Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 11:42

 

« Français et Africains ? »

Frederick Cooper

&

Les situations coloniales et les témoignages

6 c

 

 Les témoignages de Sœur Marie-André du Sacré Cœur dans le livre « La condition humaine en Afrique Noire » (Grasset 1953) et de Gaston Bouthoul dans le livre « La surpopulation » (Payot 1964)

 

         Après de nombreuses années de service en Afrique noire, l’auteure, « docteur en droit », proposait une analyse tout à la fois généreuse, rigoureuse, et salubre, de la condition humaine en Afrique Noire.

         Elle  livrait son diagnostic dans onze chapitres intitulés : L’écran – En pleine vie – La famille africaine – Le mariage coutumier – Evolution et décadence – Polygamie et monogamie – Liberté individuelle et puissance paternelle – « Mens sana in corpore sano » - Problèmes économiques – Elites africaines – Perspectives d’avenir.

         Certains Français seraient bien inspirés de lire cet ouvrage afin de mieux comprendre comment fonctionnait la famille africaine, et sans doute comment elle fonctionne encore en partie.

           Je reviens à présent au sujet traité, c’est-à-dire la problématique de la citoyenneté, telle qu’elle se posait en Afrique, dans les années 1945-1950, dans des dimensions politiques et sociales très ambigües.

             Outre le fait qu’il n’était pas facile d’organiser des élections au suffrage universel dans des territoires dont la majorité de la population était analphabète, alors qu’il n’existait pas d’état civil, donc pas de listes électorales, une petite partie de la population, ceux qu’on appelait les « évolués », fonctionnaires ou salariés d’entreprise, avaient obtenu, peu de temps après la Libération de la métropole, des avantages familiaux ou sociaux qui les rapprochait de ceux de métropole.

              Les discussions constitutionnelles en cours afin de définir le ou les statuts, et la nature des relations entre les territoires qui composaient l’ancien empire s’inscrivaient toujours dans le contexte d’une assimilation qui ne disait pas son nom, en tout cas d’une égalité revendiquée par les représentants politiques de l’Afrique Noire qui venaient d’être élus par un collège composé des « évolués ».

          Les Senghor (Sénégal), Houphouët- Boigny (Côte d’Ivoire), Modibo Keita (Mali), Tchikaya (Gabon), se reconnaissaient comme des citoyens de la nouvelle Union Française qui avaient droit non seulement à l’égalité politique, au suffrage universel, mais à l’égalité sociale, et ce fut une des difficultés insurmontables des réformes constitutionnelles des années 1945-1946, outre celle des statuts personnels différents selon les territoires.

               La citation ci-dessous donne l’exemple du nouveau régime d’allocations familiales dont pouvaient bénéficier les fonctionnaires des territoires d’outre-mer, notamment sous l’angle du régime familial de la polygamie, encore très présente alors dans tous ces territoires.

           « Cette polygamie a été favorisée chez les fonctionnaires, par la façon dont leur sont attribuées les prestations familiales.

               En Europe, celles-ci sont accordées aux parents pour les aider à couvrir les multiples charges qu’entraine l’éducation d’un enfant, dans un pays à structure familiale monogame, où l’hiver parfois rigoureux nécessite d’importantes dépenses (chauffage, vêtements chauds) ; et où le salaire du père est la principale, parfois même l’unique ressource du ménage.

          Transposer en Afrique les allocations familiales, telles qu’elles existent en Europe, et les verser au mari polygame, c’est accorder à celui-ci un supplément de salaire qu’il garde – comme d’ailleurs son salaire initial – pour son usage individuel, puisque chaque femme assume la charge de ses propres enfants. On pourrait citer de nombreux exemples : contentons- nous de quelques-uns.

            Tel infirmier dahoméen a huit épouses, qui toutes font du commerce pour élever leurs enfants (vingt- cinq en tout). Lui garde tout son salaire et ses allocations familiales, il vit très largement, invite ses amis, les traite royalement… Tel directeur d’école, également dahoméen, marié légitimement à l’église, a pris ensuite trois autres femmes. Il a sept enfants, touche les allocations familiales, mais les garde pour lui ; toutes ses femmes travaillent pour elles-mêmes et leurs enfants ; et la femme légitime paie, sur son gain personnel, le prix de la pension de sa petite fille, car le père n’intervient pas dans ces dépenses… Tel fonctionnaire, qui avait deux épouses et trois enfants, est nommé chef de canton. En arrivant dans son canton, il prend sept jeunes filles  … et l’année suivante, déclare sept naissances à l’état civil…

         Mentionnons encore ces fonctionnaires qui, touchant les allocations familiales, refusent de payer les médicaments des enfants malades, laissant tous les frais pharmaceutiques à la charge de la mère ; ou qui refusent d’aider les mamans malades à payer le lait nécessaire pour compléter la ration du nourrisson….

          Si l’on envisage l’ensemble de la population, on s’aperçoit que les fonctionnaires forment maintenant une catégorie privilégiée de citoyens : ils représentent, suivant les territoires, trois à six millièmes de la population, et ils reçoivent, au seul titre des prestations familiales et en plus de leur salaire normal, un total variant entre un cent cinquantième et un centième du budget du territoire. » (p,127)

         Ajoutons que ce sursalaire est alimenté par l’impôt… c’est-à-dire par les travailleurs du secteur privé qui, eux ne bénéficient pas des prestations familiales ; et par les ruraux, ces paysans noirs qui peinent pour assurer le ravitaillement des villes… et qui voient soixante pour cent de leurs enfants enlevés par la mort, parce qu’ils n’ont ni hôpital, ni dispensaire proche pour les faire soigner… comme ils n’ont pas d’école pour faire instruire les survivants… (les hôpitaux, les maternités, les écoles n’existent que dans les centres urbains). » (p,127)

         Cette citation vaut mieux qu’un long discours pour expliquer un des tenants et aboutissants de la discussion faussement académique qui agitait les cercles constitutionnels de la nouvelle Quatrième République, afin de fixer la nouvelle organisation et les nouvelles règles du jeu de l’ancien empire colonial, dont la composition relevait de la plus grande incohérence entre types d’Etat et de statuts personnels.

         Un autre témoignage, en tant que de besoin, celui du sociologue Gaston Bouthoul, dans son livre « La  surpopulation » (Payot 1964), ouvrage dans lequel il analysait tous les aspects positifs ou négatifs de la surpopulation qui allait gagner le nouveau monde, et expliquer aussi pourquoi la France n’avait pas d’autre solution que de mettre un terme à la colonisation.

        Il soulignait qu’un des facteurs de cette prise de conscience inévitable, était la conséquence d’une politique d’égalité sociale entre la métropole et les colonies.

       « Voici comment les choses se passaient dans le secteur des petits fonctionnaires africains bénéficiant d’allocations familiales analogues à celles de la métropole. Avec la prime au mariage et à la première naissance de l’épouse vierge, plus la rente supplémentaire correspondant à l’allocation du premier enfant, le fonctionnaire candidat-patriarche achetait une nouvelle vierge. Celle-ci lui assurait une nouvelle prime au mariage et à la première naissance, plus une multiplication d’allocations familiales. Pire encore, la loi Lamine-Guye avait encore étendu ces largesses au pullulement. Et chaque jour la presse française annonçait avec fierté que le bénéfice des allocations familiales avait été étendu à de nouveaux secteurs de primitifs désœuvrés et polygames, ceci bien entendu, aux frais du contribuable français. Exemple record : un petit fonctionnaire noir de Porto Novo, qui, avec ses 103 enfants touchait des allocations supérieures aux appointements du gouverneur général. «  (p83)

       Jean Pierre Renaud

        Tous droits réservés

Partager cet article

Repost 0
Published by pas de pseudo - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de eh-tique-media-tique.over-blog.com
  • : Faire partager les réactions de bon sens d'un citoyen et "honnête homme" du vingt et unième siècle, sur l'actualité du jour, face aux dérives des médias, aux discours politiques ou économiques tendancieux, aux images tronquées ou truquées, aux articles ou livres suspects d'idéologie, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire coloniale.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens