Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 10:11

« Le Japon et le fait colonial – 1

L’Asie du Nord-Est coloniale – Années 1880-1920 »

Cipango

Cahier d’études japonaises - Année 2011

 

Avant- propos

 

            Il n’est peut-être pas superflu de rappeler quelques-unes des caractéristiques essentielles du cadre géographique et historique, et donc sécuritaire et stratégique, dans lequel ce type d’analyse se développe.

            Les côtes des territoires les plus proches convoités par le Japon sont situées à une distance de l’ordre de 200 kilomètres pour la Corée, à l’ouest, et de l’ordre de 40 kilomètres pour l’île de Sakhaline, au nord.

            Cette situation géographique est évidemment un des éléments de toute explication historique.

            Les récits qui seront commentés se situent dans une dynamique de conquêtes impériales en Chine, avec pour fond de décor, la décomposition de l’Empire de Chine, avec ses territoires associés, une décadence qui avait commencé il y a bien longtemps.

       Les épisodes les plus récents en avaient été la première guerre de l’opium menée par l’Angleterre en Chine, dans les années 1839-1842, et par la deuxième guerre de l’opium engagée avec le concours de la France, des Etats-Unis et de la Russie, dans les années 1856-1860.

            Ces deux guerres se conclurent par l’ouverture de ports au commerce international, des concessions territoriales, et le paiement d’indemnités.

            La deuxième guerre de l’opium « s’illustra » par le « Sac du Palais d’Eté ».

            A partir de 1854, les Etats-Unis, nouvelle puissance du Pacifique, ont contraint le Japon à ouvrir ses ports au commerce international, et poursuivi leur conquête des îles du Pacifique, en direction de l’Asie.

            Un mot enfin sur l’Asie du sud-est.

            Les Anglais avaient mis la main sur le joyau de l’Empire des Indes et de ses territoires accolés, mis en place une ligne de communication stratégique avec la route des Indes, une succession de ports anglais en direction de Hong Kong, devenu anglais.

        D’autres puissances, les Pays Bas en Indonésie, et la France en Indochine, s’étaient établies comme nouvelles puissances coloniales.     

        La question que nous nous sommes posée en permanence en rédigeant cette lecture critique est celle d’une comparaison possible ou non avec les autres « colonialismes » ou « impérialismes » de la même époque historique.

         La revue Cipango traite un sujet d’histoire « coloniale » intéressant pour un Français plus habitué à se documenter et à analyser l’histoire coloniale occidentale, avant tout celle de la France ou de la Grande Bretagne qu’à tenter de la comparer à l’histoire coloniale du Japon, de la Russie ou de la Chine.

        Le lecteur français sera peut-être étonné de ne pas voir évoqué dans cette chronique intéressante, même de façon marginale, le cas de l’Indochine, qui occupait alors, par rapport à la Chine, une position très voisine de celle de la Mandchourie ou de la Corée.

            Autres remarques préliminaires, la première relative à la durée de la période étudiée, 40 ans de 1880 à 1920, un choix chronologique qui fait question, et la deuxième, relative à l’intitulé choisi « Le Japon et le fait colonial ».

            Nous verrons qu’au cours de cette lecture critique, se pose en effet  la question de l’appellation « colonial » dans cette phase de domination historique, qui concerne autant la Chine, la Russie, ou le Japon, que la Grande Bretagne, les Etats-Unis ou la France, et dans le cas de la Chine, avec la superposition de plusieurs types de domination.

            A plusieurs reprises, l’auteur, Michel Vié, pose d’ailleurs, et à juste titre, la question de ce type de qualification, une vraie question : dans quel registre historique ce type d’analyse de la domination se situe-t-il ? Expansion territoriale du type américain vers l’ouest, ou russe vers l’est ? Expansion de type impérial sur le mode international telle que pratiquée en Chine ? Expansion de type impérial telle que mise en œuvre en Asie du Sud-Est par les Anglais ou les Français, aux Indes ou en Indochine ? Expansion coloniale avec immigration européenne telle que pratiquée par les Anglais dans le Pacifique ou en Afrique du Sud, et par les Français en Algérie ?

            Difficile à dire !

.

            Le titre de la première chronique « La : Mandchourie et la « Question d’Extrême Orient » 1880-1910, par Michel Vié illustre bien à mes yeux la sorte d’ambiguïté qui pèse sur le mot colonial, équivalent à Question d’Orient ou des Balkans ?

            Deuxième chronique : « Un autre regard La Mandchourie des photographes pictorialistes japonais »  par Sandrine Dalban-Tabard, une chronique que nous avons laissée de côté par incompétence.

          Troisième chronique : « Hokkaido, An Zéro » Changements des rapports de domination et septentrion japonais à la fin du XIXème siècle », par Noémi Godefroy, une contribution dont le contenu pourrait être assimilé à ce qu’on entend souvent par histoire de la colonisation.

            Quatrième chronique : «  Les débuts de l’emprise économique japonaise en Corée coloniale 1900-1919 » par Alexandre Roy.

            Cinquième chronique : « Critiquer le colonialisme dans le Japon d’avant 1945 » par Pierre-François Souyri.

            A noter que la période proposée dans cette chronique est différente de celle indiquée dans le titre.

&

            A cette occasion, je rappelle quelques-unes des chroniques de ce blog, lesquelles donnent quelques éclairages chronologiques et géographiques, de type latéral, sur les sujets traités : Japon, Indochine, et Chine :

« Choc des cultures, des civilisations, des religions » 1868 L’incident de « Sakai »

A partir du livre d’Ôgaï Mori

L’ouverture forcée par l’Occident d’un pays fermé comme une huître

Blog du 23/09/2011

« Gallieni et Lyautey, ces inconnus »

Au Tonkin  (1892-1896), blog du 20/04/2012

Le colonel Gallieni chez le maréchal Sou, blog du 22/06/2012

Politique des races au Tonkin et à Madagascar, blog du 14/09/2012

Gallieni et son « bain de cerveau », blog du 1/10/2013

Edward Saïd et Victor Segalen, Regards sur la Chine, blog du 10/02/2011

« Les branches esseulées : trafic de femmes vietnamiennes en Chine », blog du 8/03/2013

       Par ailleurs, et à l’occasion de l’analyse que je proposerai sur l’Algérie, avec la Révolte du général Challe, puis une esquisse de comparaison entre le type de guerre contre-révolutionnaire en Malaisie, et en Algérie, avec le roman d’Han Suyin, « Et la pluie pour ma soif ».

         Enfin, je publierai une petite analyse critique d’un article de Lionel Babicz  paru dans « Le Japon et le fait colonial – II », intitulé « Japon-Corée, France-Algérie Réflexions sur deux situations coloniales et postcoloniales » en posant la question : s’agit-il de situations coloniales et postcoloniales » comparables ?

&

La Mandchourie et la « question d’Extrême Orient » 1880-1910 (p,19)

            Conquête, domination, annexion, colonisation militaire, humaine, économique, ou impérialismes ? Avec des impérialismes en concurrence, en coopération, ou en « cohabitation », et aussi des impérialismes superposés ?

            A lire cette étude intéressante, le lecteur retire l’impression d’une histoire inextricable face à la très grande complexité des facteurs historiques examinés, une sorte d’entrelacs où il n’est pas toujours facile de se repérer.

            Le titre choisi axe l’analyse sur la Mandchourie.

            Il s’agit d’une histoire au moins autant impériale que coloniale, avec l’enjeu de la conquête de la Mandchourie par les trois puissances voisines, les deux puissances terrestres de Russie et de Chine, et la troisième puissance maritime, le Japon,  une histoire marquée par deux guerres, la sino-japonaise en 1895, et la russo-japonaise en 1905, couronnées, toutes les deux, par les victoires du Japon.

  I - « La Mandchourie et les trois empires » (p,25)

            La remarque que fait l’auteur sur la nature de ces guerres est à citer, car elle pose à nouveau la question du « colonial » :

    « C’est pourquoi, il nous semble impossible d’expliquer la genèse et l’histoire des guerres sino-japonaise et russo-japonaise dans les schèmes de « la grande colonisation » (p,31)

       « La Mandchourie qui nous intéresse ici, peu connue au XIX siècle, est devenue vite célèbre au XXème  siècle comme lieu de réussite d’une industrialisation volontaire, peu fréquente en situation coloniale…. Mais quand la Mandchourie  entre dans l’histoire internationale, aux confins des XIX et XXème siècles, ce n’est pas la modernité économique qui en est le moteur, mais une modernité militaire qui se manifeste par les événements des deux grandes guerres sino-japonaise (1894-1895) et russo-japonaise (1904-1905). » (p,23,24)

        Les batailles livrées si loin, sont bien plus modernes, au point de vue technique que celles qui ont eu lieu, à la même époque à Cuba, aux Philippines (guerre hispano-américaine), au Transvaal, voire dans les Balkans. Forteresse russe assiégée pendant quatre mois (1904), Port Arthur devient aussi célèbre que l’avait été Sébastopol en Crimée. Mais ce sont les flottes de combat qui révèlent le mieux le niveau technologique des guerres. » (p,24)

        « Ainsi nous verrons que l’entrée de la Mandchourie (spécialement le Liaodang à l’extrémité duquel se trouve Port Arthur) dans l’histoire commence par des guerres qui ne sont pas du tout du type des guerres coloniales, mais qui préfigurent plutôt l’avenir immédiat de l’Europe. » (p,25)

        La Mandchourie était alors aux prises avec trois prédateurs, les trois empires de Chine, de Russie, et du Japon.

       « Ainsi, si l’on en juge d’après ses habitants, la Mandchourie en 1880-1890, la Mandchourie  n’est pas encore une terre chinoise »… Elle commence seulement à le devenir. La transformation en cours est due à une colonisation de peuplement rendue récemment possible…Seule la Chine put mener à bien ce type de colonisation. Seule, elle disposait du « trop plein » démographique indispensable, renforcé par une plus grande proximité. La Russie et le Japon auraient voulu parvenir à ce résultat ? Mais ils n’en eurent jamais les moyens. » (p,26,27)

        « Enjeux et stratégies de la constitution des empires face à la Mandchourie » (p,28)

         Face à des enjeux et stratégies variés et entremêlés, il n’est pas toujours facile d’y voir clair :

       «  Malgré d’incontestables interactions, il nous semble pertinent d’opérer deux distinctions. L’une tout d’abord d’ordre géographique, en séparant la Chine « proprement dite » et l’Asie du Nord-Est. L’Etat chinois est présent dans les deux cadres. Mais il est objet de colonisation de la part des pays occidentaux. Il est lui-même acteur de colonisation en Mandchourie et en Corée. L’autre distinction s’applique aux causes des guerres. Est-ce du fait de l’actuelle domination des paradigmes de l’économie de marché et des aspirations qu’elle suscite (goût du lucre, consumérisme, etc.) ? Il semblerait que, bien souvent, on ait du mal à percevoir, de nos jours, d’autres causalités que celles relevant du plan économique. Or les trois puissances ont des projets à long terme, voire résolument permanents qui sont surtout sécuritaires. » (p,29)

       Effectivement :

      « C’est pourquoi, il nous semble impossible d’expliquer la genèse et le déroulement des guerres sino-japonaise et russo-japonaise dans les schèmes de la « grande colonisation »

       L’auteur ne dit pas qui dit le contraire.

     « II – Coexistence ou incompatibilité des impérialismes  (1890-1901) » (p,32)

         L’auteur examine ensuite les problèmes de coexistence ou d’incompatibilité des impérialismes entre 1890 et 1901, et cet examen montre bien que l’impérialisme collectif a toujours su gérer ses intérêts, soit qu’il se soit tenu en dehors des conflits, soit qu’il en ait profité :

       « Globalement, le domaine reconnu à l’impérialisme collectif est volontairement tenu à l’écart des conflits, et de même, la région de Pékin, parce que la dynastie mandchoue y est le garant de la légitimité des traités. » (p,33)

       Une remarque tout à fait intéressante parce qu’elle donne la mesure du pouvoir de l’imaginaire impérial chinois, celle d’un Fils du Ciel complètement entre les mains de cet impérialisme international.

            La première guerre sino-japonaise est un exemple d’impérialisme collectif à la fin du siècle, parce ce qu’il juxtapose plusieurs interventions étrangères de nature tout à fait différente.

          Elle trouve sa conclusion dans le traité de Shimonoseki (17 avril 1895) avec l’intervention diplomatique de trois puissances (23 avril 1895) (p,37), la Russie, l’Allemagne, et la France.

            Le traité de paix imposé à la Chine contenait quatre catégories d’exigences :

    1) reconnaître l’«indépendance » de la Corée,

    2) payer une indemnité de guerre,

    3) faire bénéficier le Japon de la clause de la Nation la plus favorisée, de l’usage de plusieurs ports jusqu’ici non ouverts aux étrangers… Par ces dispositions, le Japon fait son entrée dans le système colonial collectif… ce qui conduit le Royaume Uni à adhérer à la paix de Shimonoseki.

   4) la remise par annexion de trois dépendances territoriales jusqu’alors chinoises : Taïwan, le petit archipel voisin des Pescadores et, en Mandchourie, la péninsule de Liandong dans sa totalité … Tous ces territoires mentionnés sont occupés par l’armée japonaise. » (p,37)

       « L’indépendance de la Corée » dura peu de temps. Le Japon se vit reconnaître l’annexion de trois territoires, Taïwan, encore revendiqué par la Chine, les Pescadores, îles à nouveau disputées de nos jours, avec une entrée officielle en Mandchourie.

    Et le démantèlement de la Chine continua :

    « Il est bien connu que de 1896 à 1899, la Russie, la France, l’Allemagne, le Royaume Uni ont obtenu de la Chine, des transferts de droits régaliens en leur faveur. Un peu plus tard, l’Italie et le Japon se sont engagés dans cette voie. » (p,41)

      « L’épisode des Boxers (1901-1902) » (p,46)

            « L’épisode des Boxers est un moment bref mais décisif. Il confirme la Chine dans sa fonction d’ « eldorado commercial ». Il rend presqu’inévitable la guerre russo-japonaise, à cause de ses effets sur la Mandchourie… «  (p,46)

            L’intervention militaire avait curieusement autant l’objectif d’imposer la domination de l’étranger que de conforter l’Etat Chinois.

         « Le danger le plus redouté est l’effondrement de l’Etat chinois, clef de voûte du colonialisme commercial. Une Chine souveraine et faible est une formule satisfaisante pour tous : Royaume Uni, Allemagne, France, Etats-Unis et Japon. La fragilité du système demeure, mais qui voudrait le frapper d’un coup mortel ? » (p,46)

    « En 1900, lorsqu’éclate, contre la colonisation occidentale, l’insurrection des Boxers, des questions graves demeuraient alors sans réponse :

       - La Chine a-t-elle un avenir comme Etat ?

        - Jusqu’où l’expansion de la Russie ?

        - Quel est, en Extrême Orient, le vrai statut international de la Mandchourie ?

       Cette insurrection apporte en quelques mois les réponses. «  (p,46)

     Cette intervention ressemble fort aux interventions militaires que l’on classe habituellement dans la catégorie coloniale, à la grande différence près qu’elle fut multinationale.

        «  Le traité de paix (Protocole des Boxers, 7 septembre 1901) représente le triomphe du colonialisme financier et commercial. L’Etat chinois est à la fois confirmé et complètement dépendant des banques occidentales auxquelles il doit emprunter pour payer les indemnités dues aux puissances colonisatrices. Les garanties militaires jointes au traité sont collectives…(huit grandes puissances (Etats-Unis, Japon et six Etats européens )» (p,48)

     Et le démantèlement continua !

     « L’inaptitude des coalisés à mentionner ou à résoudre le problème de la présence militaire massive des Russes en Mandchourie est le trait – négatif- essentiel du Protocole des Boxers. C’est par son « côté russe » (non pas chinois) que l’épisode des Boxers bouleverse la question d’Extrême Orient. Sous trois aspects : 1) le rôle des armées de terre en plus de celui des flottes ; 2) l’entrée de la Mandchourie entière dans les conflits ; 3) l’opposition insoluble entre Russie et Japon. » (p,48)

     L’auteur décrit alors l’épisode de III  « La colonisation militaire russe (1896-1904) » (p,50), puis les problématiques de conquête et de sécurité du Japon.

       « IV Les dilemmes de la politique sécuritaire du Japon (1894-1905) » (p,53)

     « Parmi les trois empires qui aux confins des XIX° et XX° siècles constituent l’Asie du Nord d’Est – la Chine, la Russie, chacune pour une petite partie de leur immense territoires, le Japon, pour la totalité de son espace insulaire – seul ce dernier, le moins puissant, entreprend une guerre contre l’un, puis l’autre de ses grands voisins. Le pouvoir central japonais n’ignore pas les dangers de telles guerres (sino-japonaise en 1894-95, russo-japonaise en 1904-1905). Mais il affronte ces risques précisément au nom de la sécurité. Ces guerres sont considérées comme liées à sa survie. Le problème ici sera celui de la manière dont le Japon s’est représenté l’environnement. » (p,54)

        « La sécurité par la guerre », « La Corée comme muraille »

     L’analyse montre bien l’importance qu’a eue la stratégie sécuritaire du Japon, mais les guerres du Japon ont couvert aussi d’autres stratégies de type colonial, qu’explique à la fois la nouvelle puissance de son empire et le cadre géographique et stratégique de l’archipel.

       « Le point de départ du raisonnement est un postulat : la valeur de défense de l’insularité japonaise est insuffisante au niveau de Tsushima, excluant une défense uniquement maritime. Deux solutions s’offrent : l’une, guerrière, par envoi d’une armée sur le continent, l’autre, pacifique, par neutralisation de la Corée sur le modèle idéalisé de la Suisse. » (p,55)

       Il est possible de noter que la Grande Bretagne a eu historiquement le même type de problème de sécurité sur ses côtes européennes, avec la Hollande et la Belgique.

       « V La guerre russo- japonaise (1901- 1904-1905) » (p,56)

      « … Traits originaux de l’affrontement russo - japonais :

        En plus de sa modernité évidente qui résulte, tant des effectifs engagés que de la puissance de feu produite, l’originalité de cette guerre ressort de trois aspects : la modération des alliances, le financement international, la précision des projets stratégiques. Tous les trois en font un conflit qui, bien que local, est à la fois fortement encadré et soigneusement préparé  du côté japonais. »

      Il est évident que le Japon poursuivait des objectifs multiples, de sécurité bien sûr, mais tout autant d’impérialisme économique, qu’il s’agisse de la Mandchourie ou de la Corée.

        Au terme des épisodes diplomatiques et militaires racontés par l’auteur, La place forte de Port Artur capitule le 1er janvier 1905, et les 27 et 28 mai 1905, « la flotte russe venue de Baltique est coulée ou contrainte à la reddition. Il n’y a plus ensuite de grandes opérations si ce n’est l’occupation complète de Sakhaline. » (p,65)

      Le désastre maritime russe de Tsushima eut des échos dans toute l’Asie du Sud Est, notamment dans l’Indochine française, dans les milieux nationalistes, car il s’agissait du premier signe éclatant du réveil de l’Asie.

      Un traité de paix est signé entre la Russie et le Japon, le 5 septembre 1905.

      « La situation militaire »

      « Aucune des deux puissances ne peut plus espérer rationnellement parvenir à une victoire complète. L’espace confère à la Russie la certitude de l’invulnérabilité. Cette particularité était connue des dirigeants japonais avant qu’ils n’entrent en guerre. Mais à la suite des escadres russes, le Japon bénéficie d’une invulnérabilité équivalente. La marine japonaise est devenue maîtresse des mers environnantes. Il ne demeure donc dans cette guerre d’autres perspectives que la conquête (ou pour les Russes, la reconquête) de territoires. La grande victoire du Japon est d’avoir obtenu l’invulnérabilité. A partir de Tsushima, une sorte de  réciprocité sécuritaire encadre les batailles à venir, qui toutes ne peuvent être que terrestres, et a priori localisées en Mandchourie. » (p,66)

     Invulnérabilité ? Voire !

     Toujours est-il que le Japon a empoché deux autres territoires, la Corée et la Mandchourie du Sud !

      Curieusement, ce sont les Etats Unis qui se sont entremis pour faciliter un accord de paix, « l’accord Katsura-Taft l’illustre bien. Il met en cause la Corée et les Philippines sous la forme d’un échange. » (p,67)

       Cette observation est tout à fait intéressante, car on oublie trop souvent que non seulement les Etats Unis étaient partie de cet impérialisme collectif décrit par l’auteur, mais que dans le sud-est asiatique, ils venaient de faire la conquête coloniale des Philippines.

         « Avec les Etats-Unis, la question pourrait être plus complexe. En fait, ce que Taft propose à Tokyo, c’est seulement une entente de non-intervention militaire réciproque en Corée japonaise aux Philippines où depuis la fin de la guerre hispano-américaine (décembre 1898, traité de Paris), se déroule une violente conquête coloniale. Entre l’armée américaine (portée à un effectif de cent vingt- six mille hommes) et le mouvement indépendantiste d’Emilio Aguinaldo, l’affrontement est extrême. Le contraste entre les chiffres des victimes des deux camps – quatre mille deux cents américains, deux cents trente mille Philippins, soit un rapport de 1 à 50 est caractéristique d’un conflit colonial. Pierre Chaunu explique les méthodes de combat américaines par leurs expérimentations antérieures sur le territoire même des Etats - Unis, contre les tribus indiennes et, entre autres, comme « techniques d’extermination de la frange pionnière. » (p,71)

           Une observation : la conquête du Tonkin qui a mobilisé des forces militaires comparables n’a pas eu pour résultat, et de loin, le même écart entre les chiffres des victimes.

         Et pendant ce temps-là, le Japon met en œuvre en Corée une politique coloniale de protectorat sur les trois royaumes de Corée, laquelle cache une prise en mains directe de ce pays.

        « Dans le sud de la Mandchourie conquis sur les Russes et où il continue de contrôler et d’administrer ainsi la population chinoise, le Japon est loin d’obtenir une consolidation politique aussi décisive qu’en Corée. » (p,72)

        Les interventions multiples des nombreuses puissances qui se sont lancées dans l’exploitation coloniale de la Chine se sont tellement entremêlées qu’il est difficile d’y voir clair, d’autant plus que la Mandchourie est devenue un immense chantier pour des investissements privés de toute nature et pour une nouvelle colonisation chinoise, sous contrôle japonais, un des signes les plus manifestes étant la construction de lignes de chemin de fer.

        Le Japon mit en œuvre une méthode de colonisation qui ressemblait à celle du Congo Belge, en confiant tous les pouvoirs à une compagnie financière privée dénommée de « Mantersu » qui unit capitalisme d’Etat et une ouverture sur le capital privé.

        « La pacification de l’Asie du Nord-Est est un fait régional acquis en 1907…. Dans le Pacifique, Japon et Etats-Unis sont face à face. Mais des obstacles matériels les empêchent de s’affronter… » (p,76)

      L’auteur conclut :

    « Sans la guerre civile en Chine à partir de 1911 et la crise balkanique de de 1914, rien ne pouvait interdire d’imaginer comme durable la paix et l’ordre établis en Extrême Orient continental. C’est donc dans ce cadre que la Mandchourie cessant de n’être qu’un espace commence alors à devenir pour la société et l’économie mondiale une  réalité tangible dans l’Histoire. » (p,78)

         Avec un grand H ou un petit h ? Est-ce que cela ne mériterait pas d’être démontré ? Alors que la Chine était de plus en plus en décomposition ?

          Pour résumer les points forts de cette chronique :

        Son mérite est d’ouvrir les yeux sur d’autres mondes impérialistes ou coloniaux que ceux auxquels on est trop souvent confronté en France, avec la place sans doute exagérée de l’Afrique.

      La Chine de la « Porte ouverte », une Chine considérée comme un nouvel eldorado économique et financier, mais une Chine en décomposition, dont les puissances prédatrices prennent soin de préserver une « face » impériale tout fictive.

    Un impérialisme collectif, international, en action, mélange de guerre, de coopération, de coexistence,  de cohabitation, mais tout autant de conquêtes territoriales de la part des trois empires.

      Une Chine décadente qui continue à tenter de protéger ses frontières glacis.

      Une Russie qui continue sa conquête de l’Est, comme les Etats-Unis l’ont fait pour leur Ouest, en éliminant les tribus ou nations indiennes.

       Avec l’ouverture d’une nouvelle ère, dite de « Meije », un Japon en pleine modernisation, et en pleine phase de puissance nouvelle, dont l’ambition est faite d’un mélange de stratégie de puissance régionale, de sécurité, et de conquête de nouveaux territoires.

        Les Etats Unis, nouvelle puissance du Pacifique, laquelle a obligé le Japon à ouvrir ses ports au milieu du siècle, laquelle s’associe aux autres puissances pour participer au nouveau partage des richesses.

         Cette analyse mériterait d’être confrontée, au cas par cas, et période par période, aux analyses qui ont été faites sur les autres impérialismes qui ont  développé leurs initiatives notamment en Afrique ou dans l’Océan Indien.

       Indiquons pour notre part, qu’à l’exception de l’Afrique centrale belge et sud-africaine, et à des époques comparables, les impérialismes français et anglais n’inscrivaient pas leur action avec l’ampleur des impérialismes de l’Asie du Nord-Est.

     La conquête de la Chine se fit au moyen de techniques de prédation qui ont peu changé au cours des ans,  obligation à la « Porte ouverte » au commerce par l’installation de concessions territoriales dans les ports, paiement d’indemnités souvent souscrites par emprunt auprès des prédateurs, et compte tenu des incidents de remboursement, contrôle des douanes.

        La souscription d’emprunts par les puissances colonisées a constitué une méthode de domination utilisée dans d’autres cas de figure, tels que l’Egypte, ou la Tunisie.

 

Jean Pierre Renaud

Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens