Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 10:31

« Ghosts of Empire »

par Kwasi Kwarteng


Première partie publiée sur le blog du 13 novembre 2013


2

 Une doctrine et une politique impériale ?


 

                A lire ce livre bien documenté, on en retire l’impression que la Grande Bretagne était dépourvue tout à la fois de doctrine et de politique coloniale, et qu’elle laissait les mains libres à ses administrateurs coloniaux.

                Ce n’est sans doute pas complètement faux, car on ne demandait pas aux officers de mettre en place des constructions administratives et bureaucratiques de type européen dans les territoires sous contrôle, comme aimaient le faire les Français, mais tout simplement de faire en sorte que le business britannique puisse se développer normalement, sans s’embarrasser de résoudre des problèmes de justice ou de mœurs locales.


              Un objectif, avant tout le business ! The money !

             Quelques citations proposées par l’auteur suffisent à éclairer les véritables objectifs de cette politique impériale :

            En Inde, “Sir Charles Napier (1) remarked that the British object “in ‘conquering India, the object of all cruelties, was money.” This was cynical, but there was a large element of truth in the claim.» (p,96)(KK)

            L’auteur écrit : “ The colonial mission in Africa according to the Prime Minister, was about money and commerce.” (p,378)(KK)


              En 1897, lord Salisbury, Prime Minister (2) déclarait :

            « The objects we have in our view are strictly business objects. We wish to extend the commerce, the trade, the industry and the civilization of mankind.” (p,378)


         Dans une telle perspective,  il n’était vraiment pas besoin d’avoir une politique d’ensemble,  et il suffisait de compter sur l’esprit d’initiative des administrateurs.


          « The role of history, of the British Empire, in all this is clear to see. Accidents and decisions made on a personal, almost whimsical, level have had a massive impact on international politics…” (p,140)(KK)

         (1)  Napier (1819-1898), en 1872, Vice-Roi des Indes

         (2)  Salisbury (1830-1903) Prime Minister : années 1885-1886 ; 1886-1892 ;: 1895-1902

 

         “The individual temper, character and interests of the people in charge determined policy almost entirely those ghosts the British Empire. There simply was non master plan. There were different moods, different styles of government. Individual have different interest, centralizing forces were often dissipated by individual on the ground, even where powerful character, sitting in Whitehall, were trying to shape events in the Empire. More often than not, there was very little central direction from London. The nature of parliamentary government ensured that ministers came and went; policies shifted and changed, often, thanks to the verdict of the ballot box, ,or even because of a minor Cabinet reshuffle.” (p,160)(KK)


            En ce qui concerne Cromer (1), l’auteur écrit :

           « In Cromer’s view, everything about the British pointing to individualism.”(p,232)(KK)

           Cromer:

          “Our habits of thought, our past history, and our national character all, therefore, point in the direction of allowing individualism as wide a scope as possible in the work of national expansion.” (p,232)


          Dans sa conclusion, M.Kwasi Kwarteng note:

         « The individualism was, I have noted, in that there was very often no policy coherence or strategic direction behind the imperial government as experienced in individual colonies… Individualism was a guiding principle of the British Empire.” (p, 395)(KK)


        J’ajouterais volontiers, et d’abord ce goût du business qui coule dans le sang britannique, et qui donnait sa cohérence à l’impérialisme britannique.


        Un gouvernement colonial indirect : le succès de l’indirect rule


     « Lugard (2) fut « a great theorist of imperialism and his greatest legacy the British Empire and to Nigeria was the doctrine of indirect rule. » (p,289)


        Lugard a fait connaître la théorie de « l’indirect rule » qu’il a mise en œuvre en Nigeria, mais ce type de pratique coloniale existait déjà en Inde, où,  depuis de très nombreuses années, le pouvoir anglais s’appuyait sur les maharajas et  les rajas, et c’était une tradition coloniale britannique dans l’Empire.


        (1)  Cromer (1841-1917) Contrôleur Général en Egypte (années 1883-1907)

        (2)  Lugard (1858-1945)  Haut- Commissaire de la Nigeria (années 1900-1906)

 

       Il est possible de se demander si cette publicité donnée à cette théorie, présentée comme une nouveauté, ne fut pas facilitée par le mariage que fit Lugard, avec une journaliste fort bien placée dans le milieu des journaux de l’époque, étant donné qu’elle faisait partie du Comité éditorial du Times.


       L’annexion de la Birmanie fut à cet égard une exception, mais elle fut le fruit de l’initiative individuelle de lord Churchill,  Secrétaire d’Etat pour l’Inde en 1885-1886, mais à considérer l’ensemble des territoires de l’Empire britannique, il est souvent difficile de distinguer entre les solutions d’administration  indirecte ou directe. Au sein même de l’Empire secondaire des Indes, ou en Afrique du Sud, les Britanniques recouraient aux deux formules.

 

        « The fate of Burma was decided as in so many cases in the empire, by chance and circumstances. » (p,165)(KK)

        Une sorte de « fait accompli », faute d’autre solution, car il ne s’agissait que de la dernière phase de la conquête, avec le constat que le souverain local manifestait trop d’insuffisance dans sa gouvernance pour le laisser en place, en conformité avec la pratique coloniale anglaise indirecte, et la crainte de voir les Français damer le pion aux Anglais dans l’occupation de cette voie stratégique vers la Chine.


          Dans le livre « Le vent des mots, le vent des maux, le vent du large » j’ai longuement analysé les opérations de conquête du Soudan, du Tonkin, et de Madagascar, afin d’examiner la validité de la théorie historique défendue par certains chercheurs, d’après laquelle, dans leurs opérations, les officiers français mettaient très souvent leur gouvernement devant le fait accompli, et conclu par la négative.


         La nouvelle colonie du Nigéria prit la suite d’une concession anglaise à la Royal Nigeria Society dont l’objectif était l’exploitation des ressources du fleuve Niger, dans son cours le plus favorable vers le delta.

        Avant que la concession ne fût reprise par le gouvernement, et avant qu’il ne se voie confier le Haut- Commissariat du Nord, Lugard fut un des officiers anglais mis à la disposition de cette compagnie.

         Ce vaste territoire comprenait trois grandes régions peuplées au nord par les musulmans du Sultan du Sokoto, et au sud, par les peuples animistes Yoruba à l’est, et Ibo, à l’ouest.

       Lugard mit en pratique sa théorie dans le nord du territoire, mais sa mise en application était naturellement facilitée par l’organisation de ce sultanat puissant et respecté, et qui plus est, Lugard s’y sentait en milieu familier, au contact d’une sorte d’aristocratie locale.


      L’auteur note en effet :

      «The ideal of the gentleman was a cardinal concept of Empire. Behind indirect rule was the notion that the natural rulers of society, if they could be educated as gentlemen, formed the best type of ruling class.” (p, 293) (KK)


      L’auteur note plus loin :

    « Perhaps no other country in the modern world is more a creature of empire than Nigeria. » (p, 371)(KK)


      Il convient d’observer que la même démarche gouvernementale appliquée, plus tard, par le même Lugard sur l’ensemble du territoire de la Nigeria trouva ses limites chez les « natives » du sud qui n’avaient pas les mêmes traditions de hiérarchie théocratique et aristocratique que dans le nord.


      L’indirect rule à Hong Kong ?

      Le cas de Hong Kong montre de façon caricaturale le mode de fonctionnement de l’empire britannique, deux mondes, deux hiérarchies économiques et sociales, poursuivant, côte à côte, l’anglaise et la chinoise, le même objectif du business, les officers britanniques ressemblant à s’y méprendre aux mandarins chinois.


      Hong Kong était  sous la loi des marchands.


    « Hong Kong’s history goes in the heart of the nature of the British Empire. » (p, 389)(KK)


         La démocratie absente de l’Empire britannique!


         Le cas de Hong Kong est à cet égard exemplaire :

         « There would be no elections in Hong Kong for 150 ans” (p334/KK) :

         C’est-à-dire jusqu’à sa restitution à la Chine, en 1998.


        « Some astute observers had always of the central irony of British rule in Hong Kong, that the British civil servants were even more « Chinese » in their philosophy of government than the Chinese themselves.” (p,385/KK)

         “Hong Kong’s history goes to the heart of the nature of the British Empire. Its reversion to China under a regime “of benign authoritarianism” the term Chris Patten used to describe British rule, shows a remarkable continuity. Hierarchy, deference, government by elite administrators, united by education in the same institutions, were all features of imperial rule which were also characteristic of official in imperial China. The story of Hong Kong also confirms the enormous power  wielded by colonial governors.” (p,389/KK)

         Patten fut le dernier gouverneur de la colonie.


       Mais comment ne pas remarquer aussi que cette situation coloniale devint, avec le retour de cette place forte dans la Chine communiste, le refuge de libertés inconnues au sein de cette ancienne nation.


Et en conclusion :


     «The British Empire had nothing to do with democracy and, particularly in Hong Kong, was administered along lines much closer to the ideals of Confucius that the vivid, impassioned rhetoric of Sir Winston Churchill, or even Shakespeare. » (p,390)(KK)


       Cette citation  est tout à fait appropriée pour ouvrir le chemin de l’esquisse de comparaison que nous proposerons au lecteur entre l’administration coloniale anglaise et l'administration coloniale française dont le ciel n’était pas celui de Confucius, mais de la République ou de la civilisation, avec un grand C. 


Jean Pierre Renaud


La troisième partie sera publiée dans la première quinzaine de décembre 2013

 

 

  Tous droits réservés

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens