Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 11:05

1883-2013 : Jules Ferry et François Hollande : même combat ! ou ?

 

Tonkin, Mali, Centrafrique !


 =  130 ans  plus tard une régression de la démocratie et de la République !


De la Troisième République à la Cinquième République !

 

            En 1883, à la demande du Président du Conseil, Jules Ferry, la France va faire la guerre au Tonkin, une fois l’expédition militaire autorisée par la Chambre des Députés (1er budget voté le 15/051883 : 5,3 millions de francs ; 2ème budget voté le 10/12/1883 : 9 millions de francs ; 3ème budget voté le 18/12/1883 : 20 millions de francs), soit 34 millions de francs sur un budget de l’Etat de l’ordre de 3 milliards de francs or.


            En vertu de l’article 9 de la Constitution de 1875 : « Le Président de la République ne peut déclarer la guerre sans l’assentiment préalable des deux Chambres. »


            Il est naturellement possible d’ergoter sur les raisons de cette intervention, un mélange de néomercantilisme, de croyance dans la supériorité de la civilisation française,  de conscience de la puissance du pays, du désir de détourner l’attention de l’opinion publique de la ligne bleue des Vosges, ou tout simplement d’un concours de circonstances militaires, de faits accomplis, ce qu’un certain ministre traduisait à la Chambre des Députés par la formule : « les événements ont marché …»

            Toujours est-il que c’est le Parlement qui décida d’autoriser cette expédition militaire du Tonkin ! Alors que la situation financière n’était pas mauvaise, pour preuve la rapidité avec laquelle le pays paya à l’Allemagne une indemnité de guerre de 5 milliards de francs or après la guerre de 1870.


            En 2013 : François Hollande engage successivement nos forces militaires en janvier, au Mali, et en décembre, en Centrafrique, sans avoir besoin d’y être autorisé par le Parlement, et sans avoir besoin de faire voter, par les députés, les crédits nécessaires. Connait-on aujourd’hui les coûts de ces deux interventions ?

            Avec quelques raisons qui sonnent comme au temps de Jules Ferry, au lieu par exemple de la civilisation, l’urgence humanitaire, qui s’entrecroisent avec l’héritage officiellement nié de ce qu’était la Françafrique des réseaux Foccart et Penne !


            En cause, la petite merveille constitutionnelle (un des articles de la réforme, l’article 35) votée de justesse par le Congrès le 26 juillet 2008, avec une majorité d’une voix, et le refus massif de la gauche de l’époque : à l’Assemblée Nationale, 10 votes pour et 194 votes contre des députés socialistes, et au Sénat, 0 vote pour et 95 voix contre !

            Sans commentaire !


          Car le Président nouvellement élu et sa majorité parlementaire socialiste n’ont rien trouvé à redire dans l’usage du nouvel article 35 qui permet au Président d’engager nos forces à l’étranger, c’est-à-dire de faire la guerre, en se contentant d’en informer le Parlement dans les trois jours, et de ne solliciter l’assentiment du Parlement qu’après le délai de quatre mois.


            Curieuse régression de la démocratie française et de la République !

            D’autant plus inacceptable qu’avec les moyens de la guerre moderne, cette autorisation tacite de faire la guerre pendant quatre mois peut évidemment mettre le feu à la maison France !

      D’autant plus inacceptable qu’avec ces deux interventions au Mali et en Centrafrique, le Président nous fait faire la guerre à crédit, puisque le pays a une dette publique colossale !

            Alors, certains esprits autorisés, et en premier lieu le ministre des Affaires Etrangères,   défendent le rôle international de la France à travers son siège du Conseil de Sécurité, et ils justifient en permanence le bien fondé de nos interventions à l’étranger. Ils étaient prêts à engager notre armée en Syrie, en oubliant peut-être que nous ne sommes plus à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, que le monde a changé, et que le temps est peut-être venu de partager avec certains pays de l’Union  européenne ce fameux siège à l’ONU.


            Dans sa dernière conférence de presse, le Président a encore souligné le rôle de grande puissance de la France, mais le temps ne serait-il pas venu d’adopter une posture internationale mieux adaptée, celle d’une « puissance d’influence » ?

         Et de partager le fauteuil du Conseil de sécurité avec telle ou telle puissance européenne qui acceptera de faire défense commune avec notre pays ?


            Lors de sa visite aux Etats Unis, le Président des Etats Unis a félicité notre Président pour le courage dont il avait fait preuve en engageant notre pays dans une nouvelle guerre au Mali et en Centrafrique, hommage de la démocratie américaine, qui a refusé de s’engager en Syrie, à cet étrange régime républicain où le « monarque » décide de la guerre ou de la paix ?


Jean Pierre Renaud

Partager cet article

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens