dans le cadre d’une politique de développement qui passait par l’ouverture d’une Afrique de l’ouest, jusque-là fermée, vers l’Atlantique,  avec une répartition des rôles entre fédération et colonie.

    Il s’agit d’une impasse d’autant plus surprenante que l’on sait que le budget fédéral a financé d’importants travaux d’infrastructures, notamment par emprunts, avant la deuxième guerre mondiale.

     Dans le cas du Bénin, mis hors- jeu, il est évident que la création d’un port et d’une ligne de chemin de fer allant vers le nord, concernait l’ensemble du territoire, mais avec des effets atténués dans l’hinterland, à supposer que les districts de référence y fussent situés.

     Avec pour conséquence logique:

: « It is clear that colonial investments policy were unbalanced : Upper-Volta and South-Est of Niger have been disadvantaged in terms of human capital investments, investments in infrastructures were more concentrated in coasts areas of Senegal, Guinea and Ivory Coast and that reflects the structure of French colonial economic system based on trade with European countries. In addition to regional discriminations, it is noticeable that many neighbour districts received very different colonial treatments.” (p,135)


     La méthodologie utilisée fait appel alors à un concept de neighbour districts, un concept qui pourrait être intéressant à condition de le définir et d’afficher les districts qui répondaient à cette définition : quels étaient les districts (les cercles) qui partageaient le même neighbourhoud,  des  données qui ne figurent pas, sauf erreur, dans le document lui-même.

     Dans le cas de figure cité plus haut, comment ne pas rappeler que les districts de la page 135 étaient coupés de toute communication extérieure moderne avant la création des grandes infrastructures de l’AOF, une ligne de chemin de fer et des routes dans la cas de la Haute Volta, et la création d’une autre ligne de chemin de fer au Dahomey, faute de pouvoir utiliser la grande voie fluviale du Niger dont les chutes interdisaient l’utilisation vers l’aval ou vers l’amont,  et négocier un droit de passage avec la Grande Bretagne ?

      Dans les années 30, le géographe Weulersse notait, à l’occasion de son passage à Kano, dans le nord de la Nigeria, que les coloniaux français  empruntaient la ligne de chemin de fer Ibadan Kano pour rejoindre leur poste au Niger ou au Tchad.

    L’auteure cite bien ce type de facteur, mais sans lui accorder une importance plus grande qu’à celle accordée aux trois investissements retenus, les écoles, la santé, et les infrastructures de district, avec la réserve capitale que nous avons faite sur leur interprétation.

    

     Afin d’apprécier la situation précoloniale des districts, l’auteure introduit dans ses calculs d’autres variables dont il est possible de discuter la pertinence :

     « initial population density » : des chiffres improbables, compte tenu des difficultés du recensement à l’époque considérée, des difficultés que l’administration coloniale rencontra pour le faire, quasiment jusqu’aux indépendances, pour la raison simple qu’ils commandaient l’assiette de l’impôt de capitation.

       « the existence d’un « centralised political power (« state societies ») as opposed to stateless societies. », une analyse qu’il était possible de faire de l’est à l’ouest et du nord au sud ? En 1928, il aurait été possible de classer l’ensemble des cercles selon ce type de critère ? En l’absence des connaissances anthropologiques et historiques utiles ?

     Autres variables : la résistance against French colonial power (Second), la variable « local chiefs indemnities as control (Third), et enfin la variable Early European setllment, des concepts statistiques difficiles à établir et à manipuler, tels qu’ils pouvaient exister concrètement dans cette Afrique de l’ouest en construction.


     Il convient de noter enfin que la variable de la population européenne, effectivement chiffrée, n’a sans doute pas été un facteur de changement très actif, compte tenu de son très faible effectif, mis à part le cas de Dakar et de Saint Louis, en tout cas pour la période de référence 1910-1928.

     Nous reviendrons sur le sujet à l'occasion du chapitre 4.

  1. III.          Basic correlations : OLS Estimates
    1. A.   Empirical Strategy

         « I compare districts development performances according to colonial investments they received between 1910 et 1928 by running ordinary squares of the form: …(p,139)

       Je laisse le soin aux économistes statisticiens de faire tourner modèles et machines, mais il est évident, indépendamment de la pertinence de la formule elle-même sur laquelle je n’ai pas la capacité de me prononcer, que la démonstration économétrique recherchée repose entièrement sur la pertinence des bases et variables historiques qui ont appelé maintes réserves de notre part.


      « I therefore prefer to drop out Dakar and Saint Louis from the sample » (p,140)

Impasse identique à celle du Bénin !

      Le raisonnement que tient l’auteure en ce qui concerne la situation de Dakar et de Saint Louis est tout à fait surprenant : la colonisation française de l’AOF ne pouvait avoir que des résultats inégaux, étant donné qu’elle l’était, dès l’origine, un « modèle » de développement inégal, le « sample » même d’un Dakar, pôle de développement principal de l’AOF avec son port, ses lignes de chemin de fer, et le rôle d’animation politique de la fédération..

      Sortir Dakar et Saint Louis du logiciel, compte tenu de leur poids dans le système colonial de l’AOF, revient donc à introduire un biais capital dans ce type d’analyse de l’histoire économique de l’AOF.

  1. B.   Results

     L’auteure écrit :

    « Table 2 et Table 3 report OLS estimates of the impact of 1910-1928 colonial investments on 1995 performances….” (p,140)

    “The general picture that emerges from these tables is that districts which received more investments over 1910-1928 have significantly better performances today. “

“We can finally notice that explanatory variables in this paper account for about 40 % of the variation in 1995 health performances, 50% of the variation in 1995 school attendance and 70% of the variation in 1995 access to infrastructures. More importantly, each specific colonial investment alone accounts for about 30% of the variation of the corresponding 1995 performance.” (p,141)


     Question: comment ne pas admirer ce travail d’économie mathématique qui survole presqu’un siècle, qui fait l’impasse sur au moins deux « trous noirs » ceux des années 1928-1960 et des années 1960-1995, et qui, à partir de bases et de variables, dont la pertinence historique est mal assurée,  conclut à l’existence de corrélations historiques effectives entre des investissements coloniaux au niveau des 120 districts de l’AOF, dont la définition mériterait d’être vérifiée, et des « current performances » des années 1995 ?

  1. IV.           Ecometric issues : selection et causality
  2. A.   Historical Evidence on Selection during colonial times

      L’auteure poursuit la même ambition de prouver les corrélations existant entre les investissements coloniaux  locaux (c’est-à-dire dans les districts) avec les performances constatées en 1995, et dans ce but elle se propose : « First, using historic data and qualitative evidence from African historians…. Second I use a “ natural experiment approach that consists in comparing neighbour districts only. Results from matching strategy confirm the OLS estimates.” (p,143)

        Dans cette partie, l’auteure teste la validité des corrélations qui peuvent exister entre les « colonial investments » des années 1910-1928 et les « current performances » des années 1995, et des différentes variables pouvant affecter les résultats des calculs, la densité de population, l’existence de « societies politically well-structured », la « distance from coast », et à cet égard, l’auteure estime :

       « In particular, it is too weak to use distance from the coast as a valuable instrument for colonial investments. » (p144)


Questions :

       Est-ce que la méthodologie utilisée, à savoir ne retenir qu’une partie des investissements coloniaux, au niveau des districts, en écartant les grands investissements de la fédération ou des colonies, ne conduit pas inévitablement à faire biaiser le modèle ?

      Nous verrons plus loin la définition que donne l’auteur de ce  concept comparatif novateur de neighbour districts.

     La réponse à ces deux questions permettrait de valider l’évaluation faite du facteur distance de la côte.


     Les « top-down interventions » :

    Faute de pouvoir accorder une bonne causalité aux différents facteurs examinés, l’auteure propose de prendre en compte les « top-down interventions », c’est-à-dire le rôle des administrateurs coloniaux.

     « The specific personality of the administrators was therefore a strong determinant of the policy they implemented in particular at the beginning of colonial times (in the 1900s and 1910s) because administrators stayed long enough in specific districts to implement long term projects (after the World War I, they had relatively shorter tenures, typically 3 years.)”


     Remarque surprenante, alors qu’une des difficultés de l’administration coloniale fut précisément la trop grande mobilité des titulaires des commandements, au maximum trois ans, pas plus !

    Il convient de noter par ailleurs qu’après avoir privilégié comme facteur de changement l’investissement colonial au lieu des institutions,  l’auteure réintroduit par la fenêtre le facteur institutionnel, grâce aux « administrators ».

  1. B.   Matching estimates.

      “The strategy that I pursue is to use a matching approach that consist in comparing neighbour districts only…. In the case of French West Africa, there are good reasons to think that neighbor districts were very similar before colonial times… This lead me to assume that the neighbor districts shared similar unobservable characteristics. This assumption can be interpreted as the fact that unobservable characteristics are geographically distributed and that districts borders were sufficiently exogenous to make differences between neighbour districts unobservable characteristics not salient.” (p,145)

       A la page 146 et dans  Appendix 2 (p,177) , l’auteure tente de définir le fameux concept de neighbourhood :

       « I define a neighbourhood as a cluster of three districts that share a common border and assume that neighbourhood fixed effect is similar within but not between clusters. This leads to divide districts map in disjointed neighbourhoods which sets of three districts sharing a common border. Appendix 2 gives further details on matching procedure. (p,146)


Question :

       Dans les pages qui précèdent, nous avons soulevé un certain nombre de réserves sur la méthode utilisée, sur la définition et sur l’établissement des bases des corrélations proposées, sur le volume des investissements coloniaux réalisés dans les districts entre 1910-1928, ainsi que sur la pertinence de calculs de corrélation effectués entre 1910 et 1995, mais nous nous interrogeons cette fois sur la pertinence du concept volatil de neighbourhood.

      Est-ce qu’il ne s’agit pas d’une trop belle sophistication de méthode de recherche économétrique qui dépasse très largement la réalité historique des terrains coloniaux dont la nature et les caractéristiques ont changé au cours des âges, de 1910 à 1995 ?

     L’auteure consigne ce doute dans une sorte de conclusion provisoire :

    « In the end, we may think that the long term impact of early colonial investment is too large to be due uniquely to the early colonial investments themselves. Since these results do not take into account what happened later, they may reflect the relationship between early colonial investments and something caused by them. We therefore need to explore what happened in the interval.” (p,147)

    C’est décidément y perdre son latin!

    Précisons que je n’ai pas trouvé dans la thèse qui a été publiée la liste des clusters de districts avec leur localisation, une information qui permettrait de se faire une idée sur la pertinence géographique et historique de cette clé d’explication.

   Sans doute le directeur de cette thèse et les membres du jury en ont-ils eu communication !

  1. V.           Why do early colonial investments still  matter ?

    “Previous results establish large and robust differences in current performances due to differences in colonial public investments. Why are long term returns to investments so large? In this section, I want to give some potential answers to this question “ (p,149)

    

     Après avoir émis un doute sur les résultats publiés quant à la corrélation de base entre les investissements coloniaux des années 1910-1928 et les performances des années 1995, l’auteure propose une analyse sur ces fameuses performances, une comparaison historique « improbable », même dotée des outils économétriques les plus sophistiqués.

  1. VI.          Conclusion

      « This paper thus contributes to explicit the mechanism through which spatial inequalities arise and persist, and gives evidence that even in the long run inequalities do not vanish because there are increasing returns to the adoption of a practice and because both starting point and accidental events can have significant effects on the ultimate outcome. “(p,153)

 

   Notre propre conclusion :

   Récapitulons nos objections, ou questions au minimum:


    Nous ne reviendrons pas sur les objections que nous avons déjà formulé quant à la pertinence d’une analyse économique historique qui est établie à partir de bases historiques contestables établies à partir de trois critères, les médecins, les enseignants, les travaux publics dans les cercles (1910-1928), qui sont corrélés, plus de soixante ans après, avec des indicateurs qui ne tiennent aucun compte des situations historiques intermédiaires, en faisant l’impasse d’au moins deux « trous noirs » majeurs, la période 1928-1960 et la période affichée comme « noire » par le directeur de la thèse lui-même, celle postérieure à 1960, sauf à faire remarquer aussi que l’histoire politique et économique de l’Afrique Occidentale Française de la première période (post-bases) n’a pas été celle d’un fleuve tranquille et continu.

    Cette démonstration comporte beaucoup d’incertitudes de toute nature sur la nature des « public works » comparés à ceux de la fédération, sur le rôle des administrateurs coloniaux, sur le concept de districts «  neighbour » et son application géographique.

    Pourquoi ne pas avoir donné la localisation des fameux « clusters » de trois districts, afin de se faire une idée sur la signification de ce concept, et de pouvoir comparer cette localisation d’effets économiques avec celle issue du développement des pôles de changement de l’AOF, sur le modèle des pôles de François Perroux ?

     Enfin, pourquoi ne pas s’interroger sur le sens que l’auteure donne au concept d’investissement public ? Il s’agit moins de formation de capital fixe, ou d’investissement matériel, mis à part la catégorie des « public works », que d’investissements immatériels, ceux de l’école et de la santé, mais alors comment évaluer ceux de la construction d’un Etat colonial, et du coût des animateurs de ce nouvel Etat, c’est-à-dire les administrateurs coloniaux ?

    En définitive, toute la question est de savoir si les inégalités enregistrées dans les années 1990 en Afrique de l’ouest sont le résultat d’un modèle de développement colonial « inégal », parce que « colonial », au niveau des districts,  ou du modèle classique de pôle de développement, c’est-à-dire de type capitaliste,  à partir des ports, des routes et des lignes de chemins de fer, réorienté après 1945 avec l’intervention du FIDES .

    Si tel était le cas, les conclusions de l’auteur correspondraient à une sorte de lapalissade historique !


   Jean Pierre Renaud


   Avec une note d’humour !

     Je viens de revoir avec plaisir le film « Le dernier métro » de François Truffaut, avec une intrigue portant sur une pièce de théâtre intitulée « La disparue ».

      A l’occasion d’un dialogue amoureux entre Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, alors jeunes acteurs, l’actrice déclare : « Ce n’était pas des mensonges, mais des trous noirs. »


Fin de citation ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Colonies
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens